e-torpedo le webzine sans barbeles



Les banques égorgent l’Europe par Gérard Filoche

Catégorie société
Il y a (214) contribution(s).

(JPEG)

(re) Visitez la Galerie ROZOR

O que nous avions raison ! D’élection européenne en élection européenne, depuis 1979, nous nous opposions à l’Europe des banques et défendions l’Europe des travailleurs. Nous expliquions que le néolibéralisme tuerait l’Europe et que seule l’Europe sociale avait un avenir.

Je me rappelle en 1992 avoir publié un petit livre « Les clairons de Maastricht » qui expliquait bien cela. Notre thèse était que pour construire l’Europe il fallait avoir un grand dessein social afin d’unifier les peuples. Il fallait que les peuples trouvent un intérêt concret, réel, matériel et politique, démocratique à la construction européenne : sinon tout se retournerait contre elle.

Nous réclamions une Assemblée constituante européenne. Nous voulions une Europe fédérale, politique, démocratique, pour socialiser les droits au niveau le plus élevé d’un pays à l’autre. Nous réclamions une harmonisation sociale et fiscale et nous nous sommes logiquement opposés au TCE et au Traité de Lisbonne qui l’interdisaient explicitement.

Des imbéciles nous qualifiaient d’anti-européens, à cause de cela.

Ils affirmaient qu’il fallait en passer par l’Europe néolibérale, économique, à n’importe quel prix comme seule voie, pour « un jour » aller vers une amélioration sociale. Mais ladite amélioration sociale ne venait jamais. Au contraire c’est le pillage social de l’Europe par la finance qui progressait. Ils acceptaient des critères artificiels déments comme ceux de Maastricht et du « Pacte de stabilité ». 3 % de déficit, 60 % dette, 1,5 % d’inflation... Ils étaient prêts à imposer cela par la force avec des « sanctions » jusqu’à ce qu’ils se rendent compte que ça ne pouvait pas marcher. Ils ont reculé mais temporairement.

Ils ont mis le couteau sur la gorge des gouvernements élus pour qu’ils l’imposent coûte que coûte à leur peuple, contre leur gré, contre la démocratie...

Ils étaient même prêts à accepter que « l’Europe » libérale bancaire contrôle, supervise, impose tous les budgets européens nationaux avec « le Pacte de compétitivité ou « Pacte de l’euro ». Avec des budgets en équilibre !

Les voilà le bec cloué. Leur méthode de construction de l’Europe n’a jamais été aussi fragilisée au point que ce sont l’Europe et l’euro qui sont maintenant menacés. Tout est sur le point de péter.

Qui donnait l’Europe aux banques la vouait à la mort. Lente. Et peut-être rapide et imminente maintenant. Les banquiers se sont gobergés en suçant les fonds publics et en bénéficiant des dérogations les plus incroyables pour siphonner toutes les richesses produites par les salariés.

Ils ont créé une crise sans précédent, ils ont obtenu toute les aides, tous les prêts, et maintenant, en retour, continuant comme avant, ils menacent les états, les fonds publics, ils mordent cruellement la main qui les avait sauvés.

Ce sont les scorpions de la fable, c’est dans leur nature.

Ce faisant ils mettent à mal tout le projet européen.

La façon dont ils veulent sucer le sang du peuple grec, des peuples espagnols, portugais, islandais, irlandais, et demain italien et français mériterait immédiatement une mise en garde, un retour de bâton, avec enquêtes judiciaires, attaques contre les tricheurs et usuriers, remise en cause de tous les privilèges et laxismes. Mais non, les Merkel Sarkozy accompagnent leur amis banksters et ne manifestent pas la moindre menace à leur égard : ils leur demandent de trouver la solution sur la base du « volontariat » refusant toute contrainte à leur égard.

Cela nourrit le retour des antagonismes entre les peuples : car si ce ne sont pas les banquiers les voleurs, et puisqu’il y a vol, alors il faut bien que ce soient les Grecs les voleurs...

L’extrême droite s’est développée presque partout. Sarkozy a lui-même fait campagne raciste contre les Roms et xénophobe contre les Français d’origine étrangère. Le nationalisme est manipulé comme un rempart à la crise provoquée par les spéculateurs, rentiers, banquiers. Les Grecs sont « tous fainéants » et « roulent en grosses bagnoles » sans « payer d’impôts », ils ont « vécu au-dessus de leurs moyens » et « doivent payer »...

Ce poison lent se répand inexorablement : Merkel et Sarkozy proposent aux spéculateurs eux-mêmes de passer des compromis avec d’autres spéculateurs, ce qui n’a évidemment aucun avenir.

Ce sont des apprentis sorciers, ils ont donné tout le pouvoir à la finance et refuse de le lui reprendre. D’un jour à l’autre et nous l’avons expliqué depuis des mois, cela se dégrade. Et cela continuera.

Parce que les purges d’austérité tuent les économies malades.

Parce que Georges Papandréou en étranglant son peuple pour le compte de la troïka UE/BCE/FMI, se discrédite et sape les bases de son propre pouvoir, pourtant élu à gauche. La Grèce recule sous les potions antisociales malveillantes intolérables.

Parce que Luis José Zapatéro a perdu tout crédit et doit partir après avoir conduit sa majorité à la faillite. Les « indignados » le redisent ce 19 juin dans toute l’Espagne « ils »ne sont pas démocrates » « ils » n’écoutent pas les peuples. « Ils » c’est la dictatures des banques.

Et José Socrates a perdu les élections en voulant suivre les plans de l’UE, mais la droite arrivée au pouvoir va faire encore pire.

Il n’y a pas d’avenir pour l’Europe de Sarkozy Merkel et des banques. Et il risque de ne plus y avoir d’avenir pour l’Europe si leur politique continue sans recevoir l’opposition massive, populaire, qu’elle mérite.

Chaque manifestation de résistance du peuple grec est un bienfait pour toute l’Europe. Celle du peuple espagnol ce 19 juin aussi.

Il faut y aller aussi en France. Dans la rue et dans les urnes. Il faut l’unité de la gauche. Il faut chasser Sarkozy. Il faut récupérer nos retraites, hausser nos salaires, mettre fin au chômage de masse avant qu’il ne soit trop tard. Pas ce concessions à la troïka UE/BCE/FMI.

Levez vous chaque matin en vous demandant ce que vous pouvez faire pour aider le peuple grec a résister à l’insupportable pression, que les banques veulent lui faire subir. Par ce que sinon le tsunami bancaire qui déferle d’Athènes à Lisbonne, de Dublin à Madrid, vous balaiera en même temps que ce qui reste d’idéal européen.

Il faut contrattaquer

Il faut une révolution bancaire et fiscale, restructurer les dettes, au cas par cas, il faut annuler de larges secteurs de celle-ci,

Il faut placer la BCE sous contrôle politique et citoyen, créer des grands pôles financiers et de crédits publics, tirer monnaie et prêter à taux zéro

Engager des enquêtes sur les malversations, les spéculations, les pseudo agences de charlatans dites de notation

Il faut annoncer qu’on va juger et condamner les spéculateurs

Il faut liquider les paradis fiscaux

Encadrer les fonctionnement des Bourses

Séparer les banques de dépôt et d’investissement

Il s’agit de sauvegarde citoyenne républicaine d’urgence !

Cet article a été écrit par Gérard Filoche,
Source : http://www.filoche.net
Le 19 juin 2011

Lu sur RADIO AIR LIBRE



Publié le 28 juin 2011  par torpedo


envoyer
commenter
imprimer
sommaire
Forum de l'article
retour haut de page


Si vous appréciez le e-torpedo.net
participez à son indépendance, faites un don.

Contrat Creative Commonsdri.hebergement
Réalisation et conception Zala . Ce site utilise PHP et mySQL et est réalisé avec SPIP sous license GNU/GPL.
© 2005 e-torpedo.net les articles sont à votre disposition,veillez à mentionner, l'auteur et le site emetteur
ACCUEILPLAN DU SITEContact Syndiquez le contenu de ce site Admin