e-torpedo le webzine sans barbeles



Un regard sur le Vietnam dernier épisode par André Bouny

Catégorie exterieur
Il y a (25) contribution(s).

(JPEG)
Tam Côc récolte sous le soleil brûlant
Crédit Photo : ANDRE BOUNY (2008)

Le Viêt Nam est un pays de contraste des mondes ancien et nouveau : je me souviens de cette femme tirant l’araire dans la boue de la rizière sous un immense panneau publicitaire vantant les mérites de la dernière mobylette japonaise ; je me souviens de cette étudiante à vélo dans sa tunique blanche portant sur son visage un masque de tissu aux couleurs du drapeau américain ; je me souviens de cet amputé lépreux sur sa planche à roulette parlant dans un téléphone portable. Mais ces contrastes restent matériels. Ne naissent-ils pas de l’acceptation enfouie d’un Viêt Nam éternellement pauvre et exotique -confusion de l’exotisme et de la pauvreté- en comparaison de la précellence de notre confort matériel, comme si sous ce préjugé nichaient encore des scories de colonialisme et de supériorité ?

(JPEG)
Bras du Mékong jeune marchande
Crédit Photo : ANDRE BOUNY (2008)

Contrairement au comportement occidental, l’attitude vietnamienne ne cherche pas à dompter les éléments de la nature, elle les contourne et les détourne à ses fins.

Elle est adaptée.

(JPEG)
Hanoï entrée de pagode et son ficus
Crédit Photo : ANDRE BOUNY (2008)

¹ Les déplacements par la route au Viêt Nam représentent sans conteste le péril le plus élevé, loin devant trains et bateaux qui ont pourtant un palmarès effrayant. Plus de douze mille morts l’année dernière, alors qu’il s’agit d’un parc de véhicules relativement lents. Les autorités prennent des mesures drastiques : port du casque obligatoire pour les mobylettes, limitations des vitesses, contrôles sévères. En ce qui concerne le port du casque, il ne s’agit pas d’un casque intégral. Ce sont des casques détourés autour des oreilles et de la nuque, donc pas de protection des vertèbres cervicales, ni de l’oreille interne ni de la mâchoire inférieure. Mais n’oublions pas qu’au Viêt Nam la façon de circuler nécessite de bien entendre et d’être bien entendu puisque dans la réalité le klaxon reste la base du code de la route. Le pays est dépassé par son propre développement : tous ces véhicules arrivent sans que des structures adaptées existent pour les recevoir -alors qu’il n’y a que quatre automobiles pour mille personnes, ces véhicules étant principalement des taxis dans les villes. La vitesse limitée, elle, est confrontée aux habitudes qui ont la peau dure. Et les contrôles policiers s’apparentent à du racket selon les dires des usagers et l’observation. Et puis, est-ce qu’un peuple renaissant de fraîche date de l’audace et de la mort peut s’appliquer des règles de sécurité dans la quotidienneté ? On retrouve ici le problème endémique du Viêt Nam, celui d’une carence éducative, d’une absence de rigueur minimale en ce qui concerne les dangers, et par-dessus tout de formation, donc de compétences. Le véritable espoir réside dans le fait que, maintenant, ce diagnostic est clairement identifié, reconnu à la Une des journaux vietnamiens.

² Les cours d’eau appelés "rivières" au Viêt Nam peuvent atteindre des kilomètres de largeur et parfois il est même impossible de voir l’autre rive, tandis que chez-nous les cours d’eau de quelques centaines de mètres se disent "fleuves".

(JPEG)
ITINERAIRE voyage André Bouny
2008

Notes :
-  Une inquiétude taraude, elle vaut pour tout le Viêt Nam. Tant de beauté et de biodiversité restantes appellent des mesures visant à limiter la motorisation à tout va, de surcroît puissante, le long des berges fragiles, roches tendres ou mangroves, à résoudre les rejets des installations industrielles inadéquates à proximité des lieux sensibles bien qu’ils le soient tous, à modifier ce comportement du rejet systématique de tout déchet personnel quel qu’il soit et en quelque lieu que ce soit. Le Viêt Nam se trouve face à un grave problème comportemental risquant de devenir insoluble, car les services de nettoyage se sont adaptés aux mœurs et non l’inverse. La pauvreté fabrique des "recycleurs de secours" qui récupèrent certaines matières traînant partout comme papiers et cartons, ferrailles, plastiques et caoutchoucs pour les revendre et survivre, mais ceux-là ne passent pas dans la mer, dans les fleuves et sur les bords des routes comme en de multiples autres endroits.

-  Au fil de mes voyages au Viêt Nam depuis 14 années, je remarque l’amélioration de l’état des routes existantes ainsi que l’effort d’électrification du pays. Cependant, la forte croissance de ce pays ne profite pas à la majorité des habitants qui vivent à la campagne (montagnes, plateaux, vallées, deltas, littoraux) mais aux centres des villes, essentiellement Hanoi et Ho Chi Minh-Ville, cette dernière étant la locomotive de l’économie vietnamienne.

-  Après que nous ayons quitté les montagnes de Sapa au Nord du pays, le typhon Kammuri y fit 150 morts, 81 blessés et 45 disparus. Après que nous ayons quitté Châu Dôc au Sud du pays, les inondations y firent 130 morts, 32 disparus et 90 blessés. Nous ne sommes pas précurseurs de catastrophes. Aujourd’hui, septembre 2008, le typhon Hagupit aurait fait 32 morts, 5 disparus et 36 blessés (bilan provisoire). Dernièrement, les inondations ont tué à Huê et Quang Nai, au Centre du pays. Chaque année, les typhons -et non les cyclones comme écrivent sans s’en rendre compte la plupart des médias internationaux américanisés jusque dans les termes météorologiques- font un grand nombre de victimes au Viêt Nam, et on ne peut s’empêcher de penser que se sont toujours les pays pauvres qui subissent de plein fouet les catastrophes naturelles stimulées, probablement, par les effets secondaires des technologies des pays riches.

-  Chaque fois que j’ai rencontré des personnalités vietnamiennes, j’ai évoqué la nécessité d’abolir la peine de mort, soulignant qu’au-delà de son abomination, elle était un frein à un plus large soutien international.

André Bouny, père d’enfant vietnamiens, président du Comité International de Soutien aux victimes vietnamiennes de l’Agent Orange et au procès de New York (CIS).

(JPEG)
HANOÏ temple de la littérature
Crédit Photo : André BOUNY (2008)

Découvrir ou (re) découvrir :
Episode 1
Episode 2
Episode 3
Episode 4
Episode 5
Episode 6
Episode 7
Episode 8
Episode 9

L’intégralité du texte en PDF

PDF - 229.4 ko


Publié le 23 février 2009  par André Bouny


envoyer
commenter
imprimer
sommaire
Forum de l'article
retour haut de page


Si vous appréciez le e-torpedo.net
participez à son indépendance, faites un don.

Contrat Creative Commonsdri.hebergement
Réalisation et conception Zala . Ce site utilise PHP et mySQL et est réalisé avec SPIP sous license GNU/GPL.
© 2005 e-torpedo.net les articles sont à votre disposition,veillez à mentionner, l'auteur et le site emetteur
ACCUEILPLAN DU SITEContact Syndiquez le contenu de ce site Admin