e-torpedo le webzine sans barbeles



Douze hommes en colère et un treizième dans la salle

Catégorie Culture
Il y a (12) contribution(s).

(JPEG) Douze hommes en colère de Réginald Rose au Théâtre de Paris, mise en scène de Stephan Meldegg.

Que peut faire un directeur de théâtre aujourd’hui pour remplir sa salle ? Il n’a pas beaucoup de choix.

S’offrir une tête d’affiche bien popu pour voir son théâtre se remplir de piliers du comité d’entreprise, de retraités amenés en autocars par les mairies complaisantes, de quidams disciples adhésifs des shows télévisés. Pour séduire ce public éclectique qui va au "spectacle" une fois par décade, le même directeur de salle et metteur en scène(tant pis s’il est bon) choisit une pièce accessible et même déjà connue (ça aide à la compréhension) et ce, même si les interprètes d’origine ne jouent pas dans la même cour. C’est ainsi qu’on a pu voir sur les scènes parisiennes Patrick Bruel remplacer Michael Caine ou Jacques Weber se glisser dans le rôle de Laurence Olivier. Plus récemment c’est Michel Leeb qui occupe le rôle du Henri Fonda des "12 hommes en colère" . Un rôle moral à forte valeur déontologique ajoutée.Un rôle d’actu avec cette "affaire " d’identité nationale qui réveille la réflexion sur le racisme de comptoir.

Quoi de plus naturel que le choix de Leeb pour ce rôle après des années de roulement d’yeux et de mimiques africaines post coloniales ?

Dès son entrée en scène et même s’il joue un rôle grave, la moindre mimique de l’imitateur de Jerry Lewis déclenche un éclat de rire (on ne se refait pas une virginité dramatique en deux temps trois roulements).Aussi le comique en fait-il des tonnes pour paraître sérieux Le bon metteur en scène Stéphane Meldegg n’a pas mégoté sur les partenaires de l’idole.Un casting ahurissant d’anciens de la télé de papa d’André Thorent à Pierre Santini en passant par Jacques Echantillon. On se croirait dans les débuts de la télé en noir et blanc.Entre Courrier pour hommes de Picardie et dernières nouvelles d’Alsace.

Devant tant de talent on se prend à penser à penser ce que Christian Barbier (hélas disparu) aurait pu donner dans Cris et Chuchotements ou encore Pierre Mondy dans les frères Karamazov. Raymond Souplex n’aurait -il pas été magistral dans Pickpocket de Bresson et Victor Lanoux incarné un formidable Joseph K ?

Aujourd’hui, hélas tout est possible. Bigard joue Molière, Elsa Zylberstein Hannah Harendt , Miller s’invite dans les pièces de néo boulevard de Ruquier, un animateur de télé lourdingue s’improvise auteur dramatique et le pire est sans doute à venir. Qui sait ? Steevie remplacera peut-être demain Anthony Perkins dans Psychose , ou Evelyne Bouix , Anais Nin et pourquoi pas Arielle Dombasle dans le rôle de Mme Althusser ?

Il y a de quoi être un peu en colère ! Un peu seulement...



Publié le 7 décembre 2009  par Jean-Laurent Poli


envoyer
imprimer
sommaire
Forum de l'article
retour haut de page


Si vous appréciez le e-torpedo.net
participez à son indépendance, faites un don.

Contrat Creative Commonsdri.hebergement
Réalisation et conception Zala . Ce site utilise PHP et mySQL et est réalisé avec SPIP sous license GNU/GPL.
© 2005 e-torpedo.net les articles sont à votre disposition,veillez à mentionner, l'auteur et le site emetteur
ACCUEILPLAN DU SITEContact Syndiquez le contenu de ce site Admin