e-torpedo le webzine sans barbeles



L’affaire Seznec !

Catégorie société
Il y a (0) contribution(s).

(JPEG) J’ai décidé, cher lecteur, de changer quelque peu de registre mais tout en restant dans le même combat... celui que l’on doit mener contre l’injustice.

Accusé, emprisonné, relâché... Seznec n’a cessé de clamer son innocence tout au long de sa vie et même après son énigmatique mort... par l’intermédiaire de ses descendants. La Justice française est encore une fois restée insensible aux cris de détresse de la progéniture. Veut-on faire croire qu’en France... on ne se trompe pas ? Ou bien l’affaire en couvrirait-elle d’autres qu’il serait dérangeant de soulever ? ...

L’affaire Seznec aurait du rattraper la justice française aujourd’hui ! Et il n’était pas impossible que nous fussions à la veille de l’une des plus grandes erreurs judiciaires du siècle dernier... mais les juges en ont décidé autrement !

Seznec est un breton... ce qui en soit était déjà une « tare » pour certains car nous savons que la Bretagne dont la population est accueillante n’avait certainement pas les mêmes avantages que celle d’Alsace.

Cela n’a pas beaucoup changé au fil du temps !

Dans notre Etat, un et indivisible, nous assistons donc à une France à deux vitesses dans laquelle les discriminations sont palpables... apparentes, envers les Afromaghrébins... ou peu visibles, envers les Français... d’en bas !

La Bretagne fait partie de cette conception.

C’est peut être parce que l’origine « ethnique », si tant est qu’il en existe, pour certains esprits dérangés, est différente des autres sachant que les Bretons sont Celtes !

Toujours est-il que le 25 mai 1923, deux hommes, associés, l’un Conseiller Général du Finistère, Pierre Quémeneur et l’autre, maître de scierie, Guillaume Seznec, quittent Rennes pour Paris afin, dans le but de racheter pour les revendre des voitures que les Américains ont laissées après la guerre.

Affaire prometteuse... semblait-il.

Mais les deux voyageurs n’arriveront jamais à Paris car leur véhicule connaîtra panne sur panne.

Quémeneur ne voulant pas rater son rendez vous décidera de prendre le train. C’est à la gare de Houdan que les deux hommes seront vus ensemble pour la dernière fois. Quémeneur ne réapparaîtra jamais plus... du moins officiellement.

Il se volatilisera comme par enchantement !

Guillaume Seznec rentrera seul chez lui. La disparition de Quémeneur entraînera l’ouverture d’une enquête confiée au commissaire Vidal.

Ce dernier en mal de notoriété trouvera le coupable sans difficulté. La presse assassine et les chercheurs de scoops feront le reste.

Seznec, un Français « d’en bas », un Breton qui plus est, est tout désigné !

Malgré l’absence de mobile réel (mais on en construira), de preuves évidentes (mais on les fabriquera), de cadavre (puisque Quémeneur ne sera retrouvé ni vivant... ni mort), d’aveu puisque Seznec clamera toujours son innocence et dira : « Il n’y a que les coupables qui puissent demander pardon, moi je n’ai commis aucun mal, je ne dois et je ne peux que demander la justice. »... Seznec sera inculpé, condamné à perpétuité et envoyé au bagne en Guyane.

Après plus de vingt années d’enfer, il sera gracié par le Général de Gaulle en 1947.

Rentré en France, brisé par l’injustice et la souffrance, il se battra néanmoins jusqu’à sa mort, accidentelle dit-on, pour une réhabilitation qu’il ne verra pas !

Ses enfants continueront son combat et notamment Denis.

C’est grâce à lui que l’affaire sera portée à la révision aujourd’hui.

Mais la justice acceptera-t-elle ses erreurs ? Rien n’était moins sûr !

En réalité... elle refusera de reconnaitre son injustice !

Comment a-t-on pu en arriver là ?

Par la haine, l’envie de notoriété et la médiatisation tout simplement !

Mais aussi par une discrimination tant raciale que sociale... mais qui, comme toujours, ne dit pas son nom.

C’est un drame bien de chez nous ! !

Il y a bien eu l’affaire Dreyfus condamné parce que Juif. Il y eut l’affaire Seznec condamné parce que Breton et faisant partie de la « France d’en bas » ! Il y a bien aujourd’hui l’affaire Raddad... condamné parce qu’Arabe !

Et tant d’autres...

Il n’y aura jamais d’affaire Total, Elf... d’affaire de nanti car le coupable c’est le pauvre... jamais le riche !

Saleté de pauvre, va !



Publié le 2 décembre 2008  par Makhlouq


envoyer
imprimer
sommaire
retour haut de page


Si vous appréciez le e-torpedo.net
participez à son indépendance, faites un don.

Contrat Creative Commonsdri.hebergement
Réalisation et conception Zala . Ce site utilise PHP et mySQL et est réalisé avec SPIP sous license GNU/GPL.
© 2005 e-torpedo.net les articles sont à votre disposition,veillez à mentionner, l'auteur et le site emetteur
ACCUEILPLAN DU SITEContact Syndiquez le contenu de ce site Admin