e-torpedo le webzine sans barbeles



Joute épistolaire entre un mililant CFDT et notre collaborateur Laiguillon suite à son analyse sur la constitution

Catégorie politique
Il y a (4) contribution(s).

(JPEG) Pour la compréhension de cette joute :

-  en italique : Le militant de la CFDT
-  en lettres normales : Laiguillon
-  en gras : les articles concernés de la Constitution

Je vous livre les commentaires d’un militant CFDT (qui parle en son nom ou au nom de ce syndicat n’est pas très important). En faisant abstraction de certains propos « limites », ils restent néanmoins interessants car ils reprennent les articles. Laiguillon

Note : il est aussi assez drôle de voir que la critique s’est arrêtée juste avant la partie III.

Le Décor C’est bon, vous avez les textes à disposition ? Alors on attaque, mais quelques remarques absolument primordiales :

L’envers du décor Le début du projet de Constitution s’appelle le préambule, il n’est pas mentionné dans ce texte, son importance est pourtant capitale : c’est lui qui décrit l’esprit dans lequel la loi promulguée (ou l’accord conclu). Ainsi, c’est ce qui sert de référence aux juges pour répondre à une question juridique qui ne serait pas explicitement décrite par le texte. C’est de cette manière que les vides juridiques peuvent être remplis par la jurisprudence. L’absence de critique du préambule est très éloquente puisque cela signifie que l’on est en accord avec l’esprit du texte, ce qui est déjà pas mal !

Le préambule : il ne s’agit que d’expliquer dans quel esprit les articles suivants ont été faits. Il ne s’agit une fois de plus que d’exprimer des vœux pieux. Je ne vois absolument pas le rapport entre ce préambule et la jurisprudence. C’est un non-sens ! La mise en place d’une direction économique et politique n’a jamais été le socle d’une quelconque constitution d’aucun membre européen. Si on veut parler de jurisprudence, alors comment expliquer que ce texte soit aussi volumineux ? Quelle va être la place laissée à la jurisprudence ?

Avant tout, notons qu’il s’agit d’un "Traité établissant une consitituton". Or, il ne peut s’agir d’une constitution, étant donné que les organes de rédaction et de décision sur ladite constitution n’ont jamais été élus et ne représentent pas une forme d’assemblée constituante. D’autre part, une constitution doit être vue comme un cadre général de valeurs au sein desquelles, peut s’établir une certaine liberté et lattitude des membres. Dans notre cas, cette constitution fixe le cadre, mais les règles et l’orientation politique générale, ce qui n’est pas le rôle d’une constitution, je le rappelle.

C’est une vision très franco-française des affaires, la convention à l’origine du texte associa à ses travaux de nombreux représentants de la société civile ; elle ne tire, effectivement, pas sa légitimité d’une élection par le peuple. L’avancement des travaux de la convention fut rendu public pendant tout le mandat de la convention. Personnellement, je préfère cette méthode qui s’appelle la démocratie participative, à celle proposée qui s’appelle la démocratie par délégation. Et ceci, c’est pour la rédaction, en ce qui concerne « les organes de décision », c’est nous le 29 mai ! OK pour le constat de fin c’est notamment le cas au chapitre III ; tout en reconnaissant que ce projet est censé remplacer tous les traités existants d’où l’obligation d’être précis sur certains points. Cependant le gros avantage d’un oui c’est que pour revenir à une rédaction plus « constitutionnelle », il n’y aurait qu’un seul texte à modifier et non plusieurs morceaux de différents traités.

La belle affaire ! Un seul texte à modifier ? Mais par qui et comment ? Il faut l’unanimité pour modifier les articles du présent traité constitutionnel !!

D’autre part, ne perdez jamais de vue, en lisant ces articles, que la commission européenne (non élue démocratiquement) a tous les droits. Le conseil et le parlement ne sont que "consultés" !!! voir article sur le fonctionnement de l’europe sur ce site. Lorsque la constitution parle de décision de l’Union, la décision de la commission européenne est sous-entendue, pas les autres !!!

Merci pour l’argument car le projet prévoit que le président de la Commission soit élu par le Parlement. De plus, le Parlement doit gagner un pouvoir de codécision législative dans de nombreux domaines (affaires intérieures, justice ...), c’est donc faux de dire qu’avec la Constitution une décision de l’Union est assimilable à une décision de la Commission par contre cela restera le cas si la Constitution n’était pas adoptée. Enfin, la Commission n’a pas tous les droits puisque les décisions sont prisent en dernier ressort par le Conseil et le Parlement ; Le boulot de la Commission est de proposer des textes législatifs, de veiller à l’application du droit de l’Union et d’exécuter le budget.

Le président de la commission est en effet élu par le parlement mais il est proposé par la commission elle-même. Les membres de la commission sont choisis par unanimité du conseil. Seule, la commission propose les textes législatifs. Si le parlement veut en proposer, la commission n’est pas obligée de les accepter (III-332) pas plus que ceux du conseil (III-345). Il est vrai que la parlement peut demander la démission de la commission (par majorité des membres + majorité des deux tiers des suffrages exprimés) mais est-ce là une amélioration de fonctionnement ?

Article I-2 : certains reprochent la façon dont est représentée la "solidarité". En effet, celle-ci est décrite comme une caractéristique de la société mais n’est pas explicitement posée comme valeur de l’Union.

Rappelons tout de même les valeurs : respect de la dignité humaine, de liberté, de démocratie, d’égalité, de l’Etat de droit ; c’est vrai on aurait peut être pu rajouter la solidarité, on aurait également pu mettre aussi la tolérance, la justice, l’égalité entre les sexes, la non discrimination et peut être aussi d’autres choses ! En tout cas, dire oui, c’est permettre de faire figurer ces valeurs et ces « caractéristiques » dans les dispositions fondamentales de la constitution, pas mal non ?

Ces valeurs nous sont communes, j’en suis sûr, mais pourquoi ne sont-elles pas exprimées avec plus de force. De toutes façons ces points ne me choquent pas, outre les termes, car il s’agit au moins de valeurs dignes de figurer dans une constitution. La remarque sur la « solidarité » était pour faire figurer l’avis d’ATTAC et non pas mon point de vue, d’où le terme « certains ... »

Article I-3 : un peu dans le même registre. Il est décrit que l’union va "promouvoir" certaines valeurs (églité homme-femme, solidarité,...) et non les garantir !!. En ce qui me concerne, je remarque aussi dans l’alinéa 2, l’apparition du terme "libre concurrence". Ce terme est lui, érigé haut et fort en tant qu’objectif...hum,hum...Interessant de voir la présence d’une valeur "d’économie libérale" dans une constitution !!!

Nous voilà dans le droit dur et le droit mou, on joue sur les mots. Il me semble qu’en France, on parle du droit au logement dans la Constitution. Aussi je trouverai plus constructif que l’on s’inquiète de quelles politiques nous allons mettre en œuvre pour promouvoir ces valeurs (Eh oui, les « caractéristiques » du paragraphe précédant ce sont transformées en « valeurs »). Pour le reste, j’aurais envie de poser la question suivante : la libre concurrence est elle une valeur ou au contraire une caractéristique l’économie libérale ? Mais plus sérieusement est ce que le refus de cette constitution va faire disparaître le terme de libre concurrence dans les textes européens ? Ces termes libéraux sont ils dans la Constitution chinoise de 1954 ? Non. La Chine pratique-t-elle l’économie (sauvage) de marché ? OuI.

Cela n’explique pas pourquoi le faire figurer dans une constitution. Jouer sur les mots va être du ressort de certains, après coup, de toutes façons. Si avec votre exemple sur la Chine (qui est train de s’amuser ave l’Europe par le biais de l’OMC) l’absence de termes économiques dans leur constitution ne signifie pas de ne pas les mettre en œuvre, alors je pourrais dire que de les mettre ceci implique que lorsque nous ne désirerons plus les suivre, cela deviendra anti-constitutionnel !!

Je suis de ceux qui sont convaincu que si l’on veut réguler l’économie de marché, il est préférable de la nommer. Enfin il est bon de rappeler que la déclaration des droits de l’Homme de 1789 parle du droit de propriété et celle de 1793 (convention montagnarde donc pas spécialement à droite) parle de liberté économique, eh oui !

Très bien. Liberté économique et ultra-libéralisme. Mais est-ce la même chose à vos yeux ?

Article I-5 : brave Giscard...il a bien retenu les concepts de l’AGCS (accord de l’OMC) qui ne laisse comme compétence à un état que ses services "regaliens" : police, armée, justice. Et bien voilà, ce sera gravé dans la constitution...berk !

C’est certainement l’argument le plus malhonnête de cette pseudo analyse, car c’est tout le contraire puisque cette constitution reconnaît les services publics qui sont dotés d’une base juridique qui autorise les états à « fournir », « exécuter » et « financer » des services d’intérêts généraux ! C’est le non au traité qui expose les services publics qui, c’est vrai, n’ont pas de base juridique aujourd’hui. Pour info et ça c’est vrai, c’est pas des mensonges, le traité organise trois types de compétences, c’est d’ailleurs un des grand mérite du projet : Les compétences exclusives : La politique monétaire (pour la zone euro) ; la politique commerciale commune pour représenter l’Europe au niveau de l’OMC, la conservation des ressources biologiques de la mer. Les compétences partagées : Marché intérieur et la politique sociale au principal. Les Etats pleinement compétents : La protection et l’amélioration de la santé humaine, l’industrie, la culture, le tourisme ... Ici le rôle de l’Europe vient en appui, complément ou coordination ; On peut citer une phrase de Jean MONNET : « La coordination .... méthode qui favorise la discussion mais ne débouche pas sur la décision ». C’est ainsi que l’on peut citer le programme ERASMUS qui facilite les échanges d’étudiants entre les différents pays de l’Union sans que la compétence pleine et entière des Etats ne soit remise en cause.

Confondre services publics et SIEG (Services d’Interet Economique Généraux) n’est pas malheureusement si rare...quelle erreur grossière ! Aucune politique sociale nationale ne pourra être mise en place si d’une quelque manière que ce soit, elle vient contrarier la libre concurrence, car le respect celle-ci est dans TOUS les cas du ressort de l‘Union. Vous allez me dire que le social n’est pas économique ... mais si ! Ce sont précisement les termes de l’AGCS. Je ne doute pas que l’Union Européenne entraine des projets d’échange interessants et novateurs, mais là n’est pas le propos.

Article I-6 : le droit adopté par l’union prime sur celui des états membres !!! Si j’étais un peu vicieux, je dirais que voilà un bon moyen de faire passer des réformes impopulaires au niveau national, en prétextant qu’elles découlent de la politique Européenne ...mais au fait, c’est exactement ce qui se passe. Et à votre avis, qui vote les lois européennes ?

Mais dis- moi, notre ami n’est pas contre la constitution, il est souverainiste. Le reste de l’analyse prouve qu’il n’a rien compris au partage des compétences et que l’Europe ne peut pas légiférer dans tous les domaines. Je suis d’accord avec le fait que les hommes politiques se réfugient derrière l’Europe pour des réformes impopulaires. Par contre c’est dû au fait que nos hommes politiques sont tous à tendance populiste et qu’ils manquent de courage, cela ne signifie pas que l’Europe est perverse et méchante.

Je ne présenterais pas les choses de cette manière. Effectivement, cela ne signifie pas que l’Europe soit perverse et méchante. Mais ces même hommes politiques que vous dites sans courage, ce sont eux qui ont principalement écrit ce texte et eux qui siègent au conseil européen et à la commission. Vous abondez dans mon sens... le coup du souverainiste est un peu éculé maintenant et il faudrait élever un tant soit peu l’argumentaire.

Article I-11-3 : Dans les domaines qui ne relévent pas de sa compétence exclusive, l’Union intervient si et seulement si, et dans la mesure où , les objectifs de l’action envisagée ne peuvent pas être atteints de manière suffisante par les Etats membres, tant au niveau central, qu’au niveau régional et local, mais peuvent l’être mieux, en raison des dimensions ou des effets de l’action envisagée, au niveau de l’Union.

Ah ah, euh, c’est quoi une manière suffisante ? Donc, l’Europe peut intervenir au niveau de ma commune dans le cas où celle-ci refuserait d’appliquer une directive jugée intolérable ? Ce sont les élus locaux qui vont être contents ....

Bravo pour le décentralisation de ce cher Raffarin. On ote à l’état, on fait croire qu’on donne aux régions, mais en fait on attribue à l’Europe.

On peut vraiment parler de procès d’intention tant l’Europe est dépeinte sous un jour négatif, cela me fait penser à Mr BUSH et son axe du mal.

Et ça c’est pas un procès d’intention ? Argument méprisable et populiste ! Bush est d’ailleurs pour le TCE, c’est pour dire ...

Je propose à notre camarade d’aller dans le nord de la France pour expliquer aux élus des bassins d’emploi sinistrés par le chômage (et pas à cause de l’Europe) qu’ils doivent renoncer aux Fonds Structurels Européen. J’espère pour lui qu’il court vite !

Dans la même région, il faudra leur parler des délocalisations et des grands avantages de l’ultra-libéralisme, alors je n’aurais plus à courir. Les Fonds Structurels Européens ne sont pas illimités et dans une Europe à 25 il va falloir se résoudre à leur diminution progressive de toutes façons.

Sur le fait que l’Europe puisse imposer des choses à une commune cela ne ma choque pas et ceci même lorsque le maire n’est pas FN. Pour moi c’est l’arbitrage entre intérêt général et intérêt particulier. Au fait pourquoi la France impose des choses à votre département ?

Sur ce point, je suis d’accord, cet état de fait n’est pas choquant en soi. Malheureusement nous savons très bien de quel coté va aller l’impulsion. La gestion de l’eau est déjà un exemple. La direction sera vers celle du « moins cher » au dépend du « plus équitable ».

Pour la décentralisation, la vision est très jacobine, l’Etat providence si cher à nos concitoyens. Moi je suis pour une Europe Fédérale des régions. On peut également citer un programme transnational entre la région Rhône Alpes, une région Belge et une région Espagnole qui construisent des outils communs sur la Gestion Prévisionnelle des Emplois et des Compétences. Encore un exemple d’un autre type qui démontre à lui seul que la vision jacobine de l’Etat ne permet pas de cerner le problème. La décentralisation ôte des prérogatives aux Etats mais pas aux régions comme certains veulent nous le faire croire.

La vision jacobine n’est pas la solution, cela me paraît claire aussi. Quelle manie de vouloir absolument illustrer l’intérêts de « services publics » avec celle de « l’état providence ». Je suis pour que ce qui reste du domaine des biens publics soit organisé par des services publics et non privés. Les impôts sont là pour cela, par pour payer les campagnes de pub des multinationales. La décentralisation (c’est un avis personnel qui sort du champ du TCE), si elle n’est pas à remettre en cause dans certains domaines et garde certains avantages, a un effet pervers indéniable pour certains autres. Lorsque je pense aux services publics, c’est une façon de créer de la différence entre les régions. De plus, vu la tournure que prennent les choses (de nouveau je pense à l’AGCS), voilà une jolie manière de dissoudre les barrières.

Article I-12.1 : En gros, lorsque l’on a donné à l’Europe des pouvoirs exclusifs dans certains domaines, les Etats doivent se soumettre. Et qui attribue cette exclusivité de compétence à l’Europe ? Eh bien, l’Europe elle-même, pardi !

Là c’est sûr, notre ami est souverainiste (peut être ne le sait-il pas, mais il l’est) J’ai pas compris la fin : qui devrait donner l’exclusivité de compétence ? Les USA ? Sinon, c’est une vision fédéraliste que nous offre le texte à ce niveau et moi qui ne suis pas souverainiste cela me va bien, voire même très bien.

Et voilà, encore une fois l’argument de ceux qui n’ont plus d’arguments. Si moi je suis souverainiste alors vous êtes un militant ultra-libéral d’un syndicat qui se voulait autrefois populaire. Vous êtes content ? Ce genre de déclaration fait avancer le débat ? Pour revenir à des choses plus intéressantes, cet article, je le concède volontiers, n’est pas révoltant dans ses termes. Ma remarque, mal exprimée je suis d’accord avec vous, sous entendait que la compétence exclusive était décidée par ce traité, en bloc, et qu’il ne sera pas possible d’y revenir (dans un sens ou un autre) aux vus du fonctionnement actuel des institutions.

Article I-13.1 : On précise les domaines de compétences déjà validés :
-  Douane
-  Règles de concurrence pour le marché intérieur
-  Conservation des ressources biologiques de la mer dans le cadre de la politique commune de la pêche
-  Politique commerciale commune. T’as compris ou t’en veut encore ? Pour le business et ses règles, l’Etat s’efface. Pour les ressources biologiques (préservation des espèces, quotas de pêche,etc...) pareil ! On pourrait penser que cela évitera les débordements de certains pays, mais nous avons déjà vu comment se comportait l’Europe sur le plan de l’écologie et de la biologie (OGM, Vache folle...).

C’est sûr il n’a rien compris au partage des compétences au sein de l’Europe. Que l’on discute du fait que telle ou telle compétence doit être exclusive, partagée, où relevant de l’etat, pourquoi pas, peut être même que l’on serait d’accord sur certains points. Des fois, je me demande si nous habitons sur la même planète. Je pense que l’Europe justement se comporte beaucoup mieux en matière d’écologie que les autres régions du monde (USA, Amérique du sud, Asie, Russie ...). Au fait, pourquoi tous les partis verts européens se sont prononcés pour le oui ?

Les verts se sont prononcés pour le OUI pour les mêmes raisons que la CFDT. Ils ont dit : « ce texte est très loin d’être parfait, mais nous aurons le loisir de le changer après coup ». Ils nous rabâchent qu’il vaut mieux n’importe quoi que le traité de Nice. Quoiqu’il en soit le traité de Nice continuera à sévir pour plusieurs années, et ce consensus est innaceptable. Ce serait comme dire : « Il vaut mieux me marier avec quelqu’un que j’exècre plutot que de rester célibataire ». Pour bon nombre de points l’Europe ne s’est pas comporté parfaitement au point de vue écologie (politique nucléaire, ogm, ...). Dans un texte où il est noté en termes forts que rien ne doit s’opposer au commerce et à la finance, comment ne pas se douter de ce qui va se passer ?

Article I-14 . Il faut le lire celui-là, car il énonce les domaines de compétence « partagée ». Il met un bémol à l’article précédent. Le point 4 est positif , remarquons le...

Pas d’argumentation, dommage, c’était peut être là qu’il pouvait y avoir convergence.

Convergence, il y a sans doutes. Je n’en citerai qu’un qu’il ne faut jamais perdre de vue : si ce texte ne comportait pas la partie III, il y aurait matière à rapprochement (sauf quelques articles tout de même).

Article I-17 : Encore une liste de domaines pour lesquels l’Europe est exclusivement compétente :
-  Protection et amélioration de la santé humaine
-  Industrie, culture, tourisme, éducation, jeunesse, sport , formation, protection civile. Tu veux une traduction ? Voilà les termes de l’AGCS qui sont écrits noir sur blanc dans la constitution. Nous allons ouvrir le marché et donner à des entreprises privées, les domaines sus-nommés....AU secours !!!!!

Là, il ment. Le deuxième tiret c’est justement dans ces domaines que les Etats sont pleinement compétents. Le premier tiret c’est le cas, mais l’honnèteté minimale voudrais qu’il reconnaisse que pour la crise de la vache folle dont il se plaignait tout à l’heure, l’Europe en a tiré les conséquences. Pour ce qui est de la privatisation de l’industrie, du tourisme, de la formation, de la culture, de l’éducation, c’est fait soit totalement ou en partie, réveille toi camarade ! C’est encore très caractéristique de cette croyance en l’Etat providence qui fait confondre objectifs et moyens. Ce sont les objectifs qui sont importants, pas les moyens pour les atteindre. Par contre nous sommes bien d’accord, c’est aux politiques de définir les objectifs et d’assurer leur suivi.

Formidable !! Un militant CFDT qui nous explique qu’il faut se résoudre aux privatisations tout azimut. Que de chemin parcouru ... Alors résumons pour ceux qui ont un doute : I-14.2 : domaines de compétence « partagée ». Liste des 14 secteurs dans lesquels la compétence est partagée (européenne, nationale). L’alinéa I-14.1 explique que les articles I-13 et I-17 donnent la liste des domaines où la compétence n’est PAS partagée. I-13 : douane, commerce, manétaire, biologie de la mer, politique commerciale commune. I-17 : Les autres domaines qui sont européens dans la finalité (voilà une très jolie manière de brouiller les cartes car on revient sur la liste du I-14.2) : la protection et l’amélioration de la santé humaine ;l’industrie ;la culture ;le tourisme ;l’éducation, la jeunesse, le sport et la formation professionnelle ;la protection civile ; la coopération administrative. Avez-vous un jour, entendu parler de l’AGCS, qui est, je le rappelle, ratifié, en marche et définitif ... Lisez un peu les articles de Raoul Marc Jennar...mais je suppose que vous allez me dire qu’il s’agit d’un bolchévique, un anarchiste ou un souverainiste ???

Articles I-19 à I-39 - Fonctionnement interne de l’Union

Article I-41.7 - T’attaque un pays de l’Union et hop, les autres te tombent dessus ! Mais on suit l’OTAN quand même (De Gaulle doit faire des bonds !!). Mais au fait, dans l’OTAN, il y a des états non-européens , non ?

C’est lui qui voulait mettre la solidarité en tant que valeur plutôt qu’en tant que caractéristique ? Pour ce qui est de la référence à l’OTAN, là je bois du petit lait car c’est la conséquence directe du non à la communauté européenne de défense de 1954. Comme quoi les choix ne sont pas neutres même 50 ans après.

Et alors ? D’une part, je n’étais pas né, d’autre part effectivement, les choix ne sont pas neutres et c’est pour cela que ce texte ne me convient pas du tout. Enfin, je ne vois toujours pas pourquoi nous devrions être affilié à l’OTAN. Remarquons que le militaire est toujours une exception. Dans ce texte c’est le seul domaine où soit programmé une augmentation OBLIGATOIRE des budgets. Pour une structure qui se dit « pour la paix » et prône « l’indépendance vis-à-vis des américains » n’y a-t’il tout de même pas de quoi s’étonner ??

Article I-43 - Solidarité entre les Etats contre le terrorisme

Article I-47.4 - Si nous voulons faire une pétition pour soumettre une proposition, il faut un MILLION de signatures.

Je prends ça pour de la lucidité, c’est vrai qu’avec la brillante démonstration qui nous est proposée, c’est pas gagné pour le million de signatures (dans un nombre d’Etats significatif). Pour ma part en tant qu’adhérent à la CES qui compte 60 millions d’adhérents, ce chiffre me va parfaitement.

Cette remarque sur cet article n’était pas une critique mais une précision. Nous pourrions arguer que le « nombre significatif » d’états est discutable. Indiquer que cet article est une avancée majeure est ridicule. Si le nombre de signatures est atteint, de nouveau nous sommes confrontés au fonctionnement des institutions européennes pour qu’elle soit transformée en but ... Pour ceux qui ne savent pas, la CES est la confédération européenne des syndicats voir etuc.org. Si vous voulez comprendre ce qui les a amené à prôner le OUI, reportez-vous à l’article suivant : voir altermonde.village On sait que c’est moche, mais c’est mieux que Nice (qui s’arrête en 2009) alors on dit OUI. Le OUI va nous replonger dans le même merdier mais pour 50 ans cett fois.

Article I-51 - L’Union fait allégence aux églises...On croit rêver...Sommes nous réellement dans une structure laïque ou pas ? Pourquoi faire allégence aux églises ? Pourquoi les citer particulièrement, ce qui n’est pas le cas des organisations humanitaires, des organisations civiles ou autres ? Allons-nous bientôt les voir jurer sur la bible comme sur un autre continent que je connais ?

Ou sur le Coran ce qui n’est pas mieux ; « Allégeance » n’est pas dans le texte de l’article I-51. Notre fieffé menteur continue à sévir. Cet article dit simplement qu’il doit y avoir un dialogue avec les religions et les organisations non confessionnelles (ATTAC par exemple !)

Tiens, interessant l’argument massue des FN ou autre contre le Coran (mais qui est souverainiste ?). Il est tout à fait vrai que le mot « allégeance » n’est pas dans l’article, ce que je n’ai jamais affirmé. Pourquoi croyez-vous que je donne les articles en référence ? Et bien justement pour que chacun puisse vérifier les allégations de ce menteur ! Le terme « église » est dérangeant et comme vous le dites, le terme religion aurait été plus approprié pour justement ne pas préjuger des croyances. A ce propos, il s’agissait de l’article I-52 alinéa 1. D’autre part, l’orthographe exact est bien « allégeance » non « allégence ». Pour ATTAC, c’est le I-52 alinéa 2...

Commentaires hors articles

Chère amie, Je suis très déçu car d’après la description que j’ai eue de ce camarade, je m’attendais vraiment à quelque chose de pertinent. Or, notre « M. JOURDAIN » de la politique européenne nous apporte des arguments sortis tout droit « du café du commerce ».

Il se trouve que dans les « cafés du commerce », se trouvent les gens que la CFDT est censé défendre...

J’ai toujours de la méfiance pour ceux qui « crachent dans la soupe », je parle du citoyen français, ayant sans doutes une bonne situation et qui fustige l’économie libérale globalisée. Ils sont bien conscients de ne pas vivre en phase avec leur idées donc ils en rajoutent pour se déculpabiliser . Je préfère les choix de ceux qui peut être gagnent moins d’argent (et donc réduisent sa capacité à consommer des biens issus de l’économie globalisée) mais qui fait un travail en phase avec ses idées.

Oui, d’accord avec la seconde partie. Pour la première, il faudrait donc que pour exprimer mes idées, je change de travail, je brûle mes diplomes et change aussi de région car il n’est plus possible de trouver du boulot ? Aspirer à ce que les gens aient plus signifie donc absolument avoir moins , c’est bien ça ? Bravo, c’est édifiant comme point de vue.

Le positionnement,de notre camarade, même si il est souvent maladroit, est typiquement un positionnement chevènementiste ; En fait, et même si je suis persuadé qu’il s’en défend, il est pour le non mais surtout contre l’Europe surtout si celle-ci a des orientations trop fédéralistes.

Psychanalyse de réunion tuperware. Chevènementiste maintenant, je suis donc dans tous les camps !! Je ne suis affilié à personne. Je ne me défends pas d’être pour le NON. Je suis pour l’Europe dont on nous avait parlé avec Maastricht. Il est clair que la CFDT se satisfait aujourd’hui de beaucoup de choses comme par exemple de cataloguer les gens, ou n’est-ce que l’une de vos facettes ? Je suis contre l’Europe qu’on nous propose dans ce TCE, c’est vrai.

Un texte de cette ampleur et de cette importance ne peut pas être analysé article par article sans regarder la globalité du projet, en oubliant le processus de la construction européenne, et surtout en ne se projetant pas dans l’avenir. Ce projet n’est pas un programme informatique, si une ligne déconne, le programme fonctionne quand même.

C’est justement en regardant la globalité du projet qu’il faut être vigilant , Celui-ci va ancrer la direction dans l’ultra libéralisme.

Enfin, ce qui me choque vraiment c’est la diabolisation de l’Europe, j’ai vraiment l’impression d’avoir G W BUSCH qui me parle de l’axe du mal. Pour finir, je trouve cette analyse franchement malhonnête et si j’ai beaucoup de tolérance pour la bêtise, j’en ai beaucoup moins pour la malhonnêteté intellectuelle. Je n’ai pas de conseils à lui donner mais je pense qu’il devrait écrire un peu moins et lire beaucoup plusy compris des écrits quine correspondent pas à sa sensibilité directe.

Nous avons besoin de l’Europe. Mais je ne veux pas de celle là !! Pour le reste, merci des conseils, mais je ne vous ai pas attendu. Je ne force personne à adopter mon point de vue. En ce qui concerne, l’axe du mal, je crois que la théorie de la peur se fait sentir surtout dans le camp du OUI, mais cela doit être encore le fruit de ma malhonnêteté intellectuelle.

J’ai du respect pour ceux qui s’engagent dans la lutte syndicale et je suis certain que vous souhaitez œuvrer dans le bon sens. Je suis surtout surpris du ton d’agacement dont vous faites preuve et du fait que, alors que vous me le reprochez, vous acceptiez aussi facilement un texte confus, compliqué et nocif dans sa direction. Vous reprochez aux partisans du NON, le manque de recul par rapport aux objectifs globaux, mais c’est justement en prenant du recul que l’on s’aperçoit que ce texte n’a aucun sens dans son fond et dans sa forme.



Publié le 26 mai 2005  par torpedo


envoyer
imprimer
sommaire
Forum de l'article
  • > Joute épistolaire entre un mililant CFDT et notre collaborateur Laiguillon suite à son analyse sur la constitution
    26 mai 2005, par Serge Rivron

    Voila un dialogue qui aurait plutôt tendance à démontrer, s’il en était encore besoin, la pertinence ( !) du discrédit qu’ont essayé de jeter tout au long de cette campagne les tenants du Oui sur ceux du NON, en prétextant qu’ils étaient arriérés mentaux et (en même temps ?) de totale mauvaise foi.

    Car une chose me saute aux yeux, de laquelle l’ami Laiguillon ne se recommande modestement jamais : c’est qu’il a écrit le texte que critique si abruptement le camarade syndiqué il y a plus de 4 mois, alors que quasiment personne n’énumérait nulle part aucun argument en faveur ou en défaveur du TCE, et qu’il le faisait très prudemment, en indiquant qu’il n’était pas spécialiste, modestement et pour éclairer un débat dont personne ne semblait vouloir. Et que malgré tout, et malgré effectivement des points discutables dans son argumentation théorique (j’en ai commis aussi, dans celle que j’élaborais au moment où j’ai lu son travail précursseur), les principaux écueils pointés par Laiguillon, après 4 mois de campagne "surprise" (merci le Net) où de nombreux commentaires sont venus éclairer les très nombreux recoins sombres de ce texte , l’argumentaire du citoyen lecteur tient encore parfaitement la route sur la plupart des écueils qu’il avait pointés et qui demeurent, n’en déplaise à la CFDT.

    Et puis, puisque Laiguillon est tant de fois taxé de mauvaise foi, je ne peux m’empêcher de relever à mon tour dans les propos de notre camarade syndiqué ce véritable déni d’intelligence et de sincérité, qu’on nous a asséné tant de fois dans la (courte) laborieuse campagne pour le OUI :" ce n’est pas le texte qu’il faut lire, "nécessairement long parce qu’il reprend et harmonise le droit des traités antérieurs", mais il faut comprendre son esprit". Hélas, cher camarade syndiqué, une constitution n’est pas un texte prophétique, mais un texte de Droit. Et le Droit, c’est précisément la lettre. C’est de la lettre que naît l’esprit du Droit. Et c’est pour cette raison qu’il faut lire et bien peser tous les termes du Traité qu’on entend nous faire avaliser. Même si ses concepteurs l’ont écrit, comme à dessein, terriblement long et complexe... Et même si, RIEN QUE CE FAIT mérite en soit qu’on lui dise NON.

    Serge Rivron (autre partisan du non accusé de souveraino-trotsko-utopo-poujado-archéo-communisto-catho-jacobino-radicalo-anarcho militantisme)

    • > Joute épistolaire entre un mililant CFDT et notre collaborateur Laiguillon suite à son analyse sur la constitution
      5 juin 2005, par SUPERYETI
      nouveau syndicat :le MERDEFDT
  • > Joute épistolaire entre un mililant CFDT et notre collaborateur Laiguillon suite à son analyse sur la constitution
    27 mai 2005, par Neb

    Bonjour,

    Je ne m’étonne pas de la dérive de ce syndicat, même si ce militant s’exprime en son nom propre.

    Comparer certaines positions plutôt modérées de Laiguillon à celles de Bush... me stupéfait. Cela vole vraiment bas, mais c’est une stratégie, le dénigrement. Je sens qu’il va y avoir du vide dans les appareils politiques. Malgré leur oui, ils vont demander que l’on respecte la règle de la neutralité pour éviter les sanctions. Pas de pitié, je crois, cette fois-ci. Nous n’avons plus besoin d’eux, comme ils ont besoin de nous pour nous tromper. Un peu de dignité mesdames et messieurs d’en haut, vous êtes grillés.

    Informaticien de 58 ans, je peux vous assurer qu’une simple ligne de programmation, comme il est dit, peut parfois provoquer de graves erreurs et c’est ce que je pense à propos de ce traité dit constitutionnel.

    Nous en avons déjà des aperçus avec les délocalisations, la main d’œuvre étrangère à prix et horaires d’origine.

    Cela s’est déjà pratiqué dès 1997, avec le fort besoin en personnel pour les modifications liées à l’an 2000 et à l’euro. J’ai côtoyé beaucoup de personnel, dans les sociétés de services, de nationalité espagnole, polonaise, roumaine, yougoslave, russe, ukrainienne, algérienne, marocaine, tunisienne, palestinienne, vietnamienne, ivoirienne, congolaise, et bien d’autres.

    Le secteur informatique a traversé sa première grande crise dans les années 1988-1997. Certes il y a eu une relance, qui a permis des embauches massives en 1997-2002, résorbant une petite partie des demandeurs d’emploi, mais nous sommes à nouveau en crise, surtout les quinquagénaires.

    J’aimerais savoir s’il y a un peuple en Europe qui soit opposé au progrès social, à plus de démocratie, au droit au travail, à un salaire décent ?

    Et que l’on arrête de considérer que « tous » les français sont des assistés, râleurs, prétentieux, arrogants, etc. On connaît le slogan : Diviser pour mieux régner. Vive Internet libre

    NON et toujours NON à 56% au moins. Salutations citoyennes.

retour haut de page


Si vous appréciez le e-torpedo.net
participez à son indépendance, faites un don.

Contrat Creative Commonsdri.hebergement
Réalisation et conception Zala . Ce site utilise PHP et mySQL et est réalisé avec SPIP sous license GNU/GPL.
© 2005 e-torpedo.net les articles sont à votre disposition,veillez à mentionner, l'auteur et le site emetteur
ACCUEILPLAN DU SITEContact Syndiquez le contenu de ce site Admin