e-torpedo le webzine sans barbeles



LA BEAUTE DU NON

Catégorie société
Il y a (7) contribution(s).

(JPEG) « ...Tous les référendums emboîtés les uns dans les autres ont été perdus par l’Europe. Référendum sur l’élargissement. Entre le spectre turc qui désignait sans ambages les musulmans, et le malheureux plombier polonais, les étrangers ont été invités à rester chez eux. Le Pen xénophobe, c’est son fonds de commerce, mais que des dirigeants de gauche fassent campagne sur ce terrain comme Chirac en 2002 sur l’insécurité, on croyait cette xénophobie-là impensable... »

Serge July

Serge July, directeur d’un journal qui s’appelle Libération -titre en illusion optique- a roulé pour la droite et le OUI avec ce petit air de supériorité si seyant aux intellectuels de salon. Il a donc aujourd’hui la nostalgie des référendums perdus. Il eut été si simple et si pratique de se garder d’interroger le Citoyen et surtout cette France d’en-bas, réputée analphabète.

En serinant sur les ondes que les Nonistes possédaient un degré d’instruction inférieure aux Ouitistes et qu’ils étaient xénophobes dans le seul but de diaboliser leur intégrité et leur démarche, la presse officielle de propagande a découvert avec stupeur que les moutons noirs savaient décrypter les mots. Les maux.

Et ce ne sont pas seulement « des cris de douleur, de peur, d’angoisse et de colère que l’électorat de gauche a poussés dans les urnes » ce sont le mensonge et la manipulation crucifiés à l’autel d’une lecture très approfondie du TCE .

C’est également une volonté ferme et farouche de ne plus s’en laisser conter en prenant son destin en mains.

Un travail de longue haleine sur le terrain, une presse alternative sur le qui-vive cruellement performante, des vagues de bénévoles soutenues non pas par des affichages publicitaires éhontés mais par une capacité et énergie à donner du temps gratuitement à la Communauté pour expliquer et comprendre la « bible indigeste » qu’une majorité cynique tentait de noyer sous un flot de contre-vérités.

Epinglés par une envie réelle d’un changement de société où le mot Démocratie ne serait aucunement un sucre d’orge pour demeurés, ces hommes et ces femmes n’ont pas lésiné aux lueurs blanches de la nuit, malgré la fatigue d’un quotidien souvent difficile à assumer.

Des kilomètres avalés... Ils ont marché, défriché, dialogué, ouvert les portes cadenassées du Savoir et de la Connaissance. Ils ont partagé leurs doutes et leurs envies. Le feu coulant en leurs veines.

Et ...la chaleur humaine fut au rendez-vous.

Celle-là même qui change la donne.

Monsieur Serge July nous parle de « chef-d’oeuvre masochiste » il ajoute « les Français savent d’expérience que notre pays va mal. Malheureusement, il va encore plus mal ce matin. »

Le peuple est heureux aujourd’hui, il danse, ne vous en déplaise Monsieur et je peux comprendre votre amertume à peine déguisée. Mais votre gueule de bois est inesthétique et inappropriée.

Une lueur d’espoir s’infiltre en nos rétines : La construction d’une nouvelle société. C’est réellement bandant.

Enfin on peut rêver. Les contours du possible...

L’idée de collaborer à un capitalisme sauvage livré à la seule libre concurrence a subi la strangulation qu’elle méritait.

Nous voulons une Europe qui nous ressemble : Ouverte, équitable, humaine.

L’acuité de ce réveil citoyen n’est pas une pose.

Nous serons très vigilants et nous nous attacherons à édifier -pierre par pierre- cette merveilleuse Europe pour que ses fondations soient insubmersibles.

La beauté de ce NON est époustouflante.



Publié le 30 mai 2005  par franca maï


envoyer
imprimer
sommaire
Forum de l'article
  • > Que cette victoire est belle !
    30 mai 2005, par Neb de Tours

    Le poids des mots... (maux).

    Merci à tous, et

    merci Franca pour l’hommage à Léo.

  • > Que cette victoire est belle !
    30 mai 2005, par jimbo
    le courage des opinions la fermeté de ses convictions voila bien des valeurs que les politicards specialistes du retournement de veste lanzmanien ont perdus depuis belle lurette les francais ont votés non et ce non ba tout balayé sur son passagela victoire est totale et indiscutable rien a voir avec le ridicule ecart du vote Maastricht c’est dans quelques heures la fin du règne de jean-pierre Raffarin qui va devoir endosser le poids de l’irresponsabilité et l’incompetence de beaucoup d’autres notre president cherche encore quel lapin il va sortir de son chapeau pour nous minimiser cette victoire , c’est aussi un premier coup dur pour l’opportuniste Sarkhosy mais je pense que les’ imbeciles du non ’ comme ont les a si souvent apeelés ces derniers mois ne seront pas dupes de cette tentative de sauvetage déséspérée le gouvernement est un navire qui a l’image du ’titanic’ a croisé le 29 mai son iceberg sous la forme d’un réveil du peuple francais ce réveil et cette prise de conscience est tout a l’honneur de nos concitoyens
  • > LA BEAUTE DU NON
    7 juin 2005, par antoine

    Bonjour,

    Je tiens à répondre à ce texte en faveur du "non". J’ai pour ma part voté "oui", et sans affirmer détenir la vérité, car si il y avait une vérité cela se saurait, je veux simplement dire en quoi je ne suis pas d’accord et combien je suis déçu par ce vote, qui à mon avis, n’est pas optimiste... Et avant toute chose, je n’adhère pas moi aussi à la dualité établie par les journalistes/sociologues visant à séparer la France en deux.La vision manichéiste du bien et du mal est bien trop simpliste. Certes la scène politique actuelle n’est pas porteuse de magnifiques espoirs, certes le monde dans lequel nous nous acheminons sera de plus en plus marchand, certes il y a prés de trois millions de pauvres en France....et la liste des problèmes est encore longue mais il y a aussi tant d’avantages à vivre en France, nous vivons dans un pays de privilégiés du point de vue de la santé, des conditions de tavail, de la sécurité sociale, du confort, de l’hygiène, de l’éducation...Nous sommes tellement protégé que nous ne nous rendons pas compte de la chance que l’on a :liberté d’expression,eau potable,infrastuctures..., Il est temps d’arrêter de pleurnicher et d’oeuvrer pour un mieux vivre en europe et dans le monde...il faut penser aux générations futures, aller dans le sens du développement durable...On ne perd pas nos acquis et on se développe plus intelligemment, voilà à mon avis la voix à suivre...(penser la faim dans le monde,le nucléaire et ses problèmes éxistants et latents, à l’environnement...),Je ne veux pas non plus d’un monde capitaliste, mais d’un monde pacifique...Le continent européen qui s’est déchiré pendant des siècles, qui est à l’origine de beaucoup des malheurs du monde contemporain doit s’unir et montrer l’exemple...le métissage est,selon moi, le meilleur moyen de prévenir la violence...Ce "non" ne signifie pas que l’europe ne se fera pas, il faut savoir parfois dire non pour mieux avancer par la suite, mais je trouve que cette fois, les français ,enfants et petits enfants de Mai 68, ont une fois de plus regardés que leurs propres intérêts, et c’est inquiètant, nous ne sommes peut être pas encore prêt à penser les maux terrestres et les inégalités de ce monde d’un point de vue extra-français... La réflexion qui va s’en suivre est positive, mais elle va profondémment ralentir le processus de coopération, voire au pire le à stopper, car la modification d’un texte unisssant les volontés de 25 peuples n’est pas chose aisée...

    • > LA BEAUTE DU NON
      9 juin 2005, par Laiguillon

      Bonjour Antoine,

      Je me permets de répondre à votre message du forum suite à l’article de Franca. Si je le fais c’est d’une part que votre position est assez significative d’une partie des votants du OUI, mais aussi et surtout parce que je trouve votre critique « équilibrée » et « constructive », ce qui, vous en conviendrez était très loin de ce que l’on a pu entendre dans les médias.

      Je tiens à répondre à ce texte en faveur du "non". J’ai pour ma part voté "oui", et sans affirmer détenir la vérité, car s’il y avait une vérité cela se saurait, je veux simplement dire en quoi je ne suis pas d’accord et combien je suis déçu par ce vote, qui à mon avis, n’est pas optimiste...

      Chacun a sa propre vérité, je vous l’accorde et en ce qui me concerne, les raisons de mon vote pour le non sont optimistes et je suis heureux que ce texte ne soit pas passé.

      Et avant toute chose, je n’adhère pas moi aussi à la dualité établie par les journalistes/sociologues visant à séparer la France en deux. La vision manichéiste du bien et du mal est bien trop simpliste.

      Je suis d’accord avec vous et ce recul vous honore. J’ajouterai aussi les hommes politiques eux-mêmes à la liste des « mal-comprenants ». Je jubile en ce moment en observant le lent retournement de ces mêmes personnes (en tous cas les journalistes et les sociologues de bazar). Enfin, pour rebondir sur le mot « manichéisme », souvenez-vous des paroles avant referendum « tsunami, seul vote intelligent, pas d’autre choix, inéluctabilité,... ». Cette morgue imbécile aura poussé toute une partie des votants à se diriger vers le NON et ce, en traversant totalement les appareils des partis politiques. Nous pourrions et certains s’en privent pas, analyser cette tendance comme une preuve supplémentaire du caractère frondeur, râleur et protestataire des Français. Mais une fois de plus, ce serait bien insuffisant. Il s’agit selon moi beaucoup plus du sentiment grandissant que le mensonge et le non-dit leur apparaissaient progressivement, comme dans l’attitude d’un enfant surpris d’avoir été découvert. Par contre, j’enrage en voyant avec quel dédain, nos hommes politiques ont pris acte de ce vote. Rien de surprenant me direz-vous. C’est vrai, je n’en attendais pas moins. Mais il me semble que quelque part, pour les ouitistes, avoir avalisé ce que nous proposais le genre de tristes sires, capables d’un tel manque de conscience populaire, devrait laisser perplexe. Mon vote n’a jamais été un vote contre le gouvernement, n’en déplaise aux abrutis. Chirac aurait pu laisser Raffarin, nous avons des votes nationaux pour cela. Mais les masques tombent et je rappelle que ces même personnes siègent au Conseil des ministres de l’Europe.

      Certes la scène politique actuelle n’est pas porteuse de magnifiques espoirs, certes le monde dans lequel nous nous acheminons sera de plus en plus marchand, certes il y a prés de trois millions de pauvres en France....et la liste des problèmes est encore longue mais il y a aussi tant d’avantages à vivre en France, nous vivons dans un pays de privilégiés du point de vue de la santé, des conditions de travail, de la sécurité sociale, du confort, de l’hygiène, de l’éducation...Nous sommes tellement protégés que nous ne nous rendons pas compte de la chance que l’on a :liberté d’expression,eau potable, infrastructures...,

      Voilà un point crucial et très révélateur. Votre position a été reprise dans les deux camps. Du coté du OUI, par ceux qui tentaient de nous faire croire que ce texte allait permettre aux autres pays membres d’améliorer leur quotidien, leurs conditions de vie. Ainsi, voter NON serait une position de repli sur nos propres intérêts et une magnifique démonstration de notre égoïsme naturel et franchouillard. Puis ce point a été repris par les souverainistes qui clamaient que le recul apporté par l’Europe serait fatal pour tous ces avantages et qu’un NON teinté de nationalisme apparaissait comme la seule direction possible. Je me doute que, comme moi, vous ne partagez pas la seconde analyse, mais sachez que la première me répugne autant. C’est réduire une fois de plus le vote NON à un vote anti-européen alors qu’il s’agit d’un vote pour le futur de l’Europe. Je vais reprendre l’expression de mon épouse : « C’est comme dire : il FAUT vous marier. Peu importe le mari, qu’il vous batte, vous insulte, vous délaisse et ne vous aime pas, l’important reste de se marier ». Pour tenter, certainement maladroitement, de vous convaincre, partons du « plombier polonais », cette image nauséeuse qui a été tant instrumentalisée. « N’ayez pas peur du plombier polonais ! » Effectivement, je n’ai pas peur du plombier polonais pas plus que du maçon turc. Pensez-vous sérieusement que le fait que le niveau de vie des polonais augmente un tantinet (et pour combien de temps ?) justifie que nous adoptions un texte qui prône le démontage systèmatique des pratiques sociales, l’effacement des services publics et la mise en place des accords de l’AGCS ? L’intégration au sein de l’Europe de plus en plus de pays, même si cela va demander que les fonds structurels soient dilués à l’extrême, n’est pas le plus critiquable. On nous demandait d’adopter un texte qui nous promettait l’ultra libéralisme comme seul avenir. C’était comme dire : « Invitez votre voisin à notre suicide collectif ... ». En ce qui me concerne, je préfèrerais inviter mon voisin à boire un pot. Evidemment que cette position allait être évacuée rapidement pour ne laisser place qu’à notre irrépressible égoïsme.

      Il est temps d’arrêter de pleurnicher et d’oeuvrer pour un mieux vivre en europe et dans le monde...il faut penser aux générations futures, aller dans le sens du développement durable...On ne perd pas nos acquis et on se développe plus intelligemment, voilà à mon avis la voix à suivre...(penser la faim dans le monde,le nucléaire et ses problèmes existants et latents, à l’environnement...),

      Intéressez-vous à la façon dont les brevets logiciels, la gestion de l’eau, la gestion de l’énergie et des transports, les OGM, etc... ont été gérés au niveau européen. Vous verrez rapidement que l’Europe dans son fonctionnement actuel ne présente aucune protection et au contraire, très souvent, s’oppose aux espoirs des populations. Lorsque l’on dit cela, la sanction tombe : « Mais, ma parole, vous êtes contre l’Europe ! ». Non, il ne faut pas confondre le fonctionnement actuel de l’Europe et la vocation de l’Europe. Certains poussent le vice jusqu’à nous dire que le fonctionnement institutionnel de l’union aurait été amélioré avec ce texte, par rapport au traité de Nice. C’est en toute petite partie vraie mais cela ne justifie aucunement que le traité de Nice ait été adopté et que l’on se satisfasse d’une cerise sur une bouse. A de nombreuses reprises, le parlement a été vertement ignoré par la commission et le conseil et nul doute que cela continue, avec ou sans traité. Nos acquis ont été piétinés par ce texte. Je ne souhaite pas que tout soit embourbé dans une étatisation asphyxiante mais j’estime que certains services qui sont indubitablement des services de base pour une population (eau, téléphone, électricité, éducation,...) doivent rester des services publics. Nous faire croire que SIEG signifie Service Public est une insulte à notre intelligence et c’est penser que nous ne sommes pas au courant du futur annoncé et validé par l’AGCS. Vous parlez de la faim dans le monde, mais trouvez-moi un seul passage qui parlerait d’éventuels engagements pour une meilleure coopération Nord-Sud ? Alors faut-il vraiment céder sur tous les fronts sur l’autel de l’espoir ou indiquer clairement que nous désirons une remise à plat des buts cruciaux de cette Europe ? Devons nous nous taire sous prétexte d’être les seuls (nous ne sommes pas les seuls, nous sommes les premiers à parler clairement, il ne faut pas confondre).

      Je ne veux pas non plus d’un monde capitaliste, mais d’un monde pacifique...Le continent européen qui s’est déchiré pendant des siècles, qui est à l’origine de beaucoup des malheurs du monde contemporain doit s’unir et montrer l’exemple...le métissage est,selon moi, le meilleur moyen de prévenir la violence...Ce "non" ne signifie pas que l’europe ne se fera pas, il faut savoir parfois dire non pour mieux avancer par la suite, mais je trouve que cette fois, les français ,enfants et petits enfants de Mai 68, ont une fois de plus regardés que leurs propres intérêts, et c’est inquiétant, nous ne sommes peut être pas encore prêt à penser les maux terrestres et les inégalités de ce monde d’un point de vue extra-français...

      Je ne veux pas non plus d’un monde en guerre et en tous cas pas d’un monde ultra-libéral. La paix en Europe n’est pas remise en cause par ce NON, pas plus que cette paix est écrite ou assurée dans ce traité. Il s’agit encore une fois de démagogie primaire de la part des « mal comprenant ». J’ai dit non en pensant à mes enfants et mes petits-enfants et je suis fier de cela, j’aurais essayé. Je ne VEUX PAS DE DIRECTIONS POLITIQUE ET ECONOMIQUE FIGEES DANS UNE CONSTITUTION !! Qui peut justifier de cela et penser que le faux d’aujourd’hui sera le vrai de demain ?

      La réflexion qui va s’en suivre est positive, mais elle va profondément ralentir le processus de coopération, voire au pire la stopper, car la modification d’un texte unissant les volontés de 25 peuples n’est pas chose aisée...

      La réflexion qui suivra sera forcément positive si les gens qui vont la mener sont épris de démocratie. Ce sera le cas lorsque les présidents et les ministres deviendront des hommes politiques sensibles aux problèmes de leurs populations respectives et non plus des comptables, des équilibristes de la communication ou les pantins des lobbies. Ce, je vous l’accorde, n’est pas encore franchement et totalement le cas. Mais si ce n’est précisément pas le cas, alors pourquoi leur feriez-vous confiance pour ce traité, et quelle autre façon de leur montrer qu’il serait grand temps de s’y mettre ?

      Cordialement - Laiguillon

  • > LA BEAUTE DU NON
    10 juin 2005, par antoine

    Bonjour Laiguillon,

    Je me permets de répondre brièvement à vos arguments, que je respecte et auxquels j’adhère dans l’ensemble. Mais pour reprendre l’idée du mariage,bien sûr qu’il ne faut pas se marier avec n’importe qui et sous n’importe quel prétexte(mais est-ce le cas ici ?),cependant il me semble que lorsqu’ une rupture se produit dans un couple avant même que l’union soit réellement proclamée, cela est de mauvaise augure pour la suite...Comment faire confiance à son compagnon s’il fait faux bond dés le début de la relation...Il faut parfois savoir prendre des risques, ce n’est pas en reculant que les chosent évoluent dans le bon sens...Bien sûr que ce texte est critiquable, dans sa dimension technocratique, du fait de son illisibilité, par le flou qu’il laisse autour de l’organisation des pouvoirs...(mais jusque là rien de neuf avec ce que nous connaissons en France)Mais c’est un texte fort en symbole, qui inaugure la transformation d’une union purement économique en une union politique, sociale et culturelle...(là est la nouveauté, et le formidable espoir)Ce texte, qui est née après plus de quatre années de réflexion entre chefs d’Etats et spécialistes de tous les pays de l’Union(toutes les couleurs politiques se sont exprimées),mais pas seulement car de nombreuses ONG et autres acteurs privés travaillent et font office de garde fou et de contre pouvoir entre les citoyens et les institutions...Ce "non" traduit selon moi l’impasse française et le refus de s’en sortir...Qui va prendre en charge la re-négociation de ce projet, Mr Fabius fraîchement évincé du parti socialiste, Mr Besancenot...malgré ses bonnes idées et sa place très importante sur l’échiquier politique (Car il parle au nom des personnes les plus utiles au système(travailleurs ouvriers) et aussi les plus démunis et les moins valorisées (là aussi il y aurait beaucoup à dire),...ou bien encore les français eux-mêmes : quels français ? De quelle manière ?Je sais bien que la question n’est pas aussi simple, mais quand même ! Je ne crois pas aux changements profonds de la société, la théorie de Marx n’est pas applicable et d’une manière plus générale toutes les théories tendant à expliquer la réalité, à imposer une vision sont sources de totalitarisme...La consruction européenne repose sur un socle commun, riche de plusieurs millénaires...quels gages de confiance demander de plus ? Sommes nous incapables de ne pas reproduire les erreurs du passé (=d’acquérir de l’expérience) ? Et toutes les critiques visant à présenter la constitution comme un « secret cancer de notre démocratie »je crois que c’est être bien naïf au regard de l’histoire de l’Homme en communauté depuis la Grèce antique de Socrates... J’ai du mal à me reconnaître dans la France d’aujourd’hui, le monde du travail me fait terriblement peur tant il est violent et méprisant sous certains aspects(pas partout, encore heureux !), les rapports humains sont quasi-inexistants et remplacés par la TV de masse : Comment faire un projet d’une telle envergure dans un pays où il est difficile de tisser des liens avec son voisin de quartier...je me le demande, une chose est sûre, je crois en l’Europe, je me sens citoyen du Monde, Européen et Français... Mais pour l’instant, c’est la dimension française qui est privilégiée en France avec un rejet pour l’Europe (car c’est bien d’un rejet dont il s’agit ici, bien qu’il soit exprimé différemment et à divers niveaux d’analyse chez les votants du « Non »)...et c’est bien dommage...J’accepte ce refus, car je ne suis pas fataliste et résolument optimiste. Ce droit de parole était l’occasion inespérée pour les français de dire « NON » !! Cela a été fait,par peur sûrement, à force de e plus savoir en quoi et en qui croire... Pour conclure, je ne vais pas ressasser ma déception indéfiniment, la vie est bien trop courte et il faut donner vie à ses projets , et pour relativiser,comme Epictète le préconisait,"ne demande pas que les choses arrivent comme tu le désires mais désire qu’elles arrivent comme elles arrivent et tu seras heureux" ;je veux garder espoir,croire à une société ouverte,tolérante,respectueuse, unie et optimiste... (je suis conscient que là est aussi la volonté d’une grande majorité des français, mettons nous alors d’accord sur les moyens pour y parvenir...)

  • LA BEAUTE DU NON
    31 août 2016, par Akhadiwi
    Youre so cool ! I dont suppose Ive read anything like this before. So nice to find somebody with some original thoughts on this subject. realy thank you for starting this up. this website is something that is needed on the web, someone with a little originality. useful job for bringing something new to the internet ! Website Information Webpage Pixelhub.me
retour haut de page


Si vous appréciez le e-torpedo.net
participez à son indépendance, faites un don.

Contrat Creative Commonsdri.hebergement
Réalisation et conception Zala . Ce site utilise PHP et mySQL et est réalisé avec SPIP sous license GNU/GPL.
© 2005 e-torpedo.net les articles sont à votre disposition,veillez à mentionner, l'auteur et le site emetteur
ACCUEILPLAN DU SITEContact Syndiquez le contenu de ce site Admin