e-torpedo le webzine sans barbeles



La dérive une nouvelle de Franca Maï dans la revue les chemins de traverse

Catégorie free littérature
Il y a (58) contribution(s).

La paix... Je voulais la paix...

J’étais enterrée sous le sable à regarder la lune. Enfin, le corps seulement car ma tête dégagée me permettait de discerner les yeux de cette rondeur infinie et je me demandais quelle force m’avait poussée à exercer une pression sur la porte vitrée et sale de ce café planté au milieu de la place venteuse et de le découvrir là, accoudé au comptoir, en discussion animée avec les piliers de bar. Il m’avait dit qu’il avait une course urgente à faire, il avait déjà englouti trois double pastis. C’était, deux jours auparavant. C’était, il y a bien longtemps.

On ne sait jamais ce que l’on gagne mais on sait ce que l’on perd. Pourtant mes chevilles, mes jambes, mon cerveau ont convergé vers lui dès la première minute où je l’ai aperçu, de dos. Son visage, je le devinais, mais je ne concevais aucun trait. Je ne pouvais pas formuler encore ce qui m’attirait vers lui, certainement la blessure qui irradiait de tout son être, mais je savais que cet homme-là, je rentrerai en contact avec lui et qu’à partir de cet instant précis, nous mènerions une danse hors du commun. C’était, il y a deux ans. C’était, il y a un siècle.

Lorsqu’il m’a parlé, sa voix a eu un effet apaisant sur mon être tout entier. Elle me berçait et je ne comprenais même pas les mots qui filaient de sa bouche mais cette tessiture particulière agissait comme un somnifère et je devinais que mes insomnies partiraient crécher vers un autre habitacle. Il m’a dévoilé toute sa vie, sans rien laisser dans l’ombre, il ne voulait pas jouer. Il ressentait à l’intérieur de lui, le même envoûtement. Nous étions déjà enseveli dans la chimère. Il m’a dit : « je suis alcoolique ». J’ai ri, je ne savais pas ce que cela voulait dire. Je ne bois que du thé.

Couper du bois est très difficile, la hache peut déraper et votre cheville baigner dans le sang. Il suffit que la tempête sévisse pour parfaire votre colère sourde. Pourtant vous cognez sur la bûche comme une déraisonnée pour ne plus entendre ces fucking battements de cœur. Ne rien ressentir et mourir d’inanition, voilà votre voyage autorisé.

Le sable est froid et mouillé, mon corps s’engourdit. Les vagues frappent en un rythme régulier et elles me bercent, sereines. Elles savent que je vais mal et qu’un grand cri bloqué au fond de ma gorge tente de s’évader, en vain.

Personne ne m’entend, je suis seule et la lune ricane.

L’absence me remplit de vide et je voudrais vous avouer ici combien je l’ai dans la peau.

Il y a eu maintes autres mensonges détournés en faux espoirs. Je l’ai déjà retrouvé à évacuer le même rituel dans des bistrots de passage. Pastis, vin Whisky. Il jurait que c’était la dernière fois. Cette fois-ci, ça ne passe pas, y’a une lumière rouge qui s’allume dans ma tête, peut-être parce que je pressens qu’une junkie rousse à la voix rauque opère insidieusement, derrière cette façade avinée.

Elle n’est pas belle, elle est commune mais on croirait que ça les rassure eux, les hommes. Chacun y va de sa petite blague salace et de temps en temps, elle se laisse toucher les fesses. Ils la pelotent gentiment à tour de rôle, mais ils ne font rien de mal, il faut bien qu’ils décompressent un peu de leur journée de travail avant de retrouver leurs chiards. Elle n’est pas sauvage et ses yeux brillent comme des promesses enchanteresses. Mais ça ne va pas plus loin. Et puis Pastis, vin, Whisky. Et les langues deviennent pâteuses et les pensées s’embrouillent et il fait bon vivre n’est-ce pas ! Et voilà, « c’est ma tournée ! » . C’est la voix rassurante de mon homme qui s’élève dans la griserie générale. Je l’attends indécise à la maison et le temps me semble long.

Je déteste attendre. J’ai toujours peur d’être abandonnée. L’attente me rend anxieuse. J’ai tellement d’appréhension que le pire me vomit ses entrailles et m’entraîne dans une spirale infernale. Mes mains deviennent moites, j’ai le pouls qui s’accélère, je suffoque. Alors il faut que je sorte à l’extérieur de la maison, que je voie le ciel plomber l’horizon et que j’entende les mouettes hurler. J’ai l’impression alors d’avoir une famille aux grands bras protecteurs, qui m’entoure de sa bienveillance. Et ça me calme, pour un moment. Enfin un tout petit moment. Après, l’extérieur n’est pas assez aéré et j’étouffe. Il me faudrait le large dans toute sa splendeur. Alors je compose le numéro du téléphone portable de mon homme et j’entends sa voix. Je suis calmée sur le champ. Il me parle et son rire giboyeux nourrit mes veines. Il arrive, il conduit sa caisse et dans trois kilomètres, il se love en moi. J’entends bien un brouhaha zarbi, mais je le crois. Je veux le croire. J’ai envie d’écraser mes dents contre ses dents.

Je ne sens plus le froid. Je ne sens plus mes orteils, ni mes doigts fins. Le sable ne me gêne plus. La lune vide ses viscères argentés sur une mer olympienne. Et je perçois les vagues livrées aux sirènes, parfaire leur tempo de valse oubliée. Et je peux projeter dans ma tête, son corps qui m’émeut tant. Cette chair gigantesque sculptée en rondeurs. Et cette jolie queue singulière au gland soyeux qui n’appartient qu’à moi. Il me l’a dit. Plusieurs fois. C’est à moi.

« Va mourir ».

Ce sont tes premiers mots. Tu détestes quand je te trouve. Le rire caché de tes compagnons de fortune dont tu as oublié le nom et le visage te dérange, mais ne sais-tu pas mon amour qu’ils auraient rêvé posséder une amoureuse qui brave la pluie et le mauvais temps pour venir les chercher et les ramener titubant dans leur sweet home.

Non, tu ne saisis pas, tu vois juste la virago qui dérange tes plans et bousille ton trio sacré : Pastis, vin, Whisky. Alors pour l’instant tu crises. Et tu me frappes en pleine rue, m’accolant violemment au mur de lierre en me traitant de tous les noms imagés que tu connais si bien et que j’aime t’entendre susurrer à mon oreille lorsque tu me fais l’amour. Mais tu peux me crier dessus, me regarder avec tes yeux perdus et dilatés, baignant dans un delirium de lucidité déjantée, je ne te laisserai pas aux mains noueuses de la dérive. Alors nous prenons le chemin qui borde la mer, malgré toi et tes résistances. Nous apercevons au loin l’énorme bâtisse rouge qui nous sert de refuge. Et je prie pendant les cinq cents mètres qui nous séparent des marches de l’escalier pour qu’aucune épave humaine ne croise notre chemin et ne te ramène dans le leurre d’ivresse.

C’est toi qui m’as dit un petit matin que tu voulais arrêter. Tu étais las de cette fatigue qui te minait des journées entières. Tu en avais marre de ce foie qui détruisait tout ton être. Les maux de tête, les tremblements, les crampes d’estomac, basta ... Tu voulais que ça prenne le large. Tu voulais retrouver ton énergie affolante d’avant. Tu voulais démonter la mer. Tu voulais m’impressionner.

Je suis bluffée grave. Plus aucune bouteille à la maison. Je sais que tu luttes ferme et tes changements d’humeur fréquents, je m’y habitue. Ce n’est pas facile car je ne détecte pas toujours l’instant où tu vas déraper. Le combat est titanesque et je ressens ton désarroi. Tu n’as plus d’envie réelle et tu ne me touches plus. Le vin te manque, il te rendait hardi et te poussait dans tes envies les plus crues. Il brisait tes tabous. Maintenant, tu ne me vois plus. Mon corps te laisse de bois. Je me sens affreuse et je marche dans la tempête pour enlever cette couche de vide qui m’envahit et mes pieds nus dans le sable s’ankylosent. Je voudrais fermer les yeux puis plonger dans un film de Disney paré de couleurs vives et chatoyantes, où tout finit bien. Ca reposerait mon crâne.

Lorsque j’ai pris la pelle et que j’ai creusé le trou, y’avait une telle rage en moi que je n’ai ressenti aucune difficulté à me terrer. Maintenant, je voudrais me lever, m’enfuir et courir loin vers des sphères accueillantes et chaudes mais je n’y arrive pas. Je voudrais voir ma mère, toucher son ventre, sentir ses aisselles. Mes pieds, mes jambes, mes bras ne n’obéissent plus. La mer s’approche et je la sens cracher son écume sur mon visage. Et la lune rit aux éclats avec ses dents pourries.

C’est un voisin qui m’a affranchie. Un homme à la retraite qui cultive son jardin méticuleusement à trois cent mètres de chez nous. Il ne m’avait jamais réellement adressé la parole avant. Il m’a juste dit « J’ai vu votre mari courir, il était en grande discussion avec une rousse ». Dans son regard, il n’y avait aucune méchanceté, pas une once d’intrigue ou de commérage, non simplement une évidence comme « il pleut aujourd’hui, couvrez-vous bien ». Je ne t’ai rien dit. Je pensais que le vieux radotait.

Tu m’as dit : « Plus aucune bouteille ne doit pénétrer notre édifice, promets-le moi ». J’y ai cru. Je t’ai aidé. J’ai bataillé ferme mais tu t’éloignais. Je ne savais pas que cela voulait dire que tu irais te réchauffer au comptoir des autres. Je n’avais pas bien compris. Je croyais que c’est ce que tu voulais profondément. Arrêter l’alcool. Pulvériser ta dépendance. Tu m’as dit : « Je veux courir ... Je veux retrouver mon dynamisme...J’ai besoin de cette solitude... de cette liberté... Réorganiser mes idées... ». Et tu partais. Et je t’admirais. Je trouvais très courageuse ta démarche. Ton visage reprenait les couleurs de la vie et je pouvais même y déceler des empreintes de l’enfance. Au début, tu rentrais vite, complètement essoufflé. Ta carapace chamboulée te faisait casquer sérieux. Tu avais mal partout. Tu pensais que tu n’y arriverais pas. Et tu y retournais, chaque matin, qu’il pleuve, qu’il vente ou qu’il rayonne. Je souffrais en silence de ton absence physique, mais j’étais dans ton cerveau et je savais que c’était une question de survie, que cela valait le coup d’escalader ce pic dément. Puis tu es rentré de plus en plus tard.

Et ton haleine ne sentait pas la mer.

Bien entendu, j’aurais pu parler à mes amis. Décrire les crises de perdition que tu nous faisais vivre lorsque tu pétais un plomb. Mais je ne savais pas comment les dire. Quelquefois, j’avais l’impression d’être dans un cauchemar, je croyais que j’allais me réveiller, que c’était un very bad dream et j’occultais la noirceur de tes actes pour plonger dans un trou noir, rassurant. Je connaissais déjà leur réponse : « Tu mérites mieux que cette larve. T’as plus l’âge de te faire chier sur cette satanée Terre ». Mais comment expliquer que j’étais accro à toi au-delà de tout, que je savais que tu t’en sortirais. Comment traduire que tu étais un homme magnifique et que les montagnes russes étaient vertigineuses d’adrénaline.

Les arbres sont fouettés par le vent. La nature gronde. Je t’attends, regardant par la fenêtre, les femmes et les hommes enlacer l’air marin. Je ne te vois pas. Je ne distingue même pas un point rouge éloigné qui pourrait m’indiquer que tu arrives. J’ai mal au ventre et je me tords en deux. Puis la panique s’empare de ma chair et je saute dans ma caisse en roulant dans un tourbillon. Je ne sais pas où m’aiguiller. Mes pieds appuient mécaniquement sur l’accélérateur et je conduis dans un état second. Le paysage défile, je croise des êtres trempés par la pluie et je leur prête à tous ton visage et te voir en multiple, me fait tourner la tête. Je sens que je vais perdre le contrôle. Je m’arrête sur le bord de la route, je prends un petit chemin qui me mène instantanément à l’océan. Une rousse te tient par la main et vous vous dirigez vers une voiture bleue qui n’est pas la tienne. Vous ne me voyez pas. Vous êtes seuls au monde. Je m’approche lentement, invisible à la terre, j’entends tes râles de plaisir et ce n’est pas le vent qui crie. Je recule, j’ai besoin de partir. Il faut que je parte. Vite. Je gerbe toutes mes illusions.

Je n’ai rien dit. J’ai encaissé sans dire un mot. Tu es revenu lessivé, cassé par cette course infernale sous cette pluie battante, mais tu sens que tu vas de mieux en mieux. Tu ne comprends pas pourquoi je fais la gueule. Tu es fatigué de voir cette tronche de souris. Tu en as marre de ma possessivité mal placée. Je dois comprendre que c’est une épreuve très périlleuse pour toi et que tu as besoin d’une aide et non pas d’un garde chiourme. Alors je te présente un visage plein de lumière et dans ton regard je sais maintenant que tu me hais profond.

Je ne t’ai rien demandé. C’est toi qui voulais arrêter. Moi aussi, je préférerais rire et chanter dans un café. M’amuser. Je voudrais que tu humes mes cheveux comme tu sais si bien le faire à ta rousse car maintenant je vous épie mais tu es amblyope, trop occupé à ta nouvelle donne. Tu changes ta chance. Tu m’habilles du mauvais rôle. Ca équilibre ta conscience. J’appelle sur ton portable mais tu le coupes. Tu m’as expliqué cent fois que ce contact avec la nature était privilégié et ne supportait aucun bavardage inutile. Pauvre hâbleur ! Et comme ta rousse est serveuse, Pastis, Vin, Whisky, sont de nouveau à l’ordre du jour. Mais tu ne sais pas que je sais. Enfin pas encore.

L’eau touche gentiment ma bouche. Elle a un goût salé. Puis elle recule avec délicatesse. Je pense que mon corps est déjà raide, je ne le sens plus. La lune danse et tourne sur elle-même. Ca fait mal aux yeux. Je la distingue encore mais ses mouvements sont trop véloces et je vois flou. Y’a des petites lucioles qui garnissent mon cerveau. Mais je me force à garder les yeux ouverts même si je souffre atrocement. Je veux tout voir.

J’ai mal mon Amour. Tu me manques. Tu es parti depuis plus de trois heures, courir pour ta santé. Je n’ai pas de contact avec toi. Tu m’as fait l’amour, avec beaucoup de tendresse et tu as même marqué ton territoire par des jeux extrêmement érotiques. Ta bouche sur mon sexe s’est affolée, mais je n’ai pas joui. La rousse interférait ma vision, elle polluait mon jardin magique. Ne pas entendre mes gémissements de plaisir, t’a déstabilisé. Et tu as été très gentil avec mon corps, comme au début de notre rencontre. Tu as commencé à me regarder de nouveau avec des yeux épris. Mais j’ai pensé que cela ne m’était pas destiné. J’étais sur mes gardes. J’avais perdu mon innocence.

Je voudrais rayer ces mois de merde et repartir à la case départ. Je suis au bout du rouleau. Mais qui peut entendre ce cri désespéré, à part les oiseaux palmipèdes. Je flanche. Je me fous de tout. L’évier est sale, la maison zigzague, je ne fais tourner aucune machine à laver. Je me laisse aller. Mon homme est surpris et assure à ma place. Il reconnaît que c’est difficile de l’accompagner dans ce chemin initiatique mais que je me débrouille bien. Il ne court plus, il part seulement faire des courses plus ou moins longues et je mets un point d’honneur à le dépister où qu’il soit. Et il déteste çà. Vraiment, il déteste çà.

J’ai rencontré la rousse. Je lui ai payé un verre. Je lui ai fait croire que tu m’avais tout raconté et j’ai glissé des détails bien triviaux. Elle était estomaquée. Surtout lorsque j’ai répété : « Il m’a dit que c’était purement hygiénique ». Elle a éructé : « Hygiénique, il va voir le bâtard... Quand je pense que je lui avais proposé ce café .... » Oh, j’ai vu le tableau !... Ton grand corps animal, derrière les fourneaux, elle au comptoir à pavaner dans sa chair molle offerte et comme bouquet final, les ivrognes dans leur transe perpétuelle.

Toute cette bataille quotidienne pour en arriver là.

Ca m’a déçue. Elle était vraiment quelconque et sur son avant-bras, il y avait des traces de piqûres. Elle se shootait en plus. J’ai enfoncé le clou : « Ouais, il m’en a parlé mais ça le branche pas, il m’a dit qu’il ne serait jamais ton grouillot !... ». Elle respirait fort, elle venait de se manger une claque cérébrale, elle a payé sa tournée. « Tu peux te le garder ton vermisseau de mes deux !... » Elle s’est retournée vivement vers son tiroir caisse et dans la glace, j’ai su qu’elle pleurait. Pauvre petite andouille de service. A l’intérieur, je me marrais et j’avais une douleur aigue qui grandissait salement.

« C’est à toi »

Tu me l’as dit et répété et moi j’y ai cru dur comme fer. Je ne peux pas partager, je ne saurais jamais partager. Savoir qu’elle t’a pris dans sa gorge et que tu lui as versé ce miel à la saveur si douce, me troue. Penser que tu as glissé ta queue dans sa fosse humide, me tue à petit feu. Tu es assis en face de moi et nous déjeunons, mais je ne peux plus te regarder, tu me débectes. Et pourtant je ne peux vivre sans toi, dès que tu t’éloignes, je sens la vie se retirer.

« Tu as une petite mine, tu dois te reposer... Arrête de t’inquiéter pour un rien... Je suis sur le bon chemin...Merci d’être si patiente... » Tu te fous de ma gueule avec ta face d’ange mais je sais aujourd’hui que tu as peur de me perdre. Dans tes yeux, je lis cette angoisse incommensurable. Et tu grattes tes paumes « Tu sais, c’est rien un pastis ou deux dans un café, c’est rien par rapport à ce que je buvais avant... ». Continue à me bercer de tes mots, mon Amour, je n’écoute plus tes paroles, c’est juste la musicalité qui m’envoûte. Tu peux me caresser tout le corps, me branler férocement ou me plonger dans un bain de tendresse, je suis fermée à tout jamais. J’ai perdu la clef. Et c’est d’un triste.

Curieusement, je ne te cherche plus, je ne guette plus tes pas. Je me suis construit une tour d’ivoire et je ne ressens aucune douleur. Je peux marcher des heures et des heures sans flairer de fragrances. Je n’ai pas faim. Tu te sens perdu, tu n’as plus de prise sur moi. Ca te pose un problème et lorsque tu rencontres une difficulté, tu bois à nouveau. Et tu fuis dans des sommeils narcotiques. Et moi, je fugue dans ma tête. Je suis absente. Nous nous accrochons aux parois d’un quotidien comme des animaux essoufflés.

Et je massacre les bouteilles vides.

Je te jure mon Amour, que je voudrais retrouver ma candeur. J’aimerais détruire à jamais ces images empoisonneuses, mais je la vois, ta tige si touchante dans sa bouche, ce va et vient perpétuel ronronnant qui berce comme le train. Le visage inondé et radieux que tu lui as offert, me gifle. Je voudrais pouvoir anéantir ces souvenirs et oublier tout. Recommencer le tour de manège avec toi, mais je n’y arrive pas, je te jure, je n’y arrive pas. Et je t’aime, je ne veux pas te perdre. Mais je ne sais pas comment faire. Je voudrais pouvoir dépasser cette rancœur, mais des pensées obsessionnelles jaillissent et barricadent mon crâne dans un amas de tumulus. Je sens que je lâche prise.

Je suis injuste, c’est de ma faute tout cela. Je devais te faire confiance. La rousse n’était pas importante, sinon je te connais, tu m’aurais lâchée dans le premier ravin.

-Pourquoi ai-je voulu vérifier ta vérité fardée ?

Tu ne buvais plus une goutte dans notre sweet home, il fallait que j’aie foi en tes promenades. Tu aurais tout régulé de toi-même. Mais j’ai endossé le rôle de la méchante, celle qui interdit et ta peur s’est transformée en animosité.

-Mais comprends-tu que tout ce temps éloigné l’un de l’autre, creusait notre sépulture ?...

Et que la mer me harcelait sans répit.

J’ai horreur des mouettes, j’ai acheté un gun et je les bousille avec minutie. Je reprends pied sur cette terre ingrate, mon sang s’active. Le charme réintègre ma carcasse et l’on retrouve des moments de complicité. A certaines heures de la nuit. Mais une petite ritournelle cavale dans ma tête et je ne dors jamais sur mes deux oreilles.

Tu reviens de tes escapades de plus en plus bourré et je m’en fous. Mes cheveux poussent et je ne les coiffe plus. Ca me fatigue. Un rien me fatigue, même les hommes qui m’accostent. Mon manteau s’ouvre quelquefois sans raison et ma nudité albâtre attire l’œil du connaisseur. Tu ne sais pas que je sais et je sais que tu ne sais pas. Mais je me sens sale. L’urine me sert de parfum et je m’écœure sérieux. Face à la jalousie qui dévoile la magnitude des astres reflétant sur l’eau, je pose souvent le gun sur ma tempe. Dans le barillet une seule balle gold se niche empoisonnée. Elle attend son heure. La roulette russe m’occupe l’esprit et j’ai l’impression que tes absences durent moins longtemps.

Je ne m’ennuie plus et cette légèreté me fige un sourire éteint.

Et puis, j’ai poussé la porte vitrée et sale de ce café planté au milieu de la place venteuse et tu riais de ce grand rire communicateur. Les gens agrippés autour de toi, avaient chaud. Ils se réchauffaient à ta bonne humeur expansive. Pastis, Vin, Whisky coulaient à flots. Et puis j’ai distingué une rousse. Et je n’ai pas eu envie de découvrir de nouveau ta queue soyeuse dans sa bouche avariée. Non, je n’en ai pas eu envie !

Les vagues me font suffoquer. Elles pénètrent ma gorge, mon nez et commencent à attaquer cruellement mes yeux. C’est douloureux d’avaler l’eau salée sans pouvoir respirer, ne serait-ce qu’une seconde. Je suis certaine que les mouettes vont venir transpercer mon crâne avec leurs becs pointus comme des lames. Et qu’elles se vengeront. Mais je ne sentirai rien, je suis complètement transie. La lune crache ses postillons sur le sable froid et un petit filet rouge sang les colore. Maintenant tu sauras que je savais.

Désormais, je veux la paix....


La nouvelle LA DERIVE vient de paraître dans la superbe revue Les chemins de Traverse N°34
juin 2009


(JPEG)
Crédit Photo couverture
Didier Delaine (2009)

Pour toute commande : Adhésion annuelle à L’Ours Blanc + abonnement aux " Chemins de Traverse"

France et CE
25 €/an (membre adhérent)
30 € et plus (membre bienfaiteur)

(JPEG)
Franca Maï
Photographiée par Didier Delaine (2009)

Site de la romancière Franca Maï
Ses lectures musicales

Sommaire de la revue des Chemins de Traverse

Dossier Les chemins d’un auteur Entretien avec Christian Rome par Bernard Giusti

Dossier Chemins de Traverse

1. Histoires de cinéma chronique de Christian Rome : Sur les Quais, d’Elia Kazan.

2. Présentation de la revue Cinéscopie par Michel Gasqui

3. La reine Kiki de Montparnasse la chronique sur Paris de Pierre Meige

4. Bobo Art article de Jean-Paul Gavard-Perret

5. Démons poème de Marie-Agnès Roch

6. Ecrire ? texte poétique de Marie-Noëlle Wücher

7. L’été va venir poème d’Isabelle Lelouch

8. Il se fait tard suite poétique de Sara Naor

9. La tache nouvelle d’Annie Rudnicki

10. Les aigles apatrides nouvelle de Pascal Truchet

11. Arbre nu poème et dessin de Bérangère Thomas

12. Feria d’amour de Mylène Martinez, critique de Christian Rome

13. La dérive nouvelle de Franca Maï, illustrations d’Arena

14. Critique de Crescendo, roman de Franca Maï, par Bernard Giusti

15. Kapisko poème de Franca Maï, photos de Didier Delaine

16. Stella Díaz Varín, La Colorina chronique Ecrivains du bout du monde de Diomenia Carvajal

17. Le mot, poème de Stella Díaz Varín

18. Le Grenier des ivresses de Marc-Louis Questin

19. Orphée, Le chant des mers poèmes de Camille Aubaude

20. L’arithmétique aléatoire nouvelle de Claude Chanaud

21. Présentation de Chroniques gaillardes de Bourg-en-Brenne de Claude Chanaud

22. Guy de Maupassant, le passeur de mots la chronique fantastique de Lucien Nosloj

23. Les Frontières Désertées ou La repentance de l’homme occidental article de Jean Maffioletti

24. Fontaine St Michel poème et illustrations de Bérangère Thomas

Dossier Midi-Pyrénées
1. Editorial de Bruno Talavera

2. Ma voix est trop lourde..., Dimanche matin, Qu’attendez-vous, poèmes de Matthias Trives

Dossier Les Cahiers du Québec

1. Réflexion sur le Québec : un peuple de wampums couleur d’iris article de Sébastien Malette

2. J’ai marché dans Venise, Colonnes, poèmes de Line Gringas

3. L’olivier de Limoilou roman de Huguette Poitras par Chantal Liart

4. Métisse d’âme et Nanuk poèmes de Marie Cholette

5. Le grenier à images, Chemins de traverse, poèmes de Huguette Poitras

6. Métisser les saveurs de l’imaginaire article de Jeff Tremblay avec un tableau de l’auteur

7. 38, rue Hauteville-2 Victor Hugo à Guernesey suite de l’article de Denys Gagnon

8. Le capitaine Anaclet Leblanc a rencontré Al Capone sur son bateau texte de Rodrigue Gignac

9. Acrostiche poème de la Princesse Anne-Marie Tsi8ie

10. Paroles de silence poème de Rodrigue Gignac

11. Poèmes de Cécile Cloutier

12. Voyage poème et tableau de Carol Poulin

13. Dimanche matin poème et tableau de Carol Poulin

14. Mon dernier poème de Rodrigue Gignac

15. La fable du marchand de sable et du marchand de tapis de Huguette Poitras

Dossier La Chronique de Belgique

1. Piet Lincken, un artiste multi-culturel et libre par Marcel Bauwens

2. J’ai..., Dans ma bauge..., Quoi ?, poèmes de Piet Lincken

3. Les premières cerises nouvelle d’Isabelle Bielecki

4. Clair-obscur, Enigme, poèmes de Marcel Bauwens

5. Trois haïku d’Eric Dejaeger

6. Tomy, nouvelle de Piet Lincken

7. Labyrinthe et La réponse, poèmes d’Isabelle Bielecki

8. Blasphème sur un soleil de Piet Lincken

9. Birimes poème de Marcel Bauwens



Publié le 21 juillet 2009  par torpedo


envoyer
imprimer
sommaire
Forum de l'article
  • La dérive une nouvelle de Franca Maï dans la revue les chemins de traverse
    11 décembre 2014, par Takis23
    Je aime la partie où vous dites que vous faites cela pour donner en retour mais je suppose par tous les commentaires que cela fonctionne aussi bien pour vous. http://www.dietmythsandfacts.com/2013/10/old-school-new-body-user-reviews.html
    • La dérive une nouvelle de Franca Maï dans la revue les chemins de traverse
      14 octobre 2015, par yogesh
      Pleasant article. I simply became aware of your site in addition to wanted to say that we have genuinely loved checking your site posts. Time Attendance System dubai
      • La dérive une nouvelle de Franca Maï dans la revue les chemins de traverse
        5 décembre 2015, par yogesh
        Brilliant blog. When i relished looking at your own content articles. It is truly a fantastic study personally. UAE domain name registrar
        • La dérive une nouvelle de Franca Maï dans la revue les chemins de traverse
          14 décembre 2015, par yogesh
          Many people on the other hand contain exploration file well and perhaps ought to be you could potentially manual everyone amazing. bulk url shortner
          • La dérive une nouvelle de Franca Maï dans la revue les chemins de traverse
            2 juillet 2016, par yogesh
            I was very impressed by this post, this site has always been pleasant news Thank you very much for such an interesting post, and I meet them more often then I visited this site. Best Angkor Guide
            • La dérive une nouvelle de Franca Maï dans la revue les chemins de traverse
              29 juillet 2016, par yogesh
              Such a very useful article. Very interesting to read this article.I would like to thank you for the efforts you had made for writing this awesome article. handpunch dubai
              • La dérive une nouvelle de Franca Maï dans la revue les chemins de traverse
                13 septembre 2016, par yogesh
                It would be great to read something more concerning this theme. The only thing it would also be great to see on this blog is some pics of some gadgets. Body Massage Twin Cities
              • La dérive une nouvelle de Franca Maï dans la revue les chemins de traverse
                23 septembre 2016, par yogesh
                Especially leaving a husband and small children.Thank you for sharing this delightful story. Fraud lawyer
              • La dérive une nouvelle de Franca Maï dans la revue les chemins de traverse
                21 octobre 2016, par yogesh
                I have been researching this subject a couple of days now for an investigation I am writing. unlock cell
              • La dérive une nouvelle de Franca Maï dans la revue les chemins de traverse
                24 décembre 2016, par yogesh
                Your blog is beautiful thank you very much for your share.You can also to look at my home page maybe have what you like. chiropractor Seville Grove
            • La dérive une nouvelle de Franca Maï dans la revue les chemins de traverse
              26 octobre 2016, par yogesh
              Such a very useful article. Very interesting to read this article.I would like to thank you for the Efforts You Had made ​​for writing This awesome article. Numbering Machine
          • La dérive une nouvelle de Franca Maï dans la revue les chemins de traverse
            15 septembre 2016, par yogesh
            I am going to totally make use of a know about this sort of in addition to perfectly although reasonable know-how your own extra guitar strings currently. Best Luxury Hotels in Siem Reap
        • La dérive une nouvelle de Franca Maï dans la revue les chemins de traverse
          13 janvier 2016, par yogesh
          My business is merely undoubtedly excited you have a look at this type of write-up which include enough crucial particulars, get pleasure from in relation to delivering enough components. Book Disney Property Hotel
          • La dérive une nouvelle de Franca Maï dans la revue les chemins de traverse
            8 septembre 2016, par yogesh
            In fact I must say i perform take into account your own data in this placing. Kind regards all kinds devised for referring to this phenomenal documents. film poster
        • La dérive une nouvelle de Franca Maï dans la revue les chemins de traverse
          20 janvier 2016, par yogesh
          Take care created intended for in search of your schedule in order to check out this sort of, I’ve got to state my wife and i experience relatively concerning most of these in addition to take pleasure in knowing more only for this sort of subject matter. renta de departamentos amueblados en monterrey
          • La dérive une nouvelle de Franca Maï dans la revue les chemins de traverse
            6 février 2016, par yogesh
            Tumblr will be for example a highly skilled in addition to good repeat replicate article writer in addition to affordable viewpoints. Excellent have the desired effect. Australian Immigration
            • La dérive une nouvelle de Franca Maï dans la revue les chemins de traverse
              11 février 2016, par yogesh
              Our enterprise is just incredibly fortuitous in order to accomplished contemplate your website. Assist spectacular execute. Container Architecture
              • La dérive une nouvelle de Franca Maï dans la revue les chemins de traverse
                1er avril 2016, par yogesh
                While when i dearest the majority of simple simple a significant little bit of acquiring that could training. My business is merely regularly in search of very useful components applying this craze. watch nba online free
              • La dérive une nouvelle de Franca Maï dans la revue les chemins de traverse
                20 avril 2016, par yogesh
                Any person acquired farmed outstanding data honestly at this time there. Japanese noodle Minneapolis
              • La dérive une nouvelle de Franca Maï dans la revue les chemins de traverse
                1er septembre 2016, par yogesh
                Thanks for providing such useful information. I truly thank you for professional approach. budget conveyancers brisbane
                • La dérive une nouvelle de Franca Maï dans la revue les chemins de traverse
                  20 février 2017, par yogesh
                  I have been reading out a quantity of your articles and it is lovely stuff. I will certainly bookmark your site. best e juice
                  • La dérive une nouvelle de Franca Maï dans la revue les chemins de traverse
                    2 mars 2017, par yogesh
                    I have clarify such a variety of article of this site in which some of them were exceptionally intresting and inspiring. This article has great title with great depiction. accommodation sydney harbour
            • La dérive une nouvelle de Franca Maï dans la revue les chemins de traverse
              25 février 2016, par yogesh
              We are in addition giving them to help my mate to relish your own building style. Chinese Restaurants St Paul Downtown MN
            • La dérive une nouvelle de Franca Maï dans la revue les chemins de traverse
              1er mars 2016, par yogesh
              Any individual conducted different fantastic factors surely, at this time there. I did so as a result that is why because of this any research with regard to they are going to along with established many people may likely visit really feel your site. Essential Oils
              • La dérive une nouvelle de Franca Maï dans la revue les chemins de traverse
                20 décembre 2016, par yogesh
                I truly appreciate this post.The design of the home is very beautiful. I am very lucky to be able to come to see your weblog.Keep up the good work. battery operated cars for kids
          • La dérive une nouvelle de Franca Maï dans la revue les chemins de traverse
            23 mars 2016, par yogesh
            My partner and i every day read your own information sites and offer my personal detect for your in this article these details can be also fantastic and as a consequence useful. Sex Contacts
            • La dérive une nouvelle de Franca Maï dans la revue les chemins de traverse
              6 juin 2016, par yogesh
              This type of site is frequently these kinds of walk-through for instance documents everyone wanted for this reason in addition to nevertheless didn’t know that in order to difficult task. Outcall massage St paul MN
            • La dérive une nouvelle de Franca Maï dans la revue les chemins de traverse
              22 août 2016, par yogesh
              Thank you with regard to another great article. Where by different can everyone obtain that sort of info. 廣告製作
          • La dérive une nouvelle de Franca Maï dans la revue les chemins de traverse
            27 août 2016, par yogesh
            Your blog provided us with valuable to work with. Each & every tips of your post are awesome. Thanks a lot for sharing. Keep blogging.. online european pillow covers Australia
            • La dérive une nouvelle de Franca Maï dans la revue les chemins de traverse
              20 mars 2017, par yogesh
              Thanks for taking the time to discuss this i feel strongly about it and love learning more on this topic. It is extremely helpful for me. Mother gift to lebanon
        • La dérive une nouvelle de Franca Maï dans la revue les chemins de traverse
          13 juin 2016, par yogesh
          Your job will be very fantastic in addition to While i get pleasure from anyone in addition to hopping for a number of extra very helpful content articles or maybe critiques. agence magento
      • La dérive une nouvelle de Franca Maï dans la revue les chemins de traverse
        6 janvier 2016, par yogesh
        I ought to show my wife and i beloved your individual cappuccino exceptional specifics all people supply alone family just by this particular web page. Goal Games Google Play Store
        • La dérive une nouvelle de Franca Maï dans la revue les chemins de traverse
          29 mars 2016, par yogesh
          By which produced all of us unfortunate for the lady appeared getting had at any time that will gets to that will right before age group. Oriental Massage Cary
          • La dérive une nouvelle de Franca Maï dans la revue les chemins de traverse
            15 avril 2016, par yogesh
          • La dérive une nouvelle de Franca Maï dans la revue les chemins de traverse
            27 juin 2016, par yogesh
            You have opened my eyes to varying views on this topic with interesting and solid content. dating advice
            • La dérive une nouvelle de Franca Maï dans la revue les chemins de traverse
              5 janvier 2017, par yogesh
              This blog is very cute. The web design is very appealing and eye-catching. The article is well-written and can be considered as an interesting one to read. I never regret of stopping by to your website. Самые дешевые квартиры в Москве
        • La dérive une nouvelle de Franca Maï dans la revue les chemins de traverse
          24 mai 2016, par yogesh
          It is very informative to all.. Thank you very much for this info and keep going.... Walt Disney World tips
      • La dérive une nouvelle de Franca Maï dans la revue les chemins de traverse
        19 juillet 2016, par yogesh
        Your article is very exciting and informational. I am trying to decide on a career move and this has helped me with one aspect. Thank you so much ! Restaurants Blaine MN
    • La dérive une nouvelle de Franca Maï dans la revue les chemins de traverse
      23 novembre 2015, par yogesh
      Commonly ones write-up is really helpful besides I love to of which. It’s tough to aid assortment incredible in the unfavorable usually, nevertheless I actually obtain impact you’ve nailed buying of which process. An individual crank out effectively that may be fantastic. Commercial cleaning service in dubai
      • La dérive une nouvelle de Franca Maï dans la revue les chemins de traverse
        29 avril 2016, par yogesh
        I definitely will certainly seek under once again so that you can study fresh announcements. Relative concerning building. natural facelift
        • La dérive une nouvelle de Franca Maï dans la revue les chemins de traverse
          4 mai 2016, par yogesh
          I’ve got to view you will end up doing an exceptional run. You may need to keep many of these excellent run. Painting services Perth
          • La dérive une nouvelle de Franca Maï dans la revue les chemins de traverse
            12 août 2016, par yogesh
            Thank you for the great article in addition many thanks for the your presenting all of us great info. Remember to maintain submitting. Escorts in London
      • La dérive une nouvelle de Franca Maï dans la revue les chemins de traverse
        2 mai 2016, par yogesh
        We’re just would not effective exactly what your region is generally obtaining your own files, however excellent materials. Brooklyn Driving School
        • La dérive une nouvelle de Franca Maï dans la revue les chemins de traverse
          15 juin 2016, par yogesh
          This post is truly inspiring. I like your post and everything you share with us is current and very informative, I want to bookmark the page so I can return here from you that you have done a fantastic job. dji italia
    • La dérive une nouvelle de Franca Maï dans la revue les chemins de traverse
      4 mars 2016, par yogesh
      Most people Awesome, You have composed a first-rate site such as persuaded us anyone not too long ago go through this kind of ! Custom Cell Phone Case
      • La dérive une nouvelle de Franca Maï dans la revue les chemins de traverse
        17 mai 2016, par yogesh
        If you’re choosing greatest intended theme like me personally, merely shell out a trip that fabulous site each day given it treats credit intended theme, kind regards. Surrey Escorts
      • La dérive une nouvelle de Franca Maï dans la revue les chemins de traverse
        13 juillet 2016, par yogesh
        Thanks for this very useful info you have provided us. I will bookmark this for future reference and refer it to my friends. More power to your blog. los angeles web design agency
      • La dérive une nouvelle de Franca Maï dans la revue les chemins de traverse
        22 juillet 2016, par yogesh
        Your website is really very intriguing. I am totally impressed using your blog. So keep submitting. network cabling services
    • La dérive une nouvelle de Franca Maï dans la revue les chemins de traverse
      7 mars 2016, par ganguly34
      good this matter user can quickly understand by seeing just. Mobdro iPhone App or Personal Computer Desktop Computer or Mobdro Download for iPhone nice.
    • La dérive une nouvelle de Franca Maï dans la revue les chemins de traverse
      12 mars 2016, par ganguly34
      good from simply regular appearances or wedding appearances. YouCam Perfect Download all the time on social networks, but, following a night’s slumber, YouCam Perfect Free great.
  • La dérive une nouvelle de Franca Maï dans la revue les chemins de traverse
    19 septembre 2016, par valentino11
    UGG brand is originated in 1978 in Southern California ED Hardy Outlet beach United States Coach Outlet Store Online international Kate Spade Outlet high fashion lifestyle Cheap Jordans brand. UGG material quality,Michael Kors Outlet Store craftsmanship Coach Purses and brought throughout Coach Outlet the footwear,Kate Spade Outlet apparel,Louis Vuitton Outlet accessories,Fendi Handbags luggage and home products.Giuseppe Shoes The Sheepskin boots from Michael Kors Outlet 1910 became popular in the shearing,Stephen Curry Shoes shearing Salomon Shoes wool from sheep who North Face Outlet removed a small piece Stuart Weitzman Boots of parchment,North Face Outlet after after pruning,Tory Burch Shoes to wrap their Michael Kors Handbags feet and they called these shoes ugly boots.Coach Outlet OnlineWorld War I,Longchamp Outlet Australia pilot wrapped Red Bottom Shoes two pieces of sheepskin into shoes Moncler Jackets on your feet from the cold,North Face Outletthen gradually popular Moncler Outlet in Australia. In those days,Coach Factory Australia snow boots Coach Factory Outlet were first discovered Kate Spade Outlet the wonderful functions Prada Outlet of the air force,Hermes Outlet it was wool,Prada Handbags soft Sheepskin that Coach Black Friday is outside tanning,North Face Outletso snow boots is Coach Factory Outlet Australian air Kate Spade Outlet force designated Coach Outlet production Nike Roshe Run of a special Buty Nike Air Maxmilitary boots,Burberry Scarf once it was known as FUGG.North Face Outlet Ugg boots really are North Face Outlet well know Nike Air Max in the world is Red Bottom Shoes because the UGG AUSTRALIA Christian Louboutin Outlet brand. In 1979,Balenciaga Handbags another surfer Brian Smith,Balenciaga Handbags bought some Kate Spade Outlet Australia Sheepskin Kate Spade Outlet boots to Hermes Belt the United States,Louis Vuitton Outlet began selling North Face Outlet Store in New York,North Face Jackets mainly for surfers The North Face Outlet in California. Later,Louis Vuitton Factory Outlet he established the Louis Vuitton Outlet UGG Holding Company,Timberland Boots UGG trademark Timberland Outlet is registered,Tory Burch Outlet But due to Hermes Belt poor management,Kate Spade Outlet in 1995,North Face Outlet Brian Smith UGG Outlet sells the shares to UGG Boots Black Friday Deckers (DEX) Nike Roshe Run outdoor platform,Versace Belt the company’s Michael Kors OutletHollywood stars Ralph Lauren Outlet wearing Gucci Shoes red United States Gucci Outlet and recognized in North Face Jackets several countries.Prada Outlet 2009 winter snow boots Hollister Clothing by Deckers Ferragamo Shoes UGG trademark Tiffany Jewelry ushered in their spring momentum,Tiffany Outlet sales NFL Jerseys skyrocketed overnight.Cheap Jordans After 2010,North Face Outlet more Australian uggs North Face Outlet brand (like PACIFIC,Skechers Shoes JOMVOX, AUKOALA,Marc Jacobs Outlet and iPure) UGG Outlet entered China North Face Outlet in exploring the North Face Outlet mainland market.Chan Luu Sale "UGG" actually Toms Outlet shouldn’t have Beats By Dr Dre read oil "Squeak",Coach Outlet but read as Christian Louboutin Shoes "elder brother" Valentino Shoes (stress is on the first).Burberry Outlet Because,Skechers Shoes initially, the ugg boots in Hugo Boss Australia known as Guess Factory the ugly Sheepskin boots,Hollister Jeans later English Michael Kors Outlet pronunciation asCoach Factory Outlet. Deckers Coach Outlet Online (DEX) outdoor Coach Purses products in China Kate Spade Outlet respectively,Toms Shoes in shoes, clothing,North Face Outlet hats, handbags UGG Coach Outlet ?on registered trademarks,North Face Jackets and in 2011,Toms Outlet the registered trademark North Face Outlet is recognized Nike Outlet as a well-known trademark.Nike Hoodies The company in more than 100 Marc Jacobs Handbags countries around the Jimmy Choo Shoes world registered UGG Jimmy Choos trademark, others contain "UGG" brands are not True Religion Outlet allowed in Deckers market of ED Hardy Outlet the country of registration North Face Outlet of the company. But in Australia,Burberry Belt Australia Louis Vuitton Belt United UGG snow Ferragamo Belt boots Manufacturers Association,Marc Jacobs Handbagsto affirm the struggle Lululemon Outlet with Deckers company.True Religion Outlet They said Australia is Tommy Hilfiger Outlet UGG country of origin The North Face Outlet and Australia’s Michael Kors Outlet manufacturers have Coach Outlet done this boots have Red Bottoms done for decades,Kevin Durant Shoes including exported toNew Balance Outlet United States, UGG becomes the common name Adidas Outlet should be, Australia Court upheld UGG as the generic name Coach Outlet Online of goods approach. In the United States Stephen Curry Jersey and the Netherlands,Vans Outlet and Turkey, the Court rejected the claim that "UGG" Ralph Lauren Outlet is the generic name of goods,Ugg Boots Sale maintained "UGG" as the validity of a UGGS For Women single brand, Chinese courts Skechers Go Walk in the adjudication of Adidas Yeezy Boost fake "UGG" trademark in Adidas Yeezy both civil Adidas NMD and criminal cases Coach Outlet also made the same decision. UGG in December 4,North Face Outlet2013 this day for Hao Lei couple Ralph Lauren Outlet served Shang has unique of Puma Sneakers congratulated gift Polo Outlet classic simple of Slipper series Under Armour Outlet most right full responsible of husband and father,Under Armour Hoodies as love crystal of baby Herve Leger is was dad mother and Pup MCM Belt series warm with, and Crystal flashing of Nike Air Max I Do series is to most attention Louboutin Heels of bride and mother ;Jordan Retro 11 while UGG also intimate to Converse Outlet for relatives prepared has Nike Roshe Run I Do hand package as gift,UGGS Outlet hope this copies better of memories can for more people brings ?North Face Outlethappiness. As Hao Lei said,Adidas Originals apart from the first spark Ray Ban of passion and love, marriage Lebron James Shoes and the family are sometimes more Sac Longchamp like a snowy night in winter,Air Max Pas Cher perhaps to outsiders is not Chaussures Louboutin so vigorous ; only Keds Shoes ?and the "different" one with him, quiet stay,Asics Shoes feelings can be a Coach Outlet bright snow melt on the inside,Salomon Shoes always unforgettable romance and True Religion Outlet tenderness. UGG shares the view that the most New Balance Outlet "comfortable" and "luxury" the sweetness of Skechers Outlet life comes from love and family Nike Outlet and care—whether it is Adidas Outlet elegant and colorful glitter,Red Bottom Shoes soft and sweet skins of New Jordans reflective material, or simply the sparkling Swarovski Crystal andCoach Factory Outlet a warm beautiful wool, I Do series UGG to North Face Jackets "hold your hand" lovers North Face Outlet of best wishes. UGG hopes that when he is in the heart of the most beautiful "she" put on I Do series,Air Max 90 this "I do" commitment to her heart ; www.burberry-scarf.in.net for love, each other is so "different".www.northfaceoutletus.us.com "On June 12, 2014," after the famous movie star Jacky Lau Wai upgraded dads debut www.northfacefactoryoutlet.com.co United States premium lifestyle brand UGG iapm store unveiling exciting new fashion boutique retail store in Shanghai, with top brands and many UGG fans, media sharing "light cool summer, color comfortable" American leisure culture of Southern California. UGG brings a variety of colorful spring/summer 2014 "light" cool fashion items for fashion Shanghai brought "FEELS LIKE NOTHING ELSE (no substitute)" comfort. UGG Australia promised to "experience out of the ordinary", from the most precious raw materials, the most exquisite production process to the most outstanding functionality and comfort, the wool skin without delivering a memorable experience and a unique luxury. UGG hopes to combat product counterfeiting and trademark infringement, and remind consumers of "UGG experience" and "UGG" spirit of concern, attention to counterfeit goods and purchased unofficial channel to society, markets and individuals constitute a hazard. UGG hopes to work with consumers, make every shopping experience is a safe, comfortable, and "different".
  • La dérive une nouvelle de Franca Maï dans la revue les chemins de traverse
    5 octobre 2016, par isamsamantha
    very nice post, i certainly love this website, keep on it Information Website Visit
  • La dérive une nouvelle de Franca Maï dans la revue les chemins de traverse
    5 décembre 2016, par JoalAlwin
    All the points mentioned in the article seem to be truth and it is worth reading. SEO in Chennai Truly had fun reading this post.
  • La dérive une nouvelle de Franca Maï dans la revue les chemins de traverse
    5 décembre 2016, par JoalAlwin
    I absolutely loved this post. Digital marketing in chennai Keep inspiring us.
  • La dérive une nouvelle de Franca Maï dans la revue les chemins de traverse
    5 décembre 2016, par JoalAlwin
    You’re right ! All the points mentioned in the article seem to be truth and it is worth reading.seo expert in chennai Truly had fun reading this post.
  • artisto
    24 décembre 2016, par Troy753
    good download web page and run the installer data to adhere from Google Play Store. Comply with the connect to understand nice.
    • Best Wedding Photographers
      30 janvier 2017, par Roybal118
      good south India are likely to happen at regarding and the new bride starts to Best Wedding Photographers you desire when you picture your profession as well as great.
      • Best Wedding Photographers
        27 mars 2017, par Nunley99
        to appreciate a totally free songs library. tubidy.mobi Sound top quality of every track is very good.
retour haut de page


Si vous appréciez le e-torpedo.net
participez à son indépendance, faites un don.

Contrat Creative Commonsdri.hebergement
Réalisation et conception Zala . Ce site utilise PHP et mySQL et est réalisé avec SPIP sous license GNU/GPL.
© 2005 e-torpedo.net les articles sont à votre disposition,veillez à mentionner, l'auteur et le site emetteur
ACCUEILPLAN DU SITEContact Syndiquez le contenu de ce site Admin