e-torpedo le webzine sans barbeles



Da Capo

Catégorie société
Il y a (11) contribution(s).

(JPEG) Je ne suis pas un terroriste parce qu’une des définitions de ce mot est la suivante :

système qui règne par la terreur.

S’il y a un système qui règne par la terreur c’est qu’il doit en avoir les moyens, les moyens d’être un système. Je n’ai pas les moyens d’un système outre que je n’ai pas la volonté d’être un système et encore moins un système de terreur.

Par contre, sans peine, j’en vois un, le plus puissant de tous, qui règne ainsi par la terreur et c’est l’Etat.

Ce gouvernement en particulier règne par la terreur, par les expulsions, par le démantèlement de la sécurité sociale, par la criminalisation de l’opposition, par la censure et les atteintes à l’expression, par les ravages de politiques qui induisent une augmentation des maladies mortelles, des suicides, des dépressions, des morts suspectes en prison, par la surveillance, par la criminalisation de la petite enfance, par la sur-médiatisation d’un terrorisme qu’il fabrique et dont le rôle est de propager la terreur et de diviser des concitoyens qui tous souffrent des mêmes maux : les ravages du capitalisme, et il inflige ainsi à ses citoyens une peine double : les conséquences de sa politique de terreur et les graines de la discorde avec le voisinage.

Ce gouvernement règne par la terreur en disciplinant chacun à la haine et en instillant ainsi le règne de la guerre de chacun contre tous.

Quand tous les voyants sont au rouge et puisque le capitalisme est en faillite permanente il est aisé de détourner l’attention sur des "terroristes" (le mot prêterait à rire) pour s’éviter d’être jugé sur ses résultats ; catastrophiques (augmentation des suicides, problèmes climatiques, accroissement de la pauvreté etc...). Les terroristes sont les alliés objectifs de l’Etat et en l’absence de terroristes il lui faut bien en fabriquer.

La sortie concomitante de deux films « Mesrine » et « Baader » dans un climat tendu. Pourquoi ? Sans doute pour susciter, chez de jeunes gens fragiles et perdus, des vocations. Dûment instillé le sentiment d’héroïsme à travers l’action terroriste, par l’image cinématographique et sa grande médiatisation, qui s’opposera aux rêves instrumentalisés de ces jeunes gens ? Parce que cet Etat ne craint pas le terrorisme, il en a besoin.

Quand des avions s’écrasent sur deux tours et qu’il eut été plus dommageable et rédhibitoire qu’il atteigne cette autre cible qu’est une centrale nucléaire, l’avion est écrasé avant de l’atteindre ; une ligne de TGV est sabotée et la police en est prévenue avant que ne survienne le pire, de qui se moque-t-on ? Un sabotage perdu en pleine campagne sur des centaines de milliers de kilomètres de voies. Heureux Etat incapable de tout mais passé maître en l’art de déceler une micro-aiguille sur un territoire de 675 417 km2 ! Un Etat qui laisse filer Paul Touvier pendant plus de trente années et qui retrouve le jour J, le seul acte de sabotage qu’on ait jamais dirigé contre lui depuis plus de vingt ans, sur une surface de 675 417 km2 ! Une telle efficacité quand il trouve un intérêt à l’être et tant de moyens, tant de dépenses pour des résultats qui vont par ailleurs de catastrophes en catastrophes.

M.Demange député UMP assassine sa maîtresse et se donne la mort. Mme Hoffman-Rispal du groupe socialiste fait observer à l’Assemblée nationale une minute de silence. Son nom circule déjà sur toutes les lèvres. Quand ils ont fait d’une affaire privée une affaire publique, ils ont envoyé un signe fort au peuple de France. Leur arrogance s’accompagne d’une solidarité forgée dans l’ignominie qui nous conforte tous dans l’opinion que nous avons des uns et des autres, à chaque coin de l’hémicycle. En une minute d’un long silence entaché de corruptions, de la mort de sans papiers, de femmes battues et tuées et d’autant qu’elle est femme, de maladies mortelles et de suicides de plus en plus fréquents, de propagation de l’insécurité morale et des troubles psychiques, du malheur qu’elle et les siens font au monde, en une minute de temps ils ont absous tous les crimes qu’ils commettent soit directement, soit indirectement.

C’est une minute chargée de cadavres.

Puissent leurs voix résonner durablement dans les têtes de ces députés.

Dans cette affaire d’un couple qui demande conjointement le divorce parce que la femme, musulmane, n’était pas vierge avant le mariage, M.Devedjian, prétend que la France médiatique et le public s’intéressent au sort de la femme. La minute de silence et la chasse aux étrangers à Calais infirment ce mensonge. C’est l’islam qui est visée.

La France est un pays raciste et c’est un hongrois et un arménien qui portent le saint glaive des croisades de l’argent, les élus piétinent les femmes battues et c’est une femme, socialiste qui donne la mesure, et c’est dans tous les cas une femme arabe (Dati) une africaine (Yama Rade) qui portent et le racisme dans ce pays et les souillures sur le corps décharné et meurtri des femmes battues. Le voilà le superbe métissage et la parité à la française, des femmes arrogantes et cruelles contre des femmes assassinées, des hongrois, des arméniens, des arabes, des africaines contre de pauvres ères basanés qui ont pour seul tort de devoir faire oublier à la France, haineuse et débile des suiveurs que des femmes, des hongrois, des arméniens, des arabes, des africains travaillent à propager la terreur raciste et phallocrate, pour cacher la forêt gigantesque de leurs forfaitures et le vol et le saccage organisé de la planète et de la majorité des hommes et des femmes qui y survivent.

Le « nivellement brutalement totalitaire du monde » dont rendait compte Pasolini « ce que le fascisme historique avait échoué à réaliser, le nouveau pouvoir conjugué du marché et des médias l’opère en douceur (dans la servitude volontaire) : un véritable « génocide culturel », où le peuple disparaît dans une masse indifférenciée de consommateurs soumis et aliénés ».

Alors j’ai vu :

Tout commence, le passage d’homme, sans rites initiatiques, par la balance où l’on soupèse les avantages comparés de la poursuite d’une idée qui nous est propre ou de l’engouffrement dans une voie, la filière où l’idée initiale ne sera plus qu’un jeu de paraître à soi pour mieux disparaître avec les autres. L’une nourrit de l’intuition première qu’au demeurant, l’innocuité est d’entres toutes inventions, l’événement du corps au repos consentie comme le mieux-disant d’un rapport à l’autre, à moins de percevoir pareilles dispositions d’impulser conjointement le mouvement infime, l’inclination à esquisser dans l’ombre, des gestes, des paroles et des regards clandestins. Tout s’achève par un document qui récuse la clandestinité, oblige cependant à vivre comme tel et pour peu que l’on porte l’infime signifiance matérielle du document sur un globe il en recouvre l’immensité.

Depuis qu’au fil du temps l’organisation hebdomadaire de l’ennui, régulé dans un temps marchand, me procurait plus d’écoeurement qu’elle ne me laissait à la satisfaction d’occuper ma vie, je songeais, que d’une certaine manière, j’y suppléerai avantageusement en donnant au verbe de la voix, sur les murs d’une institution, par une après-midi pluvieuse où j’ignorais encore que les puissances de l’organisation, en apparence antagonistes, se revendiqueraient également de la Cité, en marginalisant mon acte ; Je concevais là toutes les nuisances de l’organisation.

Et jamais tant qu’aujourd’hui, on expulse.

Tandis qu’un petit groupe dont j’étais, campait sur la place marchande du centre-ville, au milieu d’une foule grouillante, que ni les banderoles, ni la voix de cette enfant menacée, ne paraissait devoir nous ramener ; j’étais sur le moment saisi par le pathétique, le dérisoire de la lutte, le sentiment abyssal de l’extranéité de l’homme à l’enfant, de l’homme à l’homme qui les jours suivants me remplirent d’un tel effroi, qu’il me semblait que je devenais dans la foule, un étranger aux autres,

un étranger à moi-même...

***

En quelques années on est passé d’une guerre psychologique menée par le pouvoir et dont Norman Mailer rendait compte en 1954, à la torture psychologique. De quoi amener de l’eau au moulin de Jacques Ellul qui disait au sortir de la guerre qu’Hitler l’avait gagné du moment que les démocraties, ou revendiquées comme telles, usaient des mêmes méthodes que les nazis.

Or ce gouvernement propage la terreur du manque et ses conséquences ravageuses en imposant un capitalisme sauvage.

Ce gouvernement est terroriste parce qu’il impose un système où règne la terreur.

Si l’on doit juger des terroristes qu’on juge alors en premier le despote et sa cour.

-  Régis Duffour



Publié le 23 novembre 2008  par Regis Duffour


envoyer
imprimer
sommaire
Forum de l'article
  • Da Capo
    23 novembre 2008, par Delcuse
    A propos de Baader et de ses amis, il ne s’agissait pas de terrorisme, mais de lutte dans une Allemagne qui n’en avait pas encore fini avec le III ème Reich, pays divisé par un mur à Berlin, et occupé, à l’Est par le despotisme stalinien. En ce qui concerne Mesrine, il n’était pas un terroriste, mais un voyou du grand banditisme que son enfermement en QHS a politisé.
    • Da Capo
      23 novembre 2008, par régis
      Bien sûr Gilles mais il était question là de la position de l’Etat, de la manière dont le spectacle traite ses opposants et parfois les voyous. Il s’agissait de désamorcer la charge du mot "terrorisme" pas de qualifier un à un les protagonistes. Il me semble que c’était implicite
      • Da Capo
        24 novembre 2008, par satya

        la position de l’Etat, de la manière dont le spectacle traite ses opposants et parfois les voyous.

        bonjour, bon je l’avoue je n’ai pas encore fini de lire debord et la société de spectacle, mais je me pose la question suivante : dans le "spectacle" est-ce qu’il considère aussi son aspect de diffuseur de propagande ??
        • Da Capo
          24 novembre 2008, par Delcuse
          "Le spectacle ne peut être compris comme l’abus d’un monde de la vision, le produit des techniques de diffusion massive des images. Il est bien plutôt une Weltanschauung (vision du monde) devenue effective, matériellement traduite. C’est une vision du monde qui s’est objectivée." (Thèse n° 5 de "La société du spectacle" de Debord)
          • Da Capo
            24 novembre 2008, par régis

            4 Le spectacle n’est pas un ensemble d’images, mais un rapport social entre des personnes, médiatisé par des images.

            (La société du spectacle)

            D’ailleurs ces sortes d’événements fâcheux qui ressemblent à de sournoises répressions, ne nous arrivent jamais que lorsque porteurs d’une logique du vivant nous atteignons le coeur de la stratégie marchande.

            Dans l’affaire de Tarnac tout a consisté à ce que la répression de sournoise devienne officielle.

  • Da Capo
    23 novembre 2008, par paul

    y’a dans tout cela tout ce que je dis depuis fort longtemps.

    Sauf que, vivant et étant issu du peuple de droite par mes congénères dont la principale caractéristique est l’ignorance de ce qu’ils critiques et de la soumission à l’idée communément véhiculée de la liberté dans la démocratie occidentale... je ne peux m’empêcher de penser que terroriblement ce que ce gouvernement véhicule, par l’utilisation bien manipulée du désir mimétique, c’est l’ensemble des fantasme contradictoire du peuple : de l’égoïsme, de l’individualisme prétendument libre et détenteur d’un libre arbitre, valorisateur de toutes les volonté de pouvoir, rêve de puissance, adoration de la réussite à l’égard de modèles...

    ils continuent à faire des gosses car ils aiment ce monde et à se marier en costard cravate à l’église !

    la terreur je la vis d’abord en côtoyant les gens du cru. surtout dans la région où je vis, où l’on m’a même demandé, de par ma demande d’emploi si je n’étais pas juif !

    vous dites : Tout commence, le passage d’homme, sans rites initiatiques, par la balance où l’on soupèse les avantages comparés de la poursuite d’une idée qui nous est propre ou de l’engouffrement dans une voie, la filière où l’idée initiale ne sera plus qu’un jeu de paraître à soi pour mieux disparaître avec les autres.

    sans rites initiatiques, je n’en suis pas sûr : les rites initiatiques sont non dit, mais ils sont pratiqués par l’imposition d’une interprétation que l’on fait du "profil" pour ne pas dire du facies de tout individu en comparaison avec celui du groupe de référence de l’observateur... et tout le monde observe tout le monde de façon à "étiqueter" chacun comme membre d’un groupe afiliable ou non reproducteur de l’identité commune comme de l’altérité définissante de l’exclusion radicale du groupe de référence.

    Ce que vous dites d’ailleurs est le propre même des esprits religieux : l’idée initiale ne sera plus qu’un jeu de paraître à soi pour mieux disparaître avec les autres.

    Or une des pires religions est celle-là même que vous dites être stygmatisée par le racisme français.

    certes pour moi les français sont endémiquement xénophobes et racistes.

    Mais quand je lis certains textes religieux, je ne peux que constater leur rivalité en terme d’obscurantisme, de discours performatif, d’autojustification d’ethnocentrisme

    en un mot de bêtise

    alors ce que la visée d’une religion ignoble m’inspire, c’est qu’elle ne fait que révéler une facette de la rivalité de gens n’acceptant pas cette concurrence d’une idéologie ethnique plus encore obscurantiste et sectaire que la leur : car leur fierté, ils la tiennent de la force de leur sectarisme.

    cela me rappelle ce que vous disiez à propos de ces agents de la force de l’état vous reprochant de lire et de ne pas avoir la télévision "que fais tu de ta vie si tu ne regardes pas la télé ?" vous auraient ils dit de la même manière qu’ils vous auraient dit "que fais tu de ta vie si tu ne crois pas en dieu !

    je vise la bêtise et l’obscurantisme de l’orgueil des égoïstes donc je vise la bible et le coran

    entre autres

  • Da Capo
    23 novembre 2008, par paul

    A la suite de mon premier commentaire

    ce que je voulais dire pour en revenir à la terreur

    c’est qu’au quotidien il y a la terreur populaire enracinée dans les croyances ethnocentrées et religieuses.

    la première terreur est religieuse et populaire.

    si dans le peuple, la croyance religieuse chrétienne semble se faire discrète elle n’en est pas moins présente là, même chez des gens instruits : être athée est très mal perçu.

    et dans certaines ethnies être athée est encore plus mal perçu que parmi les chrétiens qui en sont tout de même depuis plusieurs siècles coutûmiers.

    Or la terreur religieuse populaire touche directement à l’essence de la vie : elle s’impose par la crainte que la mort ne serait plus une libération totale de la souffrance de la vie !

    elle s’impose par la justification que toutes les impositions et les dictatures de l’état ne sont rien en comparaison du jugement divin !

    elle s’impose en justifiant toutes les soumissions et en condamnant tout réalisme.

    ce que j’observe dans les milieux chrétiens intégristes particulièrement, c’est que leurs prêtres, en majorité, font preuve d’une bien plus évidente tolérance à l’égard de l’athéisme que ne le font les croyants ordinaires (beurk).

    • Da Capo
      24 novembre 2008, par régis
      Si je devais réprouver une religion ce pourrait être bien symboliquement celle qui s’attache à l’adoration de l’agneau d’or par confort et pour la paix totalitaire : la télévision. Tout est mis en oeuvre pour un tel repliement. Chacun se trouve des raisons valables de s’y adonner et des raisons il y en a. Elles portent aux mêmes conséquences à une surenchère de la soumission dans le repliement. Il y a des replis stratégiques, l’adoration de l’agneau d’or n’en est pas un.
      • Da Capo
        25 novembre 2008, par paul

        Il est évident que la religion dominante et englobant toute les autres est la télévision.

        Je vitupère souvent sans avoir d’écho à son sujet puisque je prône le cassage systématique devant les préfecture des postes de télévision avec lettre d’annonce au renoncement de toute réception des programmes d’intoxication débilitante gouvernementale et populaire.

        Mais

        à la RACINE

        Le phénomène est celui de l’adoration et de la croyance

        donc le phénomène religieux qui avant la télévision s’inserre dans les têtes par mimétisme familiale affectif.

        Et

        De plus

        Lisez les écrits apocryphes comme ceux de saint paul et le coran : c’est des trucs à dresser les cheveux sur la tête de bêtise, de haine de la vie etc...

        Merde : ce n’est pas respectable du tout

        • Da Capo
          25 novembre 2008, par régis
          Paul bonjour, Je n’ai pas dit de la télévision qu’elle est une religion mais qu’elle est l’agneau d’or. Je ne connais pas les écrits de St Paul. J’irai voir plus avant.
          • Da Capo
            25 novembre 2008, par paul

            Oui je suis au courant de votre idée de l’agneau d’or et suis totalement d’accord avec vous. Simplement, moi je la considère comme une pratique de type religieux.

            Pour lire saint paul je vous souhaite beaucoup de courage : il est vraiment odieux, le coran est stupide mais y’a des fois où c’est tellement bête qu’on en rit ! (et en plus on le trouve facilement en bibliothèque municipale, alors que la bible...)

retour haut de page


Si vous appréciez le e-torpedo.net
participez à son indépendance, faites un don.

Contrat Creative Commonsdri.hebergement
Réalisation et conception Zala . Ce site utilise PHP et mySQL et est réalisé avec SPIP sous license GNU/GPL.
© 2005 e-torpedo.net les articles sont à votre disposition,veillez à mentionner, l'auteur et le site emetteur
ACCUEILPLAN DU SITEContact Syndiquez le contenu de ce site Admin