e-torpedo le webzine sans barbeles


Les soldes : l’os à ronger du non pouvoir d’achat

Publié le 23 janvier 2011


Et pendant ce temps, les chiffres rigolent

...Le premier bilan, une semaine après le lancement des soldes, se révèle morose pour les ventes des grandes enseignes d’habillement. "Nous avons du mal à décoller et je pense que nous serons en terrain négatif. Vendredi, le C.A était en baisse de 4% et la tendance, week-end compris, devrait être très proche de cela", a déclaré Jean-Marc Genis, président exécutif de la Fédération des enseignes de l’habillement représentant les grandes chaînes de prêt-à-porter (Zara, H&M, Etam, Celio ou Camaieu). La FEH représente 24.000 points de vente dans l’Hexagone, avec un C.A cumulé de 19 milliards d’euros. Ce recul des ventes par rapport à l’an dernier s’explique par "la morosité économique et le pessimisme ambiants, dont tout le monde parle", a estimé Jean-Marc Genis.

source : France 2

...Les soldes ont dopé la fréquentation des centres commerciaux Plus de 51 millions de consommateurs se sont rendus dans un centre commercial depuis le début des soldes. Un chiffre dont se félicite le Conseil national des centres commerciaux (CNCC) dans un communiqué, relevant que la fréquentation a progressé de 8,6% au cours des cinq premiers jours de rabais dans les magasins, par rapport à la même période l’an dernier.

source : Boursier.com

...Un système spécialement injuste

Venons-en à la question essentielle : si l’on prend en compte l’ensemble des prélèvements obligatoires, le système fiscal français est-il progressif ou régressif ? Le site www.revolutionfiscale.fr permet pour la première fois de répondre rigoureusement à cette question. Et la réponse est sans appel : le système est légèrement progressif jusqu’au niveau des "classes moyennes", puis devient franchement régressif au sein des 5% les plus riches - et surtout à l’intérieur du 1% le plus riche (soit 0,5 million de personnes sur 50 millions).

Plus précisément, si l’on classe les Français en fonction de leur revenu individuel total avant impôt (travail et capital), on obtient les résultats suivants. Les 50% des Français les plus modestes, gagnant entre 1 000 euros et 2 200 euros de revenu brut par mois, font actuellement face à des taux effectifs d’imposition s’étageant de 41% à 48%, avec une moyenne de 45%. Les 40% suivants dans la pyramide des revenus, gagnant entre 2 300 euros et 5 100 euros par mois, sont tous taxés à des taux de l’ordre de 48% à 50%. A dire vrai, les taux effectifs sont quasi stables pour tous les revenus compris entre 1 700 euros à 6 900 euros, soit près de 80% de la population, ce qui correspond à une très grande "classe moyenne". Puis, à l’intérieur des 5% des revenus les plus élevés (gagnant plus de 6 900 euros) et surtout du 1% le plus riche (gagnant plus de 14 000 euros), les taux effectifs d’imposition se mettent très nettement à décliner et ne dépassent guère les 35% pour le 0,1% des Français les plus aisés (50 000 personnes sur 50 millions).

source : Nouvel Observateur



Pour Contacter ROZOR c'est ici


La GALERIE DE ROZOR


Dessin précédent : Le PS à l’heure japonaise

Dessin suivant : Le parti socialiste dans toute sa splendeur
envoyer
sommaire
retour haut de page


Si vous appréciez le e-torpedo.net
participez à son indépendance, faites un don.

Contrat Creative Commonsdri.hebergement
Réalisation et conception Zala . Ce site utilise PHP et mySQL et est réalisé avec SPIP sous license GNU/GPL.
© 2005 e-torpedo.net les articles sont à votre disposition,veillez à mentionner, l'auteur et le site emetteur
ACCUEILPLAN DU SITEContact Syndiquez le contenu de ce site Admin