e-torpedo le webzine sans barbeles



Sacrifier la planète et l’humanité pour sauver le capitalisme

Catégorie société
Il y a (9) contribution(s).

(JPEG) Paul Ariès, in Le Sarkophage, journal d’analyse politique, en kiosque depuis le 15 novembre 2008

Les antiproductivistes sous-estiment gravement la capacité du capitalisme à survivre à l’effondrement environnemental au prix éventuellement d’un véritable désespècement. Le « capitalisme vert » n’est pas une simple opération de greenwashing destinée à repeindre en vert les guérites de la société industrielle et de l’hyperconsommation mais correspond au projet de modifier profondément la planète mais aussi l’humanité.

L’idéologie du développement durable est ainsi en train de connaître une mutation.

Le « développement durable » à la Nicolas Hulot qui reposait sur une logique de bons sentiments était certes un marché de dupes puisqu’elle consistait à « polluer un peu moins pour pouvoir polluer plus longtemps », mais restait encore trop critique. Pour preuve : le gentil Nicolas ne vient-il pas de déclarer que « le capitalisme est obsolète » ? Bolchévique !

C’est pourquoi Laurence Parisot, patronne du Medef, et Claude Allègre, ex-ministre socialiste, proposent, eux, de passer d’une écologie dénonciatrice et culpabilisatrice à une écologie réparatrice, c’est à dire de marier croissance et écologie, capitalisme et écologie. Ce « capitalisme vert » est celui qui triomphe depuis le Grenelle de l’environnement : sa devise est de « polluer pour pouvoir dépolluer » avec l’objectif de créer de nouveaux marchés tout aussi juteux que ceux qui ont permis jusqu’alors « la domination des uns sur les autres et de tous sur la planète ». Ce « capitalisme vert » repose sur une fuite en avant dans la destruction/création qui caractérise la logique même du capitalisme. Cette écologie réparatrice a besoin de deux choses : tout d’abord de choses à réparer... la destruction des écosystèmes ne serait donc plus un mal mais une véritable aubaine.

Détruisons, polluons, saccageons !

L’économie verte ne s’en portera que mieux ! Cette « écologie réparatrice » a besoin aussi de réparateurs et de réparations. Du côté des réparateurs, nous avons déjà la collection complète des techno-scientistes et des économistes à la botte qui répètent que « moins » serait forcément « pire ». Plus question donc de se méfier du complexe militaro-industriel et de ses savants-fous ou de mettre en accusation nos grands génies de la finance planétaire (encore que) : les voilà même élevés au rang de sauveurs de l’humanité car nous aurons besoin d’un complexe techno-scientifique pourvu de ressources financières quasi-illimitées. On nous promet ainsi, pour demain, la généralisation des techniques de manipulation artificielle du climat, la création d’un immense bouclier artificiel autour de la Terre pour le protéger des rayons solaires, de couvrir 3 % du globe pour contrebalancer le doublement des émissions de CO2, de répandre un million de tonnes de poussière d’aluminium et de souffre dans l’atmosphère afin de faire baisser la température terrestre de un degré, de généraliser des arbres OGM mangeurs de CO2 ou des avions sales (polluants) laissant derrière eux des quantités énormes de fines particules en suspension afin de filtrer les rayon du soleil ou d’injecter des couches importantes d’aérosol sulfaté dans la haute atmosphère, de couvrir les océans avec des boules de tennis de couleur blanche, de recouvrir les glaciers avec de la mousse de PVC, de développer des puits de carbone pour réinjecter du CO2 dans le sous-sol, etc, etc. Tout est prêt : les capitaux, les savoirs techno-scientistes, les fantasmes...

Tout sera tenté plutôt que de remettre en cause la logique mortifère du système.

Tout sera fait plutôt que d’en finir avec la furie de la croissance. Tout, y compris d’accepter un changement de l’humanité elle-même. On se souvient de Bertold Brecht publiant son poème La Solution et déclarant : « J’apprends que le gouvernement estime que le peuple à « trahi la confiance du régime » et « devra travailler dur pour regagner la confiance des autorités ». Dans ce cas, ne serait-il pas plus simple pour le gouvernement de dissoudre le peuple et d’en élire un autre ? »...

Ne peut-on penser que, puisque l’humanité a trahi la confiance du système croissanciste, il faut aussi la changer en inventant un nouveau genre humain ? Tout ce beau programme est parfaitement résumé dans la formule du philosophe Daniel Tanguay : « régler le problème humain, non pas dans ses conditions sociales ou extérieures mais à partir de la transformation de l’homme lui-même... »... L’heure serait à passer au stade supérieur de l’humanité... dont la première phase (toute provisoire) le transhumanisme déboucherait sur la création d’une post-humanité.

En attendant la post-humanité, la transhumanité...

Les premières mises en garde sont venues de milieux scientifiques et religieux. Leon Kass, bioéthicien américain, président du Conseil de Bioéthique auprès de Bush décalre : « si la poursuite du bonheur devient la poursuite de la perfection et de la performance, nous risquons à terme une sortie de l’espèce humaine ».... (in Le Devoir, 23 février 2004). Ensuite des journalistes comme Dorothée Benoit Browaeys ont su mobiliser de nombreux réseaux altermondialistes avec la publication d’article comme « les transhumains s’emparent des nanotechnologies » (in Vivant n°3, 18 mai 2004). On continue cependant à gauche et chez les écolos à sous-estimer gravement ce péril. Les textes favorables au transhumanisme sont désormais plus nombreux que les autres. Comme si Orwell et son « 1984 » ou Huxley avec « le meilleur des mondes » n’avaient jamais existé, comme si Jacques Testart ne nous avait pas mis en garde... On continue certes à publier quelques textes équivoques comme ceux de Peter Sloterdijk (Régles pour le parc humain) et de Michel Houellebecq (Particules élémentaires, la possibilité d’une île) ou certains romans de Maurice Dantec (auteur aux amitiés extrémistes douteuses....). Mais l’heure est davantage aux auteurs optimistes comme Alvin Toffler et sa « troisième vague », Henri Atlan et son « utérus artificiel », Jacques Attali et ses « transhumains. ».... Sans oublier Dominique Lecourt qui, dans « Humain posthumain », tente de se rassurer en affirmant que seuls des « techno-prophètes » marginaux et un peu fous pourraient avoir ce genre de projet... A les croire, le vrai danger viendrait des adeptes du bio-catastrophisme (dont nous sommes). Pas des transhumanistes et autres posthumanistes... Les Etats-Unis à la tête de la révolution NBIC

Tout commence sérieusement avec la publication en 2002 du fameux rapport « NBIC » (nanotechnology, biotechnology, information, technology and cognitive science...) commandité par le gouvernement américain via la National Science Foundation (NSF) et le Department Of Commerce (DOF). Objectif : faire dresser par une cinquantaine de scientifiques américains de renom un grand portrait futuriste de l’avenir de notre civilisation et de humanité... le tout en pas moins de 400 pages. Leur conclusion est limpide : sur la base de la convergence des nanotechnologies, biotechnologies, technologies de l’information et sciences cognitives....il deviendra possible de réaliser les fantasmes les plus fous comme des interactions entre humains et machines, la disparition des obstacles à la communication généralisée, en particulier celles qui résultent des langues, l’accès à des sources d’énergie inépuisable, la fin de la dégradation de l’environnement (in Rapport 2002 de la National Science Foundation). Ce volumineux rapport a été co-dirigé par Mihail Roco et William Sims Bainbridge. Le premier est le scientifique du groupe : patron de l’Initiative américaine en matière de nanotechnologie. Il pèse à travers les investissements réalisés chaque année dans ce domaine plus de... six milliards de dollars américains mais se veut pourtant modeste : « nous ne voulons pas modifier l’intégralité humaine ni manipuler les cerveaux ». Le second, William Sims Bainbridge, est l’idéologue, le politique du NBIC : spécialiste de la guerre idéologique, il a longtemps travaillé sur les grandes sectes modernes... Il est devenu le spécialiste incontesté des projets d’analyse (de manipulation serait plus juste) des émotions et des croyances (connu sous le nom de Cyclone project). Il fut recruté par la NSF en 1999... avant de devenir son directeur de l’information et des systèmes intelligents. Lui ne cache pas les enjeux : « la science et la technologie vont de plus en plus dominer le monde alors que la population, l’exploitation des ressources et les conflits sociaux potentiels augmentent. De ce fait, le succès de ce secteur prioritaire est essentiel pour l’avenir de l’humanité ».

Le jeu des quatre familles transhumanistes

Les « transhumanistes » distinguent quatre grandes évolutions possibles.Certains parmi eux croient plus en l’une que dans les autres... Ces conflits internes ne doivent pas cacher que ce qui les unit est plus important. Tous rêvent d’un « corps nouveau » pour permettre une vie nouvelle...Le journaliste canadien Antoine Robitaille est devenu l’un des champion du transhumanisme médiatique depuis la parution de son livre « le nouvel homme nouveau, voyages dans les utopies de la posthumanité » (Boréal, 2007). Sa définition est claire : « un posthumain est un être humain qui serait créé non plus par évolution, mais par la technologie. Un homme nouveau dont les caractéristiques seraient tellement différentes de l’Homo sapiens qu’on pourrait dire qu’une nouvelle espèce est née » ; « le transhumain, c’est l’être qui commence à être différent de l’humain, qui est en transition vers la postmodernité.... ».

Première évolution : le passage vers l’ère du « robot sapiens » (le cyborg) avec ses prothèses intelligentes ou pas. Ce robot sapien est à portée de main puisque qu’il existe déjà un équivalent « artificiel » pour chaque organe du corps humain... donc autant de marchés. La firme Victhom commercialise déjà des jambes bioniques, des implants urinaires neuro-électroniques, la firme Polystim promet une prothèse rendant la vue aux aveugles, etc. Cette mutation est bien sûr légitimée par des intentions généreuses comme permettre à des personnes handicapés de pouvoir commander à distance des objets, de communiquer, etc... On nous promet cependant la possibilité technique d’augmenter les capacités de chacun. Des scientifiques usent leurs neurones pour inventer ces cyborgs, nos presque-frères comme Ray Kurzweil (chercheur au MIT) ou Rémi Quirion (spécialiste canadien des neuro-sciences). Stephen Hawking avance une justification inattendue puisque, selon lui, le « robot sapiens » serait la seule solution pour éviter que les ordinateurs ne finissent par prendre le pouvoir... Ce robot sapiens aurait également comme proche cousin les nouvelles machines intelligentes. Ray Kurzweil assure que la « singularity » c’est à dire ce moment bien particulier d’accélération du progrès technique qui pourrait permettre à une forme de conscience d’apparaître dans une machine.....est pour très bientôt.

Deuxième évolution : le passage vers le « soma sapiens » ou « homme pharmaceutique », grand consommateur de médicaments et de substances d’amplification cognitive... afin d’agir sur la composition biochimique du cerveau et de créer sensations et croyances à volonté. Le grand neuroscientiste suédois Anders Sandberg se veut rassurant : « un jour on décryptera la formule biochimique du sentiment amoureux et on pourra se donner ce sentiment à volonté... ». Toute cette « ingénierie émotionnelle » permettra de rendre possible un véritable « paradis de l’esprit » en modifiant la personnalité de chacun : vaincre la jalousie, surmonter la timidité, accroître le sentiment d’empathie, créer des croyances ou en détruire à volonté, etc.

Troisième évolution : le passage vers « l’immortalité ». Le biologiste Aubrey de Grey (université de Cambridge) est le grand chantre de cette évolution. Selon lui, le vieillissement est une maladie donc il serait possible d’en finir avec lui. La solution passerait par la biogénique et les nanotechnologies qui permettraient un grand bricolage des cellules souches. Celui-ci pratiqué sur un individu tous les dix ans remettrait à zéro son horloge de vieillissement et permettrait ainsi de vivre « très, très longtemps » (sic). Autre chantre de l’immortalité, Robert Freitas autre spécialiste américain en nanotechnologie. Pour lui, la solution est de fabriquer des robots microscopiques qui pénétreront dans le corps pour corriger tous les effets négatifs du vieillissement.. Autre piste travaillée par plusieurs équipes : acquérir l’immortalité par « uploading » c’est à dire téléchargement des informations se trouvant dans notre cerveau dans un disque dur d’ordinateur... Ce téléchargement de la conscience dans la réalité virtuelle permettrait d’ailleurs d’en finir avec la surpopulation : « Si nous pouvons scanner la matrice synaptique d’un cerveau humain et la simuler sur un ordinateur, il serait possible pour nous de migrer de notre enveloppe biologique vers un monde totalement digital (...) en s’assurant que nous ayons toujours des copies de remplacement, nous pourrions effectivement jouir d’une durée de vie illimitée ». (Nick Bostrom)

Quatrième évolution : le passage vers les HGM (humains génétiquement modifiés). Comme l’indique Philippe Godard (OGM, semences politiques, Homnisphères) : l’HGM est la phase qui suivrait l’éventuelle victoire des OGM... avec toujours un seul et même but : améliorer l’espèce humaine puisque notre corps traditionnel serait obsolète....Godard le montre : améliorer la race ou la détruire sont bien les deux faces d’une même réalité : « les transhumanistes prônent l’amélioration de la race humaine par des moyens scientifiques au nom des droits de l’homme et des droits des minorités, y compris des droits des homosexuels à enfanter ». D’autres chercheurs évoquent la possibilité de rendre supportable à certains HGM des températures élevées ou un froid intense... D’autres encore fantasment sur la nécessité de réduire la taille humaine pour faire face à la surpopulation.

Transhumanistes, posthumanistes et extropiens

Les groupes de pression post-humanistes regroupent aussi bien des scientifiques, des économistes, des philosophes, des politiques, des artistes, des religieux, des idéologues... Leurs adversaires se recrutent également dans tous les champs et milieux. La mouvance transhumaniste comprend deux grands réseaux. Le courant transhumaniste représenté par l’association WTA (World Transhumanist Association) fondée par le suédois Nick Bostrom (philosophe à Cambridge). L’article 1er de sa charte 2002 a le mérite de la clarté : « l’avenir de l’humanité va être radicalement transformé par la technologie. Nous envisageons la possibilité que l’être humain puisse subir des modifications, tels que son rajeunissement, l’accroissement de son intelligence par des moyens biologiques ou artificiels, la capacité de moduler son propre état psychologique, l’abolition de la souffrance et l’exploration de l’univers ». L’article 4 précise que l’association n’entend obliger personne à devenir transhumain... mais pas question que l’Etat n’émette des limites : « les transhumanistes prônent le droit moral de ceux qui le désirent de se servir de la technologie pour accroître leurs capacités physiques, mentales ou reproductives et d’être davantage maîtres de leur propre vie. Nous souhaitons nous épanouir en transcendant nos limites biologiques actuelles. ». Le courant le plus extrême est celui des « extropiens ». Il est fondé sur une philosophie totalement opposée à celle des milieux de la décroissance. L’extropie est l’exacte inverse de l’entropie c’est la foi dans la possibilité d’augmenter sans cesse la puissance, la foi dans un progrès perpétuel de la science et de l’humanité. Ces extropiens se veulent « néophiles » et adeptes d’une pensée toujours positive. L’extropisme se veut un transhumanisme puisqu’il refuse toute limite - vieillissement, maladie, mort, etc- et appelle l’humanité à se défaire de l’idée de dieu pour se faire dieu (devenir toute-puissante). Ne nous trompons pas : ce scientisme décomplexé est mis au profit d’une nouvelle race de seigneurs, une race de techno-utopistes... qui renverrait l’humanité au temps des dinosaures. L’extropianisme est une synthèse du transhumanisme et du néo-libéralisme le plus ultra : choix de l’ultra-libéralisme contre toute idée de régulation, choix de l’individualisme contre toute forme de collectivisme, principe d’imprécaution contre principe de précaution,.etc. Cela ne serait pas si grave si ce mouvement qui clame que « le surhomme est l’avenir de l’humanité » n’était pas parvenu à convaincre plusieurs scientifiques comme Marvin Minsky (fondateur du laboratoire d’intelligence artificielle du MIT) et Ray Kurzweil (inventeur du synthétiseur de reconnaissance vocale)...sans parler de ses liens avec la grande industrie. L’Institut d’Extropie, fondé par Max More (philosophe irlandais) et son épouse Natasha Vita-More gère plusieurs centaines de sites, des revues, des conférences internationales. « préférez-vous les gènes hérités de vos parents ou des chromosomes remplaçables, choisis sur mesure ? Demeurer un homme toute votre vie ou changer de sexe à l’envie ? Être sujet à la dépression ou armé d’un optimisme inaltérable ? (in Transfert.net du 22 septembre 2008) . Extropia a beaucoup recruté dans certains milieux artistiques cyberpunk et Bio-art. (courant post-humain d’art contemporain dont les figures de prou sont Donna Harroway et Stelarc). Cette mouvance s’est fondue depuis 2001 au sein de l’ONG Progress Action Coalition afin de combattre les nouveaux « luddites » (adversaire de la techno-science) avec le soutien de la grande industrie. Ses adversaires sont les milieux anti-OGM, anti-nucléaire, anti-mondialiste. biologiques, rendant possible à ceux qui le désireront de devenir un « post-humain ». Ces extropiens se sont donnés comme premier objectif de rallier une gauche mondialiste qui déserterait le « bon » combat, celui du « transhumanisme », des OGM.et des HGM : « les transhumanistes démocrates, les sociaux démocrates pro-technosciences ou les techno-utopistes de gauche sont manifestement absents de leur niche théorique dans ce nouveau paysage politique » bref la gauche se tromperait d’adversaire depuis que « le luddisme a supplanté le techno-optimisme de gauche... » Toute la gauche serait-elle donc perdue ? Non pas, puisque des penseurs comme Onfray agirait pour guérir la gauche de l’humanisme. Les extropiens entendent bien prouver que le transhumanisme pourrait être aussi la grande solution solution... non seulement à la crise écologique mais aux inégalités sociales !.

Quels enjeux politiques pour les antiproductivistes ?

Ces mouvements transhumanistes et post-humanistes sont dangereux car ils se développent dans un contexte caractérisé par une conjonction de crises qui rend totalement impossible de poursuivre comme avant mais aussi par la disparition des grands idéaux collectifs. Ils entendent non seulement remplacer les utopies politiques par des utopies techno-scientiste mais inventer une issue à la crise systémique dans le cadre même du productivisme. Les NBIC constitueraient, selon leurs partisans, une source de croissance économique... sans fin. Est-ce par hasard si Jacques Attali, ce « socialiste », patron de la commission sarkozyenne de libération de la croissance, donne le doux nom de transhumains à la nouvelle élite... « 

Nouvelle classe créatrice » ou nouvelle classe dominatrice et prédatrice ?

***

Le sarkophage n° 9 est en, kiosque depuis le 15 Novembre. 2 euros, 16 pages

Sommaire

-  Les "agités du bocal", Charlotte Belge
-  Faut-il sauver la capitalisme en sacrifiant l’humanité, Paul Aries
-  Le catholicisme serait-il de droite ?, Alain Jugnon
-  Où sont les cathos de gauche ?, Christian Terras
-  Quel avenir pour les classes moyennes ?, Jean-Luc Debry
-  Créationnistes, laïcité et réformes de l’enseignement, Olivier Brosseau et Cyrille-Baudoin
-  Les matérialistes ont-ils une âme ?, Pascal Charbonnat
-  Alzheimer, cancer, stérilité... et si c’était la pollution ?, Catherine Levraud
-  La croissance élitiste, Jean-Marie Harribey
-  Philosophie de la banqueroute, Philippe Godard
-  Les économistes à la corbeille, Thierry Ribault
-  La planification à l’odre du jour, Michel Husson
-  Comment rationner l’énergie ?, Mathilde Szuba
-  Qu’est-ce que l’économie distributive ?, Marie-Louise Duboin
-  Au cas par cas, Laurent Paillard
-  Sous les couches-culottes, le pot aux roses, Thierry Ribault

source : Sistoeurs



Publié le 11 décembre 2008  par torpedo


envoyer
imprimer
sommaire
Forum de l'article
retour haut de page


Si vous appréciez le e-torpedo.net
participez à son indépendance, faites un don.

Contrat Creative Commonsdri.hebergement
Réalisation et conception Zala . Ce site utilise PHP et mySQL et est réalisé avec SPIP sous license GNU/GPL.
© 2005 e-torpedo.net les articles sont à votre disposition,veillez à mentionner, l'auteur et le site emetteur
ACCUEILPLAN DU SITEContact Syndiquez le contenu de ce site Admin