e-torpedo le webzine sans barbeles



Kristina Rady : L’invisible fêlure

Catégorie faits divers
Il y a (59) contribution(s).

(JPEG)

REVUE DE PRESSE

...Cette intellectuelle d’origine hongroise, un temps pressentie pour être ministre de la Culture dans son pays natal, était une traductrice, metteur en scène et productrice exigeante et respectée...

France Soir

...C’est elle qui a eu l’idée de monter régulièrement des programmes sur un bateau amarré à un quai de la Seine, le Batofar, dont le succès a permis de créer, à Budapest, son pendant, l’A38." D’après András Ecsedi-Derdák, Krisztina Rády avait beaucoup de projets. "Ce qui s’est passé est incroyable. Hier encore [le 9 janvier], nous échangions des e-mails."

Courrier International

...Le drame de Vilnius l’aura laissée exsangue. Elle qui était apparue brusquement dans la lumière alors même qu’elle tentait de sortir son mari Bertrand Cantat du désespoir a finalement brûlé ses ailes à trop vouloir s’oublier pour sauver l’autre...

...Le jour du drame, Kristina se trouvait dans leur maison des Landes avec Milo, six ans, et Alice, un an, leurs deux enfants. Le lendemain, elle était dans un avion, direction la Lituanie. Il l’avait quittée mais elle était là, debout, combative...

...Avec le recul, une façon sans doute de mieux comprendre Kristina Rady, cette épouse follement amoureuse qui n’aura jamais quitté son mari. Jusqu’à la mort...

Gala

...Mais, apparemment, cette solidité à toute épreuve n’était que de façade. Quels démons hantaient donc cette femme ? Le drame s’est déroulé dans la maison où elle vivait avec ses deux enfants et où Bertrand Cantat avait fait son retour. Le leader du groupe Noir Désir, 45 ans, dormait chez Kristina Rady lorsque celle-ci s’est suicidée...

24 Heures

..."C’est un drame qui touche une femme tout à fait remarquable, d’une grande élégance intellectuelle, une mère aimante, extraordinaire avec ses deux enfants, ce qui rend cet acte d’autant plus incompréhensible", a poursuivi l’avocat du barreau de Paris. "Le lien familial avait été renoué, notamment dans l’intérêt des deux enfants. On ne comprend pas" (son geste, ndlr), a-t-il souligné. Le chanteur et parolier de Noir Désir, 45 ans, se trouvait au domicile de Kristina Rady, 41 ans, d’origine hongroise, et dormait au moment où elle s’est donné la mort, dimanche, a-t-on expliqué de source proche de l’enquête. Les deux enfants du couple, un garçon de 12 ans, et une fille de 7 ans, n’étaient pas au domicile au moment des faits. C’est le garçonnet qui a découvert sa mère à la mi-journée en rentrant chez lui, selon la même source

Nouvel Observateur

...Née en 1968 à Budapest, Kristina Rady était une égérie du bouillonnant mouvement politico-cuturel hongrois qui a suivi la chute du Mur, lorsqu’elle a rencontré Bertrand Cantat. D’un grand-père emprisonné suite à l’insurrection de 1956, elle avait hérité d’un goût certain pour l’indépendance, disant d’elle-même qu’elle était « un électron libre ».

TDG

...D’après ce que vous en savez, quel était son état psychologique ?

"Dans l’ensemble, depuis la séparation, elle n’était pas très bien dans sa peau. A l’époque, elle avait tout de même accepté de rencontrer Marie Trintignant alors qu’elle était toujours la femme de Bertrand Cantat. Elle s’était soumise à tout les compromis, sachant que c’était cela ou rien. Cela dit, elle n’avait à ce que je sache pas d’antécédents psychiatriques et avait été plutôt forte dans cette histoire. Mais quand on met autant d’énergie dans une relation, avec aveuglement, le jour où l’on ouvre les yeux, cela peut-être dramatique."

LE POST Andy Verol

...Bertrand Cantat est désormais au cœur d’un bal des damnés, qu’il a, d’une certaine manière, lui-même orchestré. Restent des questions sur les motivations du suicide de Kristina Rady, dont les réponses ne se trouvent que dans l’intimité du couple.

JDD

LE SUICIDE SELON WIKIPEDIA

Le suicide (du latin suicidium, du verbe sui caedere « se massacrer soi-même ») est l’acte délibéré de mettre fin à sa propre vie. Dans le domaine médical, on parle aussi d’autolyse (du grec αὐτο- / auto- « soi-même » et λύσις / lúsis « destruction »).

Pour considérer qu’on est en présence d’un suicide, la mort doit être l’intention de l’acte et non simplement une de ses conséquences. Un attentat-suicide, par exemple, sera considéré comme relevant plus d’une action terroriste ou d’une forme de martyre, selon la personne qui parle, que du suicide. Si le suicide a des conséquences légales, il doit être généralement prouvé qu’il y a eu intention et mort pour que l’acte soit qualifié comme tel selon la loi.

Le suicide est un acte complexe, qu’on ne peut pas prétendre approcher avec une seule discipline. C’est pourquoi, lorsqu’on parle de suicide, il est logique de faire appel à la médecine, la psychopathologie, la sociologie, l’anthropologie, la philosophie, la théologie, l’histoire...



Publié le 12 janvier 2010  par torpedo


envoyer
imprimer
sommaire
Forum de l'article
retour haut de page


Si vous appréciez le e-torpedo.net
participez à son indépendance, faites un don.

Contrat Creative Commonsdri.hebergement
Réalisation et conception Zala . Ce site utilise PHP et mySQL et est réalisé avec SPIP sous license GNU/GPL.
© 2005 e-torpedo.net les articles sont à votre disposition,veillez à mentionner, l'auteur et le site emetteur
ACCUEILPLAN DU SITEContact Syndiquez le contenu de ce site Admin