e-torpedo le webzine sans barbeles



France : Et le bordel se propage de plus belle à la tête de l’État !
par Sergio

Catégorie société
Il y a (0) contribution(s).

(JPEG)

Illustration : ROZOR

En politique, comme ailleurs, il y a des impératifs incontournables.

Depuis la création de la cinquième république nous assistons actuellement à la tête de l’État à un foutoir incommensurable ; malgré l’énergie et la mauvaise foi que dépense sans compter le clan sarkozy, ajouter à la complicité active des médias inféodés au clan, ils peinent à le dissimuler aux Françaises et aux Français.

Le taux des chômeur(se)s grimpe en flèche, les faux petits arrangements entre amis au dernier sommet du G20, et comme cela avait été prévu par de nombreux observateurs, *n’ont rien résolu.

*ils n’ont quasiment rien changé sur le fond aux règles de la spéculation financière internationale, au point qu’un an à peine (entre six et huit mois pour les banques les plus actives, et grâce à la duplicité des États) après avoir salement plongé, les banques et les requins de la finance sablaient le champagne, se partageant de solides bénéfices et distribuant des primes et autres bonus à leurs traders et aux actionnaires.

Ils se moquent éperdument des ravages qu’ils ont pu causé à des millions de familles suite à leur criminelles et cupides activités.

Pourquoi sont-ils si sur d’eux ?

Les chefs d’État les protègent, leur assurant une tranquille continuité. Ils n’ont rien changé aux règles qui ont acculé à la ruine des millions de famille, l’argent est quasiment gratuit pour les banquiers et les financiers qui continuent de spéculer de la même manière (ils spéculent avec les mêmes "martingales" mathématiques, voir à ce sujet les formules mathématiques que donne Zajdenweber dans son ouvrage « Économie des extrêmes »), au point de pousser les États eux-même à la ruine, ainsi que de nouveaux millions de famille qui auront aussi tout perdu.

Ils savent qu’ils n’ont rien à craindre des "autorités" de contrôle, puisqu’eux-même participent aux contrôles (en rémunérant directement les contrôleurs) ; in fine, si cela devaient tourné mal pour eux, les textes de lois les protègeraient (leurs amis politiques légifèrent en leur faveur et grâce aux ponts tissés entre le personnel politique et les requins de la finance, le personnel politique peut en retour pantoufler gentiment dans leurs banques et leurs sociétés financières).

(Bernie Madoff en a trop fait, escroquant directement et individuellement ses clients, dont certains étaient issus de la haute bourgeoisie new-yorkaise, et s’est fait pincer... les autres sont plus malins et surtout plus prudents, ils appliquent consciencieusement quelques règles de sécurité que leur soufflent des conseillers et avocats d’affaire, comme l’était en son temps Sarkozy ; quant il promettait d’assainir et de réglementer les règles de la finances internationales ou de modifier le capitalisme, l’a-t-il conseiller à ses clients richissimes, dont Lagardère (le fils du père), Bouygues (idem), etc., ? Il ment avec un tel aplomb qu’on est stupéfait par une telle amoralité ! )

Françaises, Français vous avez légalement et majoritairement élu pour cinq ans, un menteur ! (JPEG)

Pour éviter que les Françaises et les Français n’abordent et ne parlent ouvertement des problèmes qui les concernent réellement, Sarkozy s’agite encore pire qu’à son ordinaire.

Ses déplacements incessants pour pas grand chose (il décide de tout en amont), (1) les leurres à répétition tel le faux problème de l’identité nationale (pour racoler à nouveau les déçus nationalistes du Sarkozisme), et l’évacuation des vrais problèmes comme par exemple, ceux que créent une pléthore de "réformes" successives (et dont il est parfaitement incapable de définir précisément quelles en seront les conséquences réelles et le degré de bordel qu’elles ne manqueront pas d’occasionner dans la vie des Françaises et des Français), par exemple, la suppression de la taxe professionnelle (les recettes des communes totalement ou quasiment asséchées), la réforme des collectivités locales, des université (le statut des chercheurs, que Sarkozy déteste tout particulièrement), des hôpitaux (suppressions partielles et fermetures massives de services chirurgicaux, de maternités, etc.), suppressions de casernes (certains ne s’en plaindront pas, au contraire), suppression de bureaux de poste, d’agences de service publique dans de nombreux secteurs, etc., qui en fait, ne sont que de grossières manœuvres pour opérer une centralisation des pouvoirs entre les mains d’un individu... Sarkozy, et accessoirement pour les membres de son clan. (2)

Les oublis volontaires, par exemple en ce qui concerne nos agriculteurs (c’est un exemple parmi beaucoup d’autres, bien sûr), lorsqu’il dissimule volontairement aux petits et moyens cultivateurs qu’un grand nombre de petites et moyennes exploitations agricoles disparaîtra définitivement, nouvelles directives européennes et mondialisation obligent ! (les gros céréaliers et/ou éleveurs de bétail n’ont évidemment aucun soucis à ce faire, Sarkozy, comme pour les plus aisés de nos concitoyens grâce au sacro-saint bouclier fiscal, veille farouchement à leurs intérêts).

D’ailleurs, il compte bien les rouler dans la farine et soutirer un maximum de leurs voix en vue de la prochaine échéance électorale (les élections régionales) ; les gros céréaliers et les gros éleveurs ne sont pas assez nombreux, alors que les futurs chômeurs en puissance (nos petits et moyens paysans) se tuant au travail (pour essayer de rembourser leurs crédits), sont quand même beaucoup plus nombreux !

Les alliances qu’il passe avec Villiers-Nihous via l’UMP sont là pour nous rappeler cette réalité. Il ne se laissera pas jeter hors du jeu de pouvoir politique comme le premier va-nu-pieds venu, et bien qu’il fanfaronne à qui veut l’entendre qu’« il n’y a pas que la politique dans la vie ! » (3)

Comptez sur sa pugnacité, un véritable morpion ! Bien que cette comparaison soit osée, on pourrait en ajouter une autre tout aussi osée, et comparer sa pugnacité aux hameçons de Taser ; pas besoin de les enfoncer trop profondément dans le porte-monnaie des Françaises et des Français pour les vider en toute légalité puisque une majorité de nos concitoyen(ne)s l’a élu pour cinq ans !

Il a la légalité, mais de moins en moins de légitimité car les trois quarts des Françaises et des Français le rejettent, lui et sa politique.

Ce qui est rassurant tout de même, c’est que très peu d’adhérent(e)s ont (re)pris leurs cartes à l’UMP cette année ou sont à jour de leur cotisation, ce qui revient au même, (en comparaison des chiffres que fournit Bertrand aux médias et qu’il serait préférable de diviser au moins par deux).

Il paraît que l’affaire Mitterrand et celle de son "fils-tellement-il-est-génial-qu’il-est-difficile-d’en-douter" (ou à la rigueur demandez-en confirmation aux Balkany) y seraient pour beaucoup.

Curieusement les plantages et conneries à répétition de Sarkozy n’apparaissent pas dans les causes exposées plus haut, *alors que l’on peut affirmer sans trop se tromper, qu’elles sont, contrairement à la propagande sarkosienne, déterminantes.

C’est comme pour tout le reste, la propagande du monarque républicain joue à plein !

*tout le monde en a raz le pompon de Sarkozy et de son clan, et il n’est pas besoin de réaliser un sondage pour ça ; les quatre millions d’euros que Sarkozy distribue généreusement à ses amis sondeurs (Buisson-es-frontiste, Giacometti, etc.) pour concocter de très nombreux sondages bidonnés pure propagande, seront en augmentation l’année prochaine ! En augmentation donc, et contrairement à ce que certains ont écrit ça et là. Sarkozy ment ouvertement lorsqu’il déclare le contraire, d’ailleurs il se fout pas mal de se qu’en pense nos concitoyen(ne)s, puisqu’il est l’élu majoritaire du peuple pour cinq...

Lors de la prochaine échéance électorale (les régionales) il sera grand temps de lui rappeler notre bon souvenir (et nos nombreux griefs) ; ce sondage à l’échelle nationale sera l’occasion légale et légitime de faire fonctionner à plein le TSS (tout sauf sarkozy) !

Mettons une belle avoinée à ce rustre !

Cela n’empêche évidemment pas le "premier" parti politique de France d’afficher un nombre d’adhérent(e) en berne (comme le pouvoir d’achat et le kit des promesses électorales afférentes) sans quasiment plus d’adhérents qu’un parti moyen (mais qui a d’énormes moyens financiers, cherchez l’erreur !)

Autre chose, la sarkozie part en quenouille, et si ça continue à se détériorer comme c’est le cas actuellement, nous aurons l’immense plaisir d’assister à la plus belle gamelle politique de la cinquième république.

Patience mes ami(e)s, cela ne serait trop tarder...

NOTES

(1) en particulier, lorsqu’il décide (seul !) de l’envoi de troupes en Afghanistan (c’est encore là une exception et une dérive du pouvoir absolu à la françaises, car les autres nations, l’Angleterre, l’Allemagne, etc., ne prennent aucune décision sans un accord préalable de leurs parlementaires), ou la réintégration de la France au sein des troupes de l’OTAN, ou l’installation d’une base militaire, dans le cadre d’un accord (dont, encore une fois, il assume seul la responsabilité et sans aucun contrôle parlementaire) avec l’Emirat d’Abu Dhabi, ou seront installés des Mirage, des Rafales, des sous-marins nucléaires, des canons Caeser à longue portée (l’Iran n’est situé qu’à 2OO km de cette base), etc. Ceci est parfaitement inconcevable dans une démocratie représentative, alors que, comme le stipule le « Livre blanc sur la défense », les députés et sénateurs auraient parfaitement le droit de l’exiger !

(2) la plus visible est évidemment la "réforme" électorale à l’avantage exclusif de l’UMP (et qui supprimera quasiment toute opposition)

(3) après un score, somme toute assez minable, aux dernières élections européennes l’ont décidé à agir, sur deux fronts ; premièrement en passant des alliances avec des gens qui disaient beaucoup de mal de lui (c’est sa hantise, il ne supporte pas que l’on dise du mal de lui, alors allez-y, balancez lui la sauce !) mais apparemment il a mis un mouchoir dessus, et grâce à ces "alliances" contre-nature, il apparaîtra comme le seul parti politique d’importance (15, 20, 25%, voir plus !) et secondement, en gagnant le Jackpot grâce à sa "réforme" (encore une !) électorale ; car, comme aux États-Unis, seul le parti politique arrivé en tête des listes concurrentes, sera en mesure de rafler la mise... Une aubaine pour l’UMP, sauf si d’ici là les partis de gauche ne s’allient pas entre-eux. Ce qui paraît assez peu probable, vu le degré d’exaspération des Françaises et des Français envers le clan sarkozy.

Source : Bellaciao



Publié le 30 novembre 2009  par torpedo


envoyer
imprimer
sommaire
retour haut de page


Si vous appréciez le e-torpedo.net
participez à son indépendance, faites un don.

Contrat Creative Commonsdri.hebergement
Réalisation et conception Zala . Ce site utilise PHP et mySQL et est réalisé avec SPIP sous license GNU/GPL.
© 2005 e-torpedo.net les articles sont à votre disposition,veillez à mentionner, l'auteur et le site emetteur
ACCUEILPLAN DU SITEContact Syndiquez le contenu de ce site Admin