e-torpedo le webzine sans barbeles



La violence elle est déjà là ! par André Langaney

Catégorie société
Il y a (1) contribution(s).

(JPEG) Quand un animal acculé ne peut plus fuir, il se retourne au dernier moment pour lutter, fût-ce de manière désespérée, contre son agresseur. Sinon, c’est l’inhibition de l’action, la déprime et la mort. La lutte violente est la pire solution, c’est parfois la seule !

Le patronat et, à travers lui, ses actionnaires, réduisent des régions entières à la misère pour gagner, ailleurs, toujours un peu plus d’argent - dont ils n’ont, en général, plus rien à foutre. Les familles, ruinées par des licenciements imprévisibles dans des usines qui roulaient bien, sont acculées, entre banquiers, surendettement, chômage culpabilisé et déprime.

Si les travailleurs protestent et veulent négocier, on leur envoie des groupes anti-émeutes, parfois formés plus comme des chiens de combat que comme des fonctionnaires de police dévoués à la population.

Ne serait-on pas acculé à moins ?

Mais les convives du "Club du Fouquet’s", préposés à tout cela en France, ne sont jamais présents quand on ferme l’usine et l’on n’y trouve que des lampistes à séquestrer, parfois des salauds, pas toujours.

Et le comité local n’a même pas les moyens de Louise Michel pour enquêter et sortir l’identité des vrais responsables des réseaux méphitiques enchevêtrés de l’internationale capitaliste. Les connards en costard, qui gémissent contre la violence faite aux "pauvres patrons" mais n’ont que la République et les paroles hideuses de La Marseillaise à la bouche, feraient bien de se souvenir du nombre de têtes à leur image qu’il a fallu couper pour qu’ils en aient le loisir aujourd’hui !

Avant que les peuples ne recommencent, acculés par leur cynisme bien élevé, leur inhumanité et leur violence en col blanc...

in Siné Hebdo N° 35 du 6 mai 2009

Lu sur Altermonde sans frontières



Publié le 12 mai 2009  par torpedo


envoyer
imprimer
sommaire
Forum de l'article
  • La violence elle est déjà là ! par André Langaney
    15 mai 2009, par Delcuse
    Faudrait peut-être rappeler que, pendant la révolution française, ce n’est pas le peuple en arme qui a coupé des têtes, mais la bourgeoisie, justement pour terroriser la population appauvri en colère.
retour haut de page


Si vous appréciez le e-torpedo.net
participez à son indépendance, faites un don.

Contrat Creative Commonsdri.hebergement
Réalisation et conception Zala . Ce site utilise PHP et mySQL et est réalisé avec SPIP sous license GNU/GPL.
© 2005 e-torpedo.net les articles sont à votre disposition,veillez à mentionner, l'auteur et le site emetteur
ACCUEILPLAN DU SITEContact Syndiquez le contenu de ce site Admin