e-torpedo le webzine sans barbeles



Soleil Aveuglant une nouvelle de Franca Maï

Catégorie édition
Il y a (82) contribution(s).

(JPEG) Tout d’abord, une poignée de main ferme et volontaire... un regard franc aux pupilles d’onyx et une énergie communicative irradiant d’humanisme, propulsant les tabous pour donner des ailes aux êtres ligotés. Cette femme, c’était Hamida Ben Sadia. Puis, depuis quelques mois, une voix au téléphone de plus en plus essoufflée et un corps encaissant les coups sur un ring déloyal, crachant des règles faussées. Et puis, un jour, le silence. Pesant. Injuste. J’espère que dans tes nuages, tu embrasses une sérénité méritée. Tu manques... Je dédie cette nouvelle à ta belle âme courageuse.

Allez, encore un effort Malva, il va bien falloir que tu la franchisses cette foutue porte !... quelques petits pas et tu as atteint le but, puis elle se refermera et la durée exigée sera de quatre minutes. C’est vite passé. Tu penses à ta fille adorée, ton amour, ta famille, tes amis et hop, le tour est joué !... ou bien... tu essaies de visualiser ton salon et tu te remémores chaque détail constituant son décor... tu verras... tu n’auras pas le temps de terminer l’inventaire, tu seras déjà ressortie...mais pourquoi la chaleur envahit-elle tes reins, tes aisselles, ton cou ? pourquoi es-tu si glacée ? pourquoi trembles-tu ? pourquoi cette envie de pleurer ?... tu vas t’allonger tranquillement, tu sais bien que la machine ne t’enserrera pas la tête, elle n’enveloppera que ton bassin. Tu auras tout le loisir de détailler cette pièce qui te paralyse, et tu n’y découvriras que du familier. Je comprends... tu préfères fermer les yeux. Mais je te rassure, les tiroirs qui s’alignent sur le côté ne sont pas des sarcophages, tu as trop d’imagination !... Allez, ferme les paupières, si cela peut t’aider !... Ce lieu est hermétique, sans écho. Tu peux crier, personne ne t’entendra. En cas de malaise, tu vois cette petite caméra, là... située au-dessus de la table .... tu fais un léger signe et l’une des manipulatrices te libère sur le champ. Tu as juste à bouger la main. Rien de bien sorcier. Tu étouffes ? ... Tu te sens moite, tes jambes sont ankylosées, la salive te manque, les palpitations te submergent ? ...

respire lentement Malva.

Prête pour ta première séance de rayons ?...

La porte se referme. Comme celle d’un ascenseur. Implacable. Tes tempes sont en panique. Une bouffée de chaleur envahit tout ton corps. Tu veux descendre de cette satanée table mais la bécane se met en route. Allez quatre minutes Malva, ça doit pouvoir se négocier avec ta trouille !... Pour l’instant, le scanner repère tes marquages, tu sais ces tatouages microscopiques que le manipulateur t’a dessinés au niveau du pelvis. Ils définissent la zone à embraser pour calciner le crabe qui loge en toi. Oui, tu as raison... compte... 1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8, 9, 10, 11, 12, 13, 14, 15... plus lentement. La machine a prévu cinq passages. Il t’en reste trois maintenant. N’oublie pas de respirer. Tu as envie de hurler. Vas-y... personne ne t’entendra. L’isolation est balèze. Allez, calme les battements de ton palpitant. Il faut le ménager. Le combat est rude mais tu vas le gagner. Tu n’as pas le choix. Il faut que tu le gagnes. Derrière la porte, ta tribu solidaire se fait du mouron. Elle compte sur ta force. Comment ! ... tu te sens larve, nulle, pitoyable... On le serait à moins !... Ton ennemi est redoutable. Vicieux, retors, abject. C’est normal que le trac t’envahisse. Jauge et apprivoise la bête et tue-la. TUE-LA. Il te reste 34 séances de rayons et la chimiothérapie démarre après la pleine lune. Courage ! ...

Comment l’as-tu baptisé ton crabe Malva ? Virago-5. Tu as de l’humour, tu as raison, c’est l’une des clefs pour contrer et braver la tumeur. Garder le moral. Elle a horreur du rire humain. La musicalité de la gaieté lui file le blues. Tu as l’impression que le combat sera plus égal en la personnalisant au féminin ?... Deux femelles sur le « ring », c’est ainsi que tu l’entrevois ? ... Suis ton instinct. L’ambulancier roule gentiment. Ta sœur te masse la nuque. Ses mains douces témoignent de tout son amour pour toi. Elle se fait du souci. Tu as une heure de trajet pour atteindre l’hôpital. Une trêve qui te permet de te décontracter et d’entamer sereinement ta deuxième séance de rayons. Quoi ! ... tu ne veux pas y aller. Tu as peur de la porte qui se referme, du silence, de l’antre de Néfertiti. Je te l’ai déjà dit cette pièce ne contient aucun traquenard !...

Juste un soleil dément qui brûle et crame ton corps.

Pense à la mer, au sable chaud, aux caresses de l’astre du jour. Déroute Virago-5. Pose-lui des leurres. Tu as conscience que cette foutue machine ne va pas t’avaler !... Sur ton carnet, tu vas pouvoir marquer ta deuxième croix. Plus que trente-trois séances. Ne craque pas ! ...

Te voilà harnachée comme une James Bond Girl. Un ceinturon à la taille sur lequel on t’a fixé un biberon relié directement à un cathéter. Alors Malva, tu t’es habituée à cette protubérance au creux de ton épaule ?... L’endroit même où poussent les ailes des anges !... Non !... tu abhorres cette excroissance... tu la trouves laide. Ta maigreur la rend trop visible. Pare-toi d’un joli chemisier, personne ne verra cet œuf disproportionné. Choisis du coton. Respecte les consignes, elles n’existent que pour adoucir ton calvaire. Ton traitement va durer deux longs mois. 80% de réussite !... Accroche-toi à ces chiffres. Pour la première fois, tu voudrais faire partie des moutons et rentrer dans les statistiques. Tu vas voir, bêler relève du possible. Observe... la chimiothérapie se distille dans tes veines et tu ne ressens rien pour le moment. Elle danse sans limites dans ton corps. Tu es chez toi. A la maison. N’est-ce pas miraculeux !... Se soigner en respirant dans ses propres murs. Oui, je sais, tu as également des séances complémentaires programmées à l’hôpital. Pour l’instant la Virago-5 continue à te faire souffrir. Tu ne peux pas t’asseoir et lorsque tu es allongée, elle prend un plaisir barbare à te supplicier.

Elle ne sait pas ce que tu lui prépares. Elle va morfler la garce, crois-moi !...

Essaie de te reposer. Je compatis... tu es épuisée, elle en profite la traîtresse mais le duel ne fait que commencer. Elle sait sa force mais elle ne connaît pas la tienne. L’ambulance stationne sur le parking de la résidence. Elle t’attend. Allez Malva, plus que trente séances de rayons !... Quatre minuscules minutes dans la pièce sans fenêtres.

Malva, ma guerrière préférée, soixante interminables et pénibles jours ont fracassé ton destin !... Apprécie toutes ces croix ordonnées qui enrubannent ton carnet de rendez-vous dégraissant le temps avec ferveur !... La pyromanie de la chair, les brûlures, la peau qui chauffe tout en se desquamant, les nausées, les vomissements, le mal de mer, Basta !... Le pire vogue derrière toi maintenant. Le protocole est terminé. Tu es déshydratée, fourbue, sous perfusion à l’hôpital. Les dernières salves du traitement ont été d’une intransigeance redoutable. Il fallait bien faire plier la félonne !... Tu as mordu la poussière... mais ton petit cœur bat. Arachnéen et farceur. Il te prouve que tu appartiens encore au monde des vivants. A la chaleur humaine. Fais un immense bras d’honneur à la Vilaine car pendant que tu t’évertues à l’agacer, elle octroie du répit à d’autres âmes en souffrance. Alors, admire ce vrai soleil qui éclaire ta chambre d’une lumière blanche, aveuglante. Ce soleil qui te crie la beauté de la vie en livrant ses trésors. Pour combien de temps ?... Tu n’en sais strictement rien, mais n’est-ce pas le sort de chaque errant sur cette terre ?. Une loterie machiavélique.

Pile ou Face.

En attendant, déguste chaque minute avec gourmandise !... Vis intensément.

Franca Maï est l’auteur des romans Momo qui kills, Jean-Pôl et la môme caoutchouc, Speedy Mata, l’Ultime Tabou, Pedro, L’Amour Carnassier, Crescendo tous parus au cherche-midi Editeur. Momo qui kills et Jean-Pôl & la môme caoutchouc sont également parus chez Pocket Nouvelles Voix.

Le Site officiel de Franca Maï :
Ses Lectures musicales

Cette nouvelle a été publiée dans la revue CCAS infos N°310 (Mars 2010)

(re) DECOUVRIR

HAMIDA BEN SADIA
a écrit Itinéraire d’une femme française

Pour Commander le livre d’Hamida



Publié le 11 mars 2010  par franca maï


envoyer
commenter
imprimer
sommaire
Forum de l'article
retour haut de page


Si vous appréciez le e-torpedo.net
participez à son indépendance, faites un don.

Contrat Creative Commonsdri.hebergement
Réalisation et conception Zala . Ce site utilise PHP et mySQL et est réalisé avec SPIP sous license GNU/GPL.
© 2005 e-torpedo.net les articles sont à votre disposition,veillez à mentionner, l'auteur et le site emetteur
ACCUEILPLAN DU SITEContact Syndiquez le contenu de ce site Admin