e-torpedo le webzine sans barbeles



Identité Nationale : IDENDITES par Béhémoth

Catégorie société
Il y a (1) contribution(s).

(JPEG) « Nous naissons, pour ainsi dire, provisoirement quelque part. C’est peu à peu que nous composons en nous le lieu de notre origine, pour y naître après coup et chaque jour plus définitivement. » (Rainer Maria Rilke)

Petite, mon père m’avait emmenée vois « Kim » au cinéma : le roman de Kipling agencé à la mode hollywoodienne de l’époque, avec Errol Flynn en vedette ! J’avais adoré. Moins Errol Flynn d’ailleurs, que le jeune garçon basané du rôle-titre, les paysages, les bribes de langue indienne, enfin tout un chatoyant folklore des mille et une nuits... de pacotille, sûrement. Kim était sans doute un petit américain passé au brou de noix déambulant dans un Bénarès reconstruit en studio où des figurants enturbannés baragouinaient un « indi » improbable.

Mais dans ma tête de petite fille blonde, une certitude était née : j’appartenais forcément à ce pays, à ce monde-là. Mon père, brun aux yeux noirs, par chance, ne pouvait qu’être issu mystérieusement de « là-bas »... Et moi, sa descendante, j’en portais fièrement les marques imaginaires... Plus tard, l’Inde, celle de Gandhi, de Satyajit Ray s’est superposée à ce merveilleux premier regard, sans du tout l’effacer.

Et en grandissant, d’autres racines ont surgi : celles d’autres indiens, ceux d’Amérique, des grandes plaines du Nord de l’Altiplano bolivien. Il suffisait, il suffit encore, d’un documentaire, d’un film, d’une voix flottant au-dessus des tambours, d’une raucité de zampoña pour que les larmes me montent aux yeux, que mon cœur batte plus vite et que je murmure en moi-même « Mon Peuple ! ».

Même vieille, comme je suis maintenant, il m’arrive qu’une bouffée d’un hypothétique sang irlandais rougisse vigoureusement mes joues à l’écoute des claquements de talonnettes des « River Dance », alors que le flamenco d’une Espagne souvent côtoyée me laisse imperturbable.

Et que dire de l’émotion profonde à fouler les pavés de Kiev où Boulgakov a tant marché ?

Et que dire de tous ces lieux approchés « en vrai » ou en images et où déambulent tant de frères de sang potentiels ?

C’est vrai que je n’aurais peut-être pas pu vivre dans tous ces « là-bas » : l’accent lyonnais, le granit, les châtaigniers ardéchois me sont physiquement nécessaires comme les bambous aux pandas ou les marigots aux caïmans. Mais dans mon petit cerveau d’humanoïde, que de musiques, de langages, de mythologies tressés, imbriqués, inséparables...

J’appartiens à une patrie mosaïque, bâtie avec passion et minutie au hasard des rencontres de ma vie.

Et est-ce que chaque « personne » ne construit pas jour après jour son appartenance singulière aux mondes de son choix ?

Alors... C’est quoi une « identité nationale » ?

Béhémoth

Source : Altermonde sans frontières



Publié le 19 décembre 2009  par torpedo


envoyer
imprimer
sommaire
Forum de l'article
  • Identité Nationale : IDENDITES par Béhémoth
    3 novembre 2015, par Michael
    I find this article to be very well written and straight to the point. The author had a clear vision of what he or she was trying to say. Very nicely done. sao paulo curitiba rio de janeiro recife porto alegre
retour haut de page


Si vous appréciez le e-torpedo.net
participez à son indépendance, faites un don.

Contrat Creative Commonsdri.hebergement
Réalisation et conception Zala . Ce site utilise PHP et mySQL et est réalisé avec SPIP sous license GNU/GPL.
© 2005 e-torpedo.net les articles sont à votre disposition,veillez à mentionner, l'auteur et le site emetteur
ACCUEILPLAN DU SITEContact Syndiquez le contenu de ce site Admin