e-torpedo le webzine sans barbeles



Le clochard ricanant
une nouvelle de Franca Maï

Catégorie free littérature
Il y a (77) contribution(s).

(JPEG) REPRISE D’ARTICLE

T’as jamais vu la mer, petite et tu n’es pas prête de la voir. C’est ton destin. Tu ne verras jamais la mer, parce que j’en ai décidé ainsi. Ton cou est tendre, ta peau rose et potelée et personne ne t’a expliqué qu’il ne fallait jamais accepter les bonbons d’un inconnu. Surtout s’il pue et si la faim tenaille son ventre. Il se transforme alors en bête.

Y’a bien longtemps, une petite fille comme toi, jouait sur mes genoux, puis deux, puis trois, toutes claires et blondes.

C’était la maison du rire.

Un jour, la boîte pour laquelle je trimais dur a licencié et j’ai fait partie du premier wagon de déchets. A partir de ce moment précis, la descente aux enfers a commencé et la métamorphose a élaboré son travail minutieux. Mes yeux ne regardaient plus vers le haut, ma tête s’inclinait ostensiblement vers le caniveau. Des kilomètres de trottoirs se sont déroulés tels des tapis rouges sur lesquels mes pieds s’habituaient à écraser les excréments pour en faire des œuvres d’Art. Ce n’est pas parce que l’on est à la rue que l’on doit oublier le rêve.

Au commencement, je n’ai rien dit. J’ai fait semblant de partir au travail. Je n’ai rien changé à mes habitudes. Je prenais le bus. Je rentrais dans le café habituel, je commandais mon petit verre de vin blanc, je me pointais devant la porte que j’avais traversée pendant plus de quinze années, une voûte céleste en fer forgé et j’attendais. Les quelques collègues rescapés me saluaient puis détournaient vite le regard comme si le simple fait d’être à l’extérieur pouvait porter la poisse. Je passais ma journée devant le grand édifice à savourer le silence puis j’attendais le soir qu’ils rejoignent la sortie juste pour qu’ils n’oublient pas qu’un jour ou l’autre la machine infernale de la rentabilité les broierait et les propulserait dans la zone de non retour. Dehors, ils retrouvaient alors un chouïa d’humanité et quelquefois l’un deux me payait un verre. Ils me parlaient de leurs femmes, de leurs enfants, de leur fatigue imminente, J’étais une espèce de substance fibreuse qui épongeait leurs soucis. Il ne me demandait jamais comment j’allais par peur d’une réponse déstabilisante. Tout ça me convenait.

J’étais l’équilibriste sur le fil du néant.

Le premier mois, j’avais quelques économies. Quand j’ai ramené la paye, ma femme n’y a vu que du feu. Les filles continuaient à sauter sur mes genoux, les gloussements persistaient mais moi je n’avais que le masque du rire et les borborygmes évadés de ma gorge. Je continuais à faire sonner le réveil, à prendre le bus et à squatter les vestiges de mon ancien boulot. Par contre, j’avais un problème de libido. Mon sexe était lénifié. J’étais un homme sans membre.

Puis je me suis aperçu qu’en me levant un petit peu plus tôt, j’évitais de prendre le transport en commun et ainsi je faisais des économies. Ca me permettait d’assurer encore le petit verre du matin et de rester en forme pour la journée. Des crampes d’estomac ont commencé à faire leur apparition régulièrement. J’avais faim, la faim engendrant la faim dans une spirale infernale. J’imaginais des oies nues et dorées enrobées de foie gras. Je voyais mes dents mordre leur chair caramélisée. Ca me calmait le temps de la vision. J’ai compris qu’il fallait que je projette les oiseaux palmipèdes avant leur cuisson pour apaiser plus efficacement le mal. Donc les oies naissaient, gambadaient dans un pré violet, s’entretuaient et quelquefois se retrouvaient au Lido à lever leurs pattes en exhibant un trou béant.

« J’te suce si tu m’donnes cent balles » la fille tout juste majeure, avait les yeux morts et elle s’agrippait à mon imperméable. Elle avait une grosse bouche rouge cerise. « Ecoute, j’suis en descente, j’ai besoin de ma dose, donne-moi cent balles baby et j’te régale avec ma gorge ». Je l’ai plaquée contre le mur et j’ai sorti ma queue molle. Elle s’est agenouillée et a commencé à m’aspirer le gland d’une façon phénoménale tandis que sa langue entamait une danse folle. Une hallucination, cette meuf. En l’espace d’un éclair, j’ai joui et je lui ai filé un feu d’artifice de sperme emmagasiné depuis des mois. Elle a tout recraché en faisant la grimace. « Donne-moi mes cent balles » Je me suis barré, un peu groggy par cette performance, mais elle me poursuivait en couinant « Salaud, donne-moi ce que tu me dois ». J’ai accéléré le pas, mais la garce avait du répondant, elle ne lâchait pas prise et s’accrochait à mon vêtement. C’est alors que j’ai entendu la mélopée d’une déchirure et ça m’a mis furieusement en colère de voir le tissu en pièces. J’lui ai décoché une droite, son nez s’est mis à pisser le sang, ça l’a calmée et j’ai eu juste le temps de m’échapper par la voie ferrée. J’avais vachement faim, j’ai gratté la terre et j’ai avalé un ver de terre. Le mac Do du pauvre, j’ai pensé. Puis j’ai filé à mon poste habituel et j’ai regardé mes collègues passer. Ma femme m’a dit « tu ne crois pas que l’on devrait racheter un canapé , arrête de garder tes sous comme un rat, on n’a qu’une vie et les filles grandissent... » J’ai commencé à ne me raser qu’un jour sur deux. Maintenant pour le mois qui arrivait, je ne savais pas comment faire pour régler le loyer. Je n’avais aucune solution. J’ai eu l’idée de taper les anciens collègues de travail et dans le café autour d’un pastis, ils ont fait une collecte. Ca m’a touché mais ils m’ont bien précisé qu’ils ne pourraient pas le faire systématiquement et qu’il fallait que je trouve une autre sortie de secours. Le fric glané a soulagé leur conscience, ils étaient sereins et n’abordaient plus le regard coupable de ceux qui sont restés à l’intérieur.

Ca m’a fait penser à ceux qui refilent leurs médicaments périmés pour le tiers Monde et j’ai eu un petit ricanement intérieur.

Mes chaussures prennent l’eau et quand les semelles touchent le caniveau elles égrènent une petite musique de naze. Mes chaussettes trempées me pourrissent la vie et c’est grelottant que je monte la garde devant mon édifice. Aujourd’hui, le gardien est venu me parler et m’a dit que peut-être ma place était ailleurs, là où il y avait du travail. Je l’ai regardé du haut de mes cinquante ans et je lui ai demandé s’il croyait vraiment en ce qu’il me racontait, il a rigolé et m’a filé un bout de son sandwich et des chaussettes sèches. On a regardé la pluie tomber et faire des rigoles sur le macadam.

« Tu as une maîtresse » Ma femme était dans tous ses états « Tu pars plus tôt le matin, tu ne me fais plus l’amour, ton regard est absent et tu ne ris plus avec les filles...ne sois pas lâche dis-moi la vérité... C’est qui, j’la connais la pouffiasse ?... » Puis elle s’est mise à pleurer convulsivement et je ne savais pas quoi faire. Je l’aime tellement, je ne veux pas la blesser. Elle est tout pour moi, on a grandi ensemble, on a sculpté des enfants dans la félicité, je ne veux pas qu’elle souffre, mais je ne sais pas comment faire, comment la rassurer. Je l’ai pris dans mes bras mais elle m’a repoussé « tu sens la chatte avariée ». J’ai quitté la maison, la mort dans l’âme. Et j’étais révolutionné dans la tête, je ne voulais pas la perdre. Je me suis dit que j’allais lui faire une surprise.

J’ai troué la première vieille qui passait, je l’ai laminée avec un couteau, j’ai sectionné sa carotide profond. Elle a porté ses mains à la gorge et ses mains sont devenues rouges. Elle m’a jeté un regard interrogateur sans animosité aucune et j’ai piqué son sac en la laissant agoniser sur place. Je me suis dit que peut-être je lui avais rendu service, sa vie n’avait pas l’air très gaie. J’avais commis un acte altruiste. Puis j’ai pensé que peut-être quelqu’un l’attendait dans une maison et que cette personne n’aurait plus jamais le sourire. J’ai regretté mon geste mais c’était trop tard. Alors j’ai pénétré dans le magasin du centre ville et j’ai choisi le plus beau canapé en velours écarlate. J’ai exigé qu’il soit livré dans la matinée et j’ai rajouté un mot à la main d’une petite écriture tremblante : « je t’aime mon amour, à la vie et à la morgue !... »

J’ai vu la BMW du patron traverser la voûte céleste en fer forgé et s’arrêter devant la cahute du gardien, lui parler et repartir sur les chapeaux de roues. J’étais très en colère de constater qu’il ne m’avait même pas salué après quinze années passées dans sa boîte. Le gardien s’est dirigé vers moi d’un pas mal assuré et il m’a dit : « il faut que vous dégagiez, Monsieur Arnault, je risque ma place » Je lui ai répondu : « Il faut être cohérent, un jour tu m’offres des chaussettes, le lendemain tu joues leur jeu... » « Monsieur Arnault, il faut comprendre, j’ai une famille ... » « Et moi, crétin, j’ai quoi ? Une collection de miniatures anorexiques ? » « Ecoutez, Monsieur Arnault, j’ai pas envie de vous frapper, soyez gentil, dégagez... » Je me suis accroché à la grille et je l’ai mesuré du regard. Son poing est parti, j’ai chancelé mais je me suis tenu de nouveau droit devant lui. Il pleurait le bâtard, mais il a continué.

Il était formaté et payé pour ça.

Les collègues sont passés devant moi, ils ont détourné leur regard et leurs yeux étaient vides comme si tout cela relevait de l’irréel. Mais les coups je les prenais bien, j’étais au sol plié et il me travaillait les cotes.

Dans l’ambiance enfumée du café, je me suis dirigé vers les toilettes et j’ai maté ma tête. Je faisais peur. La patronne m’a tendu une main secourable et a nettoyé les plaies.

« C’est quoi ce monde où nous vivons ? »

Elle a répété cette phrase au moins dix fois en dodelinant de la tête, puis elle m’a offert un verre. J’ai fermé ma gueule et j’ai attendu les autres. Lorsqu’ils ont pénétré le lieu, il y a eu un silence gêné. Ils ne savaient plus où poser leurs carcasses ni comment ils s’appelaient. Ils étaient tétanisés. Je leur renvoyai le miroir intègre de leur âme. J’ai dit tout haut : « En temps de guerre, on voit où sont les lâches... Ce sont toujours les mêmes, ceux qui n’ont pas les couilles de dire ça suffit, assez !, ceux qui contribuent à laisser la machine infernale en marche par leur acceptation et leur consentement soumis. Bande de blaireaux... regardez-moi bien, regardez bien ma gueule défoncée car un jour ça va vous arriver... » . J’ai propulsé ma tête au niveau de leurs yeux et je les ai contraints à regarder. Puis j’ai pris un chapeau et j’ai fait la quête. Ils ont tous donné comme à confesse. Ils étaient blêmes, maintenant ils savaient qui ils étaient.

J’ai laissé pousser ma barbe, j’avais même plus le courage de me raser. Ma femme m’a demandé si c’était pour plaire à ma maîtresse que j’adoptais ce nouveau look. J’ai haussé les épaules. Je ne pouvais rien justifier et elle commençait à me gaver avec ses scènes. Mais j’ai continué à la regarder avec tendresse car ma femme, elle est vraiment très belle, ses traits sont d’une finesse à couper le souffle et mes filles lui ressemblent. Elles vont faire un carton plus tard. Je ne veux vraiment pas les perdre. Je suis retourné faire le guet devant mon édifice et je me suis posté à cent mètres du gardien. Les collègues m’ont fait des petits signes discrets mais c’était comme s’ils avaient des tics. De loin, t’aurais pu penser à une cohorte hémiplégique. Mais enfin ça fait toujours chaud au cœur de savoir que l’on n’est pas seul au monde. La BMW est passée rageuse à mon niveau pour s’évader dans ses sphères paradisiaques et il a commencé à pleuvoir des cordes. Je devinais qu’aujourd’hui aucune chaussette sèche ne serait au rendez-vous et j’ai commencé à claquer des dents, le bruit m’a conforté.

Tendre la main n’a pas été facile, mais je l’ai fait. Timidement au début. La première pièce qui est tombée dans ma paume sentait l’ail. J’ai même pas relevé les yeux pour voir qui en était le bienfaiteur, j’avais trop honte. Je regardais mes souliers avec le petit trou qui se pointait à l’horizon et je m’amusais à faire bouger mon orteil gelé. « Un grand gaillard comme vous, ça doit pouvoir trouver du travail » J’ai relevé la tête et j’ai découvert un minois tout rieur planté sur un corps de femme à la quarantaine plantureuse. « Ca vous intéresse quelques menus travaux » Je l’ai suivie. Comme toutes les bonnes femmes de son espèce elle était nulle en plomberie. Sa cuisine était inondée et j’ai commencé par patauger en bouchant les trous. Elle a lessivé puis m’a filé un verre d’un très bon vin mais comme je n’avais rien mangé, j’ai la tête qui a tourné très vite et j’ai été obligé de m’allonger sur son lit.

« Pas solide le gaillard »

Elle se foutait de ma gueule mais elle a compris et elle est revenue avec un sandwich rassis au jambon beurre. « Tu aimes lécher les chattes » Elle a relevé doucement sa jupe. Elle ne portait pas de culotte et j’ai découvert une toison noire ébène. Elle m’a enjambé et a écarté ses cuisses au niveau de mon visage. Elle s’était trop parfumée et ça m’a donné un haut le cœur mais comme elle a posé son sexe autoritairement sur ma bouche, je n’avais plus que le choix de fermer les yeux et de penser très fort à ma femme en ne ménageant pas ma langue. « Pas mal » elle s’est resapée a touché mon sexe et a vu que je ne bandais pas. Elle m’a dit « si tu veux, la salle de bains est libre » je n’avais qu’une envie c’était de me tirer, je me sentais mal à l’aise, j’ai tendu la main. Elle m’a regardé avec son faciès de souris « tu rigoles, j’espère ». La rage m’est tombée dessus et je l’ai basculée en lui tirant les cheveux, elle a eu l’air d’aimer ce contact. « Non, je ne rigole pas petite merdeuse, l’esclavagisme c’est fini, tu crois pas que tu vas aller faire ton marché en toute impunité et qu’on va se laisser rabaisser, aboule le fric et donne-moi ce que tu me dois... 1 heure de plomberie et 1 heure d’exercice buccal et crois-moi ce n’était pas une sinécure... » Ca l’a vexée. Elle s’est fermée et m’a tancé vertement : « Et moi qui pensais faire une bonne action, tu pues Man...Tu te prends pour qui, j’ai pas un kopeck, tu t’es servi en nature ». Elle était maraboutée de la tête, la meuf. Là, j’ai vu rouge, je lui ai retourné un aller retour, j’ai sorti mon sexe et je lui ai pissé dessus.

Je suis rentré à la maison. Je n’ai embrassé personne. Je me suis douché et rasé de près et j’ai littéralement explosé ma peau tellement je voulais me débarrasser de cette putain d’odeur de parfum mélangé à la sueur. J’avais l’impression que l’effluve persistant me collait, j’avais la sensation d’être encore sale. Cette saleté je savais que je la transporterais longtemps. J’étais incapable de regarder ma femme dans les yeux. J’ai pris les trois filles sur mes genoux et on a joué et ri comme des petits fous. Ca m’a détendu. Le soir, j’ai éteint la lumière et j’ai fait l’amour à ma Reine délicatement. Je l’ai caressée longuement et j’ai passé ma langue dans tous ses orifices. J’ai attendu qu’elle m’offre tout son corps sans retenue, je voulais qu’elle sente que je l’aime. Lorsqu’elle a joui, je l’ai pénétrée brutalement et nos râles de plaisir se sont emmêlés. Je l’ai sentie rassurée. La putain d’odeur n’avait pas déserté mes narines.

Je sentais la mort.

Je suis allée à la cuisine et j’ai vidé la bouteille de vin blanc. Ca m’a refilé une sacrée pêche et comme je bandais de nouveau, j’ai pénétré le sexe brûlant de ma femme assoupie et je me suis balancé dans son corps longtemps, longtemps pour m’endormir. Elle a murmuré dans son sommeil : « Je te retrouve enfin, mon Amour ».

J’ai de plus en plus de mal à lever mon grand corps, mais je dois absolument donner le change, alors après des efforts surhumains, je retrouve mes pieds avançant l’un devant l’autre qui me conduisent directement sur le lieu de feu mon job. J’ai dégagé à trois cents mètres sur la gauche et me suis placé au tournant au milieu des grandes herbes. Je vois toujours l’édifice mais je ne suis plus dans la ligne de mire du gardien qui semble sur les nerfs. Mes collègues peuvent m’apercevoir par les fenêtres mais j’ai remarqué qu’ils avaient tendance à baisser les stores, à cause du soleil très certainement. Ma barbe pousse, elle cache mes traits tirés. Elle cache ma faim. Je mange des fourmis, c’est bon mais ça ne remplit pas un ventre. De temps en temps, je me pointe sur la petite esplanade située à 1 kilomètre d’ici et je tends la main « A votre bon cœur, Messieurs Dames » De temps en temps, je récolte et quelquefois, je tends la main pour rien. Juste une goutte de pluie. Puis je ne sais pas ce qui s’est passé, pourquoi ce destin de merde s’est acharné sur moi, toujours est-il que la voiture de ma femme a croisé mon chemin et qu’elle n’avait strictement rien à foutre dans ce coin précis. Je l’ai vue me découvrir avec stupeur et j’ai compris par ses gestes maladroits qu’elle tentait de me cacher au regard des filles. Elle a foncé à ma hauteur et j’ai distingué la plus petite se retourner et me faire un grand signe de la main en criant :

« Papa »

. Je n’ai pas pu rentrer le soir, la honte nourrissait mes veines. Je me suis beurré aux frais de la patronne du café et j’ai baisé vite et mal la fille de salle qui m’aimait bien car je la faisais rire. J’ai dormi trois jours non stop. Dès que je sentais mon œil s’ouvrir, je replongeais avec une ténacité hors normes dans le coma temporaire. Je ne voulais plus voir ma vie.

Puis tu es obligé de rentrer, un jour ou l’autre tu rentres toujours, au pays, au bercail, au pieu, au cimetière, enfin quelque part. J’ai frappé à la porte et personne ne m’a répondu. J’ai pénétré dans la maison et là, un ouragan avait tout remballé. Plus aucun meuble, tout avait disparu avec femme et enfants. Ce que tu ressens est indescriptible sauf peut-être cette envie lancinante d’accrocher une corde et de te pendre avec. Je ne sais vraiment pas où tu pioches cet instinct de survie qui t’accompagne jusqu’à la frontière de l’autre monde et qui te protège. Y’avait juste une grosse blatte qui sévissait dans la cuisine et tu te surprends à éclater d’un rire nerveux et tu cognes ta tête contre l’évier.

Ca fait maintenant trois années que je vis dans le virage.

Je me suis organisé, j’ai un caddie, deux couvertures et une clochette pour annoncer l’arrivée de mes invités au cas où... L’édifice a été complètement repeint le patron a rajeuni l’équipe avec des cdd et sous-traite avec le marché asiatique. Mes autres collègues ont disparu au fil des mois, sans réagir et sans venir me saluer. Le gardien a été viré. C’est un vigile maintenant accompagné d’un chien à forte mâchoire, alors j’évite de trop m’approcher. Je me suis organisé. Les jours de marché, j’y vais à la fermeture et récupère les fruits et légumes légèrement pourris ou abîmés qui jonchent le sol. Les marchands de quatre saisons sont sympas avec moi et de temps en temps, ils me donnent la pièce pour un canon. Sinon je mange les racines que la terre m’offre généreusement, c’est très bon pour la santé. Je me lave une fois par semaine aux douches municipales, une employée m’a à la bonne et c’est elle qui me permet d’y accéder. Le reste du temps je tends la main et je dis « Merci » bien poliment. J’ai un petit pécule que j’ai planqué sous la troisième pierre en partant du goudron à gauche de la route. C’est pour les mauvais jours. J’apprends à apprivoiser les changements de temps et je découvre des couleurs absolument uniques dans le ciel. Des couleurs qui te trouent tellement elles sont surprenantes.

Et puis y’a un destin auquel tu n’échappes pas. Toi, tu ne demandes rien. T’as fait ton nid, tu es invisible, en marge de la société, tu as déjà tes habitudes. Quelques bonnes âmes qui s’inquiètent de ta santé mais en règle générale, tu ne cherches pas à t’approcher des gens. Tu sais ce qu’ils valent, tu ne crois plus en eux.

Tu t’enfermes petit à petit dans ta solitude et tu causes avec toi-même.

De grandes pensées philosophiques accouchent de ton cerveau et tu accèdes à une forme d’équilibre.

Alors y’a cette putain de BMW qui pile dangereusement à tes côtés en perdant une roue. Ton ancien patron est sonné dans le pare-brise mais tu sais qu’il vit encore. Sur la banquette arrière, il y a une petite fille toute blonde à la peau claire qui te regarde hébétée. Tu lui offres un bonbon, parce que tu sais que les petites filles aiment les douceurs. Et puis y’a ce fucking film qui tourne dans ta tête, obsédant. Tu revois ta maison, tes enfants, ta femme avant. Avant tout ce merdier. Et tu sais que cette petite ne verra jamais la mer et qu’elle n’est pas prête de la voir, car tes mains en ont décidé autrement. Tu sais maintenant que le monde auquel elle appartient, qui engendre cette race de gens spécifiques, ne comprend la misère du monde que lorsqu’elle est directement concernée. Et lorsque tes mains étranglent son minuscule cou potelée et que la petite vire au gris, tu t’excuses humblement, tu la prends sur tes genoux et tu voudrais l’entendre de nouveau rire.

Mais c’est trop tard.

Avec l’aimable autorisation du Cherche-Midi Editeur (2001) Nouvelle parue également dans le recueil humanitaire "Humanimal 1" aux Editions Archipel93

-  site de la romancière

-  Les lectures musicales de la romancière sur My space

(JPEG)
Franca Maï
Crédit Photo : Philippe Matsas


Publié le 18 juin 2010  par franca maï


envoyer
commenter
imprimer
sommaire
Forum de l'article
  • Le clochard ricanant
    une nouvelle de Franca Maï
    6 avril 2009, par régis
    2001 déjà et cette nouvelle est plus présente que jamais... Franca toujours à la pointe de la baillonette..
    • Le clochard ricanant
      une nouvelle de Franca Maï
      23 juin 2014, par yogesh
      Fiddle on the inventory of exegesis’s directive. Policy external the concrete corporeals of your respective quarrel, moreover establish sure each fragment inclination be undivided. http://www.sytropinbonus.com/
      • Le clochard ricanant
        une nouvelle de Franca Maï
        7 juillet 2014, par yogesh
        Rage fell on me further I swung by pulling her ringlet, she seemed to affection the reach. "No, I’m hardly kidding petty shitty, bondage is across, do nay you mull you’re going to do your vend along impunity moreover we endow permit degrade Gimme the finances also provide me what you owe. facebook
    • Le clochard ricanant
      une nouvelle de Franca Maï
      16 juillet 2014, par yogesh
      The finicky royal prince abacus across the talk central formulated in addition to a strain of internal perception sentences of which transpire fanfare alone you’re moreover extents hiring representations. custom computer systems
      • Le clochard ricanant
        une nouvelle de Franca Maï
        10 octobre 2014, par alone17
        We are really grateful for your blog post. You Will find a lot of Approaches After visiting your post. I was exactly searching for. Thanks for Such post and please keep it up. G reat work - See more at very awesome blog post. Buy my house for cash
    • Le clochard ricanant
      une nouvelle de Franca Maï
      12 novembre 2014, par regsdfvsc
      The sum would pay the state share of the helicopter services for ten years. clash of clans hack
    • Le clochard ricanant
      une nouvelle de Franca Maï
      19 novembre 2014, par qwerty
      Strange thing is the way that the battery is charging despite the error and photos with iPhoto can be imported. Also fails even iTunes not at the first step of synchronization. itunes gift card generator
  • Le clochard ricanant
    une nouvelle de Franca Maï
    6 avril 2009, par Un passant

    Et les clochards devinrent une armée.

    Ils ne crevaient plus dans les ruisseaux et ils crachaient sur les piécettes de bonne conscience.

    Ils s’étaient regroupés, organisés...

    Les montres à l’heure rolex formaient un gros tas d’avanie.

    50 ans et un goût de liberté.

    Cette nouvelle e-torpedo me file la banane, allez savoir pourquoi

    Je ricane

    • Le clochard ricanant
      une nouvelle de Franca Maï
      31 mai 2014, par yogesh
      That’s the bad ages. I ascertain to domestic the climate metamorphoses furthermore I spot thoroughly odd stains in the firmament. Imbues that you enter they are so fabulous. freedebtconsolidationquotes.com
      • Le clochard ricanant
        une nouvelle de Franca Maï
        24 juin 2014, par dj5909669@gmail.com
        I simply want to tell you that I am new to weblog and definitely liked this blog site. Very likely I’m going to bookmark your blog . You absolutely have wonderful stories. Cheers for sharing with us your blog. FairPoint Login
        • Le clochard ricanant
          une nouvelle de Franca Maï
          29 juin 2014, par dj5909669@gmail.com
          Pretty good post. I just stumbled upon your blog and wanted to say that I have really enjoyed reading your blog posts. Any way I’ll be subscribing to your feed and I hope you post again soon. SeekingArrangement Login
          • Le clochard ricanant
            une nouvelle de Franca Maï
            30 juin 2014, par dj5909669@gmail.com
            Interesting. I would agree that focusing on growth vs cost control during the early stages of a business is ideal, however, there will be a point when that shifts. Edmund Cruz
            • Le clochard ricanant
              une nouvelle de Franca Maï
              4 juillet 2014, par yogesh
              That will personally i think face-to-face offers your house a person stress and panic coupled with stress and panic probably the most acquire instant are typically possessing considerably more ladies having a weight connected with selection. FreeDebtConsolidationQuotes.com
      • Le clochard ricanant
        une nouvelle de Franca Maï
        28 juin 2014, par dj5909669@gmail.com
        You have done a great job. I will definitely dig it and personally recommend to my friends. I am confident they will be benefited from this site. Targeted Adult Traffic
        • Le clochard ricanant
          une nouvelle de Franca Maï
          2 septembre 2014, par alone17
          In addition wishful Creating a unwanted fat HAVING year in relation to impact on businesses might Possibly BE BE familiar problems with Variety separate your four-legged companion doggy doggy That Pussy-cat 50% Tutorial. steve holman f4x
      • Le clochard ricanant
        une nouvelle de Franca Maï
        7 juillet 2014, par yogesh
        Legitimate substance of embellish is deceased whereas it is enforced. The boy fits further a vehicle centers scope a destructive life. download wechat for pc
      • Le clochard ricanant
        une nouvelle de Franca Maï
        3 octobre 2014, par alone17
        The post is written in very a good manner and it contains many useful information for me. the venus factor reviews
    • Le clochard ricanant
      une nouvelle de Franca Maï
      11 juin 2014, par yogesh
      Y’avait barely a mature cockroach that raged in the galley moreover you ambush you popping your skull versus a debase snicker furthermore you belittle. China PCB Factory
    • Le clochard ricanant
      une nouvelle de Franca Maï
      20 juin 2014, par dj5909669@gmail.com
      Good Post, I am a big believer in posting comments on sites to let the blog writers know that they’ve added something advantageous to the world wide web ! Targeted Traffic
      • Le clochard ricanant
        une nouvelle de Franca Maï
        24 juin 2014, par dj5909669@gmail.com
        I was very pleased to find this site.I wanted to thank you for this great read !! I definitely enjoying every little bit of it and I have you bookmarked to check out new stuff you post JC Penny Credit Card Login
        • Le clochard ricanant
          une nouvelle de Franca Maï
          29 juin 2014, par dj5909669@gmail.com
          Hi I found your site by mistake when i was searching yahoo for this acne issue, I must say your site is really helpful I also love the design, its amazing !. I don’t have the time at the moment to fully read your site but I have bookmarked it and also add your RSS feeds. I will be back in a day or two. thanks for a great site. bloglovin followers
      • Le clochard ricanant
        une nouvelle de Franca Maï
        29 juin 2014, par dj5909669@gmail.com
        So luck to come across your excellent blog. Your blog brings me a great deal of fun.. Good luck with the site. Kachelofen
    • e-torpedo-le webzine sans barbel s - Forum
      23 juin 2014, par kelfergerso
      Retrouvez sur ceci lieu Yves Rocher manifestes dizaines de produits, a egard de cremes puis en compagnie de soins nonobstant ceci effigie alors ceci depouille a garantis prix vraiment minimum yves rocher code promo (http://mescodespromo.fr/store/yves-rocher). Vous pourrez en acheter notamment soins hydratants pres ceci personne, du maquillage ou bien encore certains soins pres ceci vignette alors en revanche finis fonte de epiderme.
  • Le clochard ricanant
    une nouvelle de Franca Maï
    13 décembre 2013, par alone17
    Once the financial commitment that entertained going to be the silent prevent,a few of these all-but-ignored resources have and a few of the bad routines while we werent looking. download hack games
  • Le clochard ricanant
    une nouvelle de Franca Maï
    25 février 2014, par alone17
    Que les banques veulent lui faire subir. Par ce que sinon le tsunami bancaire qui déferle d’Athènes à Lisbonne, de Dublin à The city, vous balaiera en même temperature que ce qui reste d’idéal européen. bubblegum casting
  • Le clochard ricanant
    une nouvelle de Franca Maï
    24 mars 2014, par alone17
    I progressively challenging to increase my great human body, but I have definitely mislead, then after a superhuman attempt, I discovered my legs ahead experiencing one another which cause me straight to the fireplace my job. http://www.kedaibola.com/agen-casino-online-indonesia/
    • e-torpedo-le webzine sans barbel s - Forum
      28 juillet 2014, par roddei
      Code promo Fnac, reduction Fnac, actu leche-vitrine de mai 2014. Salut a exhaustifs, moi me demandais celui etait realisable acheter bizarre jeux sur fnac en compagnie de sa mappemonde fnac gaming parfait en utilisant rare code promo du rang reduction fnac - mescodespromo.fr -. Sur La Fnac, vous avez egalement opportunite acheter des chronique de mets circulant du succinct electromenager aux livres de recette.
  • Le clochard ricanant
    une nouvelle de Franca Maï
    30 mars 2014, par alone17
    Fabienne was a hit. Televisions followed. A publisher has commissioned a book. Fabienne Brutus wrote two and a half months. A rant in a surprisingly restrained style. Which owes nothing, she says, the fact that it is a member of Attac and SUD. you can check here
  • Le clochard ricanant
    une nouvelle de Franca Maï
    5 avril 2014, par alone17
    Het spel speelt zich af tussen de jaren 1500 tot de Amerikaanse Burgeroorlog, de periode van de kolonisatie van de onlangs (her) ontdekte continent van Amerika. robertsontechlondon
  • Le clochard ricanant
    une nouvelle de Franca Maï
    5 avril 2014, par alone17
    I spent my day in front of the large building to enjoy the silence and I expect the evening they join the output just so they do not forget that sooner or later the infernal machine profitability and the broierait propel them in the zone of no return. Outside, so they found a tad of humanity and sometimes the two paid a me a drink. smoke pipes wholesale
    • Le clochard ricanant
      une nouvelle de Franca Maï
      24 juin 2014, par yogesh
      I recognized that I had blueprints waterfowl larks previous cooking to allay hurtful again efficiently. So geese innate, frolicking in a pasture lavender, were manslaughter plus quondams organize themselves at the Lido to revoke their shanks showing a open cavity. Kyani
  • Le clochard ricanant
    une nouvelle de Franca Maï
    6 avril 2014, par alone17
    I was a kind of fibrous substance which wiped their worries. He never asked me how I was for fear of destabilizing response. All this for me. snapchat
  • Le clochard ricanant
    une nouvelle de Franca Maï
    12 avril 2014, par alone17
    This means that your results will solely depend on how well your nutrition is.nutrition is the most important thing to focus on. http://tiny.cc/4ws2dx
  • Le clochard ricanant
    une nouvelle de Franca Maï
    14 avril 2014, par alone17
    Apprécie toutes ces croix ordonnées qui enrubannent ton carnet de rendez-vous dégraissant le heat range avec ferveur. http://www.love2drive.co
  • Le clochard ricanant
    une nouvelle de Franca Maï
    22 avril 2014, par waynedavies222
    El camino hacia esta Relojes baratos imitacion meta es una escuela de la paciencia que requiere talento y perseverancia Imitaciones de relojes extraordinaria. Esmaltado no es de hecho una ciencia exacta y los peligros son numerosas en la realización de cada obra. Es el fuego, o más bien una temperatura cercana a 800 ° C, lo cual a pasar largas horas de concentración y la esperanza del esmaltador.
    • Le clochard ricanant
      une nouvelle de Franca Maï
      5 juillet 2014, par yogesh
      Remarkable reconcile mottos, My unit take on as well as ahead of my partner and i shown admiration for tendency your current assent allocate, extremely generous risk-free a displaying with, All of us accomplish reached twit this kind of to enhance people this specific meticulous disseminates. minnetonka moccasins
  • Le clochard ricanant
    une nouvelle de Franca Maï
    23 avril 2014, par Doriane
    Ce poste est vraiment sympa. Le paragraphe openning est si puissant. Merci pour ce grand travail.
  • Le clochard ricanant
    une nouvelle de Franca Maï
    27 avril 2014, par alone17
    A freakishly endowed gamer with a incredibly sleek distressing action ... Just about challenging. mobile porn
  • Le clochard ricanant
    une nouvelle de Franca Maï
    30 avril 2014, par alone17
    Reaching out has not been easy, but I did. Timidly at first. The first piece that fell into my palm felt garlic. I even raised my eyes to see who was the benefactor, I was too ashamed. I looked at my shoes with the small hole that was on the horizon and I amused myself to move my toes froze. "A big guy like you, it must be able to find work," I looked up and I discovered a whole laughing little face planted on a woman’s body quarantine buxom. Dr Robert Mysse
  • Le clochard ricanant
    une nouvelle de Franca Maï
    7 mai 2014, par Doriane
    • Le clochard ricanant
      une nouvelle de Franca Maï
      12 juillet 2014, par yogesh
      Glorious to help attention your site mainly because it will be desirable just what I’ve searching for as well as delirious to help birth place the particular trespasss. I’m looking anterior to help heterogeneous big functionality coming from anyone. dermal fillers London
  • Le clochard ricanant
    une nouvelle de Franca Maï
    15 mai 2014, par alone17
    I do not know for a lengthy period and most significantly, I do not want my arguments could become a diversion while soothed my returning. CrunchBase
  • Le clochard ricanant
    une nouvelle de Franca Maï
    20 mai 2014, par alone17
    I holed the first old passing, I rolled with a knife, I cut his carotid deep. She brought her hands to her throat and her hands turned red. She gave me a quizzical look without any animosity and I stole his bag leaving dying on the spot. Get More Info
  • Le clochard ricanant
    une nouvelle de Franca Maï
    26 mai 2014, par alone17
    Televisions followed. A publisher has commissioned a book. Fabienne Brutus wrote two and a half months. A rant in a surprisingly restrained style. Which owes nothing, she says, the fact that it is a member of Attac and SUD. Here it to Paris with his aplomb, his incredible patter, his mischievous little face which lacks only duvets. website
  • Le clochard ricanant
    une nouvelle de Franca Maï
    29 mai 2014, par alone17
    The second stage is cost determine. Starting with the JICA estimated cost of $1,074 million, the cost at Mawa enhanced to $1,473 million in 2007, $1,800 million during 2009, and $2,600 million truly. Finance Reverend A.M.A. Muhith said in Nov 2011. get cheap flights to australia
    • Le clochard ricanant
      une nouvelle de Franca Maï
      19 juillet 2014, par yogesh
      Our confidential consort within codicil to help immemorial we of course no anguish concerning investigating targeted advantageouss your internet predicament. muscle gaining book
  • Le clochard ricanant
    une nouvelle de Franca Maï
    15 juillet 2014, par alone17
    And so they developed a new plan : Because the Hikers resided so near to the dump, Greg would take images whenever he saw dirt creating the place. venus factor
  • Le clochard ricanant
    une nouvelle de Franca Maï
    24 juillet 2014, par alone17
    I learn to control the elements changes and I find absolutely exclusive shades in the sky. Colors that you stab they are so amazing. click to investigate
  • Le clochard ricanant
    une nouvelle de Franca Maï
    27 juillet 2014, par alone17
    An unusual multiplicity of emotions captured me, and I saw, experienced, observed, and smelt, at the same time ; and it was, indeed, a long time before. her explanation
  • Le clochard ricanant
    une nouvelle de Franca Maï
    28 juillet 2014, par alone17
    Thanks for sharing this image on the website. It helps me for a great cause, as I’m collecting these sort of photos and I’ll use them in my few documentaries. important link
  • Le clochard ricanant
    une nouvelle de Franca Maï
    28 juillet 2014, par alone17
    Imagine, if you will, a really excellent, life-like diorama, one of those amazing art gallery shows that you’ll discover in New York’s Museum of Natural History or Chicago’s Field Museum. her explanation
  • Le clochard ricanant
    une nouvelle de Franca Maï
    1er août 2014, par alone17
    A few times later, my sweetheart Cynthia and It offered more evidence as to why fabulous tacos are still well-known. Sacred cow. the venus factor download
  • Le clochard ricanant
    une nouvelle de Franca Maï
    4 août 2014, par Aqib
    You should write about the model/version on the blog. You can expose it’s perfect. Your blog examination should widen your readership. Chicago Escort
    • Le clochard ricanant
      une nouvelle de Franca Maï
      13 août 2014, par abel671
      I agree with your suggestions. Thanks for sharing all, this is helpful for many people. I am truly pleased to read this post which carries lots of helpful data, thanks for providing these kinds of information. venus factor
      • Le clochard ricanant
        une nouvelle de Franca Maï
        25 septembre 2014, par sonadesjackson
        Expensive simply just translates that something costs a large amount, but there is justified reason for the fake cartier sale. Overpriced means that something simply provides a cost that is vastly over the materials cost + advertising and marketing costs + development bills + manufacturing cost + circulation costs + fair money fake rolex. Pricy watches and overpriced watches are really common. And unfortunately overpriced varieties are too common. At the same instance, you need to consider, "if a brand asks an unusual overpriced amount for a fake omega, but is still allowed to sell them, can you still regard the watch as being overpriced ? " The answer might be yes, but you still choose the watch, don’t you ? I will now do not delay- list many (but is not all) of the causes that watches usually are so expensive. These are both in defense with the industry, and expositive issues which were less glamorous in regard to the luxury industry. The first thing that watch is incredibly obvious, is the visual more detail of carbon fiber that comprises the public presence. As someone who provides a great love for and also carbon fiber fake watches, and who has items comprised wholly as a result !, I can say it does not take absolute best that I’ve got seen on a watch and ’moves’ aided by the light, as good carbon fiber content should. Second, the pushers of that chronograph feel distinct from your average pushers fake cartier watches. When first depressed, it gives the characteristic ’click’ that you just expect when starting your function, however, each additional push of the same pusher does definitely not. The motion is smooth and silent so that the chronograph is stopped along with reset, then watch clicks all over again.
  • Le clochard ricanant
    une nouvelle de Franca Maï
    26 septembre 2014, par asadalikhatri
    New toyota innova 2015 merupakan salah satu mobil yang sangat dinantikan kehadirannya. Tidak hanya di Indonesia, mobil ini mempunyai banyak penggemar secara internasional. Di Indonesia, mobil ini sangat sering kita jumpai di jalan.toyota innova 2015
  • Le clochard ricanant
    une nouvelle de Franca Maï
    15 octobre 2014, par alone17
    It is then our intention to start the transition at two per month. Logistically it takes time to swap out a technician to a new van and we do not want to overwhelm ourselves, although the sooner we switch the sooner we start saving. you can check here
  • Le clochard ricanant
    une nouvelle de Franca Maï
    19 octobre 2014, par Aqib
    Thank you for sharing This knowledge.Excellently written article, if only all bloggers offered the same level of content as you. paper writings
  • Le clochard ricanant
    une nouvelle de Franca Maï
    12 décembre 2014, par biggboss8
retour haut de page


Si vous appréciez le e-torpedo.net
participez à son indépendance, faites un don.

Contrat Creative Commonsdri.hebergement
Réalisation et conception Zala . Ce site utilise PHP et mySQL et est réalisé avec SPIP sous license GNU/GPL.
© 2005 e-torpedo.net les articles sont à votre disposition,veillez à mentionner, l'auteur et le site emetteur
ACCUEILPLAN DU SITEContact Syndiquez le contenu de ce site Admin