e-torpedo le webzine sans barbeles



Lire le « Capital » avec David Harvey

Catégorie société
Il y a (5) contribution(s).

(JPEG) A l’issue de son cours sur la lecture et l’analyse du premier tome du « Capital » de Karl Marx, David Harvey professeur d’anthropologie à l’Université de New-York (CUNY), s’interroge sur le travail qu’il nous appartient de faire aujourd’hui sur les découvertes du philosophe allemand pour ensuite les étendre à d’autre espaces de la pensée politique et sociale.

David Harvey (1) : « J’ai beaucoup travaillé sur des questions d’urbanisation [...] et de développement géographique qui sont, je pense, des questions cruciales... C’est un projet intellectuel qui découle de tout cela, qui est d’essayer de prendre les méthodes de Marx, de prendre ses découvertes et de les projeter sur différents terrains et tout en faisant cela, faire ce que Marx lui-même aurait fait, c’est-à-dire, revenir sur ses pas et conceptualiser différemment les mécanismes de base qu’il avait utilisés au tout début. Il y a donc un projet intellectuel sur lequel il est, en fait, passionnant de travailler... et qui est révélateur...

Je pense, par exemple, que je comprends aujourd’hui beaucoup mieux comment fonctionne l’expansion urbaine et ce qui se passe dans les villes après avoir travaillé de la sorte pendant les 15, 20 dernières années.

Mais il y a un second projet, qui est un projet politique qui est, n’est-ce pas [...] Nous devons faire face aujourd’hui à des problèmes urgents et, ce que Marx fait, c’est de lever un miroir devant nos yeux pour nous inciter à commencer à penser immédiatement à de nouveaux modes d’action.

Et je pense que c’est le moment de reprendre le terme fondamental de l’analyse marxiste, qui est la notion de lutte de classe, pour la remettre au premier plan.

Politiquement, un des problèmes auquel nous avons dû faire face pendant les trente dernières années est que les gens pensent que les classes n’existent pas ou que la lutte des classes est hors de propos.

Sur ce plan, ce que fait Marx, c’est de nous dire que, politiquement, vous n’irez nulle part -en étant aux prises avec le système-, tant que vous n’aurez pas décidé de vous engager dans une lutte de classes.

Ce que nous devons faire c’est de comprendre ce que cela peut vouloir dire. Je pense que Marx lui-même, à l’époque, dans ces écrits, n’était pas très sûr de ce que cela pouvait vouloir dire. Mais l’action politique révèle alors, -c’est ce qu’il nous a légué- qu’il est nécessaire de participer.

Qu’il est nécessaire de s’engager.

Même si vous ne connaissez pas toutes les théories, même si vous ne connaissez rien, vous connaissez assez de choses sur les dynamiques du système et vous savez que la question de la lutte des classes est fondamentale. Les gens vous diront immédiatement : « vous essayez de réduire la question de Nature à la lutte des classes ou vous essayez de réduire les questions de sexualité, de genre, de race, etc. à des questions de classes ». Et je pense que la réponse est non ; ce n’est pas du tout ce qui se passe. Il y a des luttes qui sont de premières importances et que l’on doit mener coûte que coûte.

Mais regardons la crise des subprimes et voyons de quelle façon elle affecte un grand nombre de personnes. Très sévère parmi les Afro-américains, très sévère parmi les femmes, chez les femmes touchant de bas salaires, et c’est un phénomène de classe. [...] Ce que nous devons faire c’est apprendre à ne pas redouter le mot « classe ». Je pense que nous devenons nerveux quand on parle de classe.

Mais il y a pourtant une excellent raison de s’énerver quand on parle de classe car, idéologiquement, la classe capitaliste, qui est très facile à définir aujourd’hui, ne veut pas que nous pensions aux classes. [...] La chose que la bourgeoise veut vous empêcher de faire - et c’est ce que Marx veut vous enseigner idéologiquement- la chose dont la bourgeoisie ne veut pas que vous parliez est une chose qu’elle défend bec et ongles.

Tout d’abord, il est très difficile de savoir où est le capital.

Nous avons des informations sur tout le reste.

Ils ont beaucoup d’informations sur nous, sur où on va, ce que nous faisons, etc.

Avons-nous les moyens de savoir où est leur argent ? Ils disent toujours : « Non. Non, nous n’avons pas les moyens de le savoir ! »

Mais ce les lois antiterroristes ont dévoilé est qu’ils auraient pu trouver d’où venait les capitaux s’ils l’avaient voulu. Ils ne veulent pas savoir. C’est la chose qui nous est cachée.

Ils nous cachent d’où viennent et où vont les capitaux.

Ils nous cachent aussi beaucoup d’informations sur le pouvoir capitaliste qui est un pouvoir de classe et la façon dont il fonctionne. Et tout cela parce que quelqu’un forcément s’opposerait à eux par la lutte des classes. Ils sont terrorisés par l’idée de lutte des classes.[...] Ce que Marx nous enseigne c’est que nous devons affronter le problème.

Alors maintenant, comment allons-nous le faire ?

C’est une question problématique. Un des problèmes que j’ai essayé de résoudre est que lorsqu’il existe une lutte autour du problème de l’accumulation primitive de capital et de l’accumulation par dépossession (2), les injustices engendrées doivent se résoudre au moyen de luttes sur les lieux de travail. Cela n’est pas toujours facile à faire. Mais il se trouve que maintenant, une inquiétude énorme entoure le problème de l’accumulation par dépossession. Et parfois, les mouvements ouvriers traditionnels ne veulent pas en entendre parler.

Le capital quant à lui, ne veut pas entendre parler des mouvements ouvriers.

Les dissensions qui existent autour de la question de la dépossession nous fait politiquement un très grand tort. Et je pense que Marx est très clair là-dessus, vous devez affronter ce qui est au cœur du problème. Et la pièce maîtresse de ce problème est qu’ils accumulent du capital dans votre dos ; ils le font soit par dépossession, soit par absorption de votre travail ou autre ; la vérité est qu’ils deviennent immensément riches et vous, vous êtes ceux qui vont en souffrir. Et cela ne peut continuer. Ce que Marx dit en mettant ce miroir sous nos yeux, c’est : « Réagissez ! Voici le problème. Occupez-vous en. Relancez la lutte des classes. »

Comment le faire ? Question problématique... mais vous devez le faire. C’est maintenant absolument nécessaire.

C’est non seulement une nécessité pour la classe ouvrière mais aussi pour l’humanité.



Publié le 3 juin 2009  par Philippe Nadouce


envoyer
imprimer
sommaire
Forum de l'article
retour haut de page


Si vous appréciez le e-torpedo.net
participez à son indépendance, faites un don.

Contrat Creative Commonsdri.hebergement
Réalisation et conception Zala . Ce site utilise PHP et mySQL et est réalisé avec SPIP sous license GNU/GPL.
© 2005 e-torpedo.net les articles sont à votre disposition,veillez à mentionner, l'auteur et le site emetteur
ACCUEILPLAN DU SITEContact Syndiquez le contenu de ce site Admin