e-torpedo le webzine sans barbeles



Cher colons ... “Chers” dans le sens le plus littéral du terme... par Uri Avnery

Catégorie politique
Il y a (2) contribution(s).

(GIF) Il faut bien finir par le dire, sans pitié hypocrite, sans "si" et "mais". Nous avons payé des millions de shekels afin de vous pemettre de coloniser la Bande de Gaza. Nous avons payé des millions pour que vous puissiez y rester, et beaucoup d’entre vous ont vécu là-bas à nos frais. Nous avons payé des millions pour vous défendre, et des douzaines de soldats, hommes et femmes, y ont perdu leur vie. Maintenant nous payons des millions (huit ? dix ? douze ?) pour vous extirper de là et vous verser de généreuses compensations.

Mais ce n’est pas encore assez. Toujours vous criez. Encore vous êtes volés. Nous vous devons encore plus, toujours plus. Des pans entiers du pays vous sont réservés, de préférence au bord de la mer, de façon à ce que vous puissiez vous ré-installer "comme communautés à part entière". Ainsi vous pourrez vivre de façon séparée. Ainsi vous aurez vos propres écoles. Ainsi vous pourrez toucher des salaires de l’Etat en tant que fonctionnaires de la municipalité, du ministère de l’Education et du ministère de la Défense.

Je ne sais pas si le « Guinness Book of Records » attribue le titre de champion de l’impertinence et de l’impudence - en résumé, le bon vieux « chutzpah » [Jewish chutzpah : symbole d’arrogance]. Si c’est le cas, vous le remporteriez haut la main.

Dans le passé, nous devions seulement à chacun d’entre vous une villa luxueuse pour rien, aussi bien que des subsides, de la terre, de l’eau ; maintenant il semblerait que nous vous devons chaque chose. C’est votre droit de vous entraider pour l’argent nécessaire pour les malades, les personnes âgées, les handicapés, les enfants, les sans-emploi. Parce que vous êtes les meilleurs des meilleurs. Puisque vous vous tenez sur la barbe du Messie. Parce que vous avez été personnellement choisis par Dieu.

Je pourrai éprouver de la symptahie pour votre situation difficile, si vous aviez prononcé un seul mot de compassion pour les habitants des 1 500 maisons qui ont été rasées par votre faute, un nombre plus élévé que toutes les maisons des colons qui vont être détruites maintenant. Si vous aviez exprimé la moindre compassion pour les enfants qui ont été chassés de leurs maisons en l’espace d’une demi-heure, sans aucune forme de compensation, sans hôtels et sans psychologues. Pour les milliers d’arbres déracinés dans le but d’assurer votre « sécurité ».

Comme l’avait dit le bon Rabbi Hillel 2000 ans plus tôt, en voyant un crâne flotter le long du fleuve : « Puisque vous en avez noyé d’autres, vous avez été noyés vous-mêmes ... ».

Et souvenez-vous d’une chose, s’il vous plaît : la facture n’a pas été payée par “l’Etat”, un organisme anonyme, mais par moi-même et par les lecteurs israéliens de ces quelques lignes, avec notre propre poche.

Au “Yeshida Council”, Salut ...

Voilà. Fini le bluff. La bulle a éclaté.

Pendant des mois vous nous avez terrorisés. Vous nous avez bombardés avec des images imaginaires. Cent mille manifestants. Cent cinquante mille. « En tout et pour tout, nous avons mobilisé deux millions de personnes ». Ce qui revient à dire, presque 40% des juifs israéliens.

Et vous nous avez dit : Vous n’avez encore rien vu. Au moment adéquat, des centaines de milliers vont marcher sur Gush Katif. Des dizaines de milliers de soldats et d’officiers vont refuser d’obéir aux ordres. Toutes les routes à travers le pays vont être bloquées. L’Etat sera paralysé. Le peuple en entier va se soulever et contrecarrer les projets diaboliques de cet homme - ce seul et unique homme - qui veut évincer les rédempteurs de la terre de la Bande de Gaza.

Et qu’est-il arrivé ?

Le ciel ne nous est pas tombé sur la tête. Pas une route n’a été bloquée. Seule une poignée de soldats ont refusé d’obeïr - beaucoup moins que ceux dénombrés dans le camp des objecteurs de conscience. Et à la différence de ces derniers, pas un d’entre vous n’a risqué de se retrouver en prison pour une année ou plus.

Et plus important : Vous êtes restés seuls. Complètement seuls. C’était évident depuis le premier moment ; dans vos grandes manifestations, lorsqu’il ne s’y trouvait personne d’autre qui ne portait la colotte tricotée des religieux nationalistes ou les grands chapeaux des Juifs Repentants. Aucun autre secteur de la société ne vous a rejoints : ni la gauche, ni le centre, ni la droite séculière, ni même les Orthodoxes. Toutes les vantardises entendues matin et soir ont éclaté comme des bulles dans une soupe.

Il ne reste rien si ce n’est la mère de tous les échecs. Et maintenant, au lieu de vous cacher de honte, pour « chercher votre âme » et digérer votre échec, vous persistez à faire le « chutzpah » et continuez comme si de rien n’était.

A la presse, Salut ...

Pardonnez-moi de m’adresser à vous comme s’il s’agissait d’une seule personne. En vérité, vous êtes composés de beaucoup de journaux, radios et réseaux de télévision, mais je m’adresse à vous au singulier car durant la semaine passée c’est ce que vous avez paru être. Chacun d’entre vous parle comme une seule et même personne, avec un seul style, une seule terminologie. Et tous autant que vous êtes, à l’exception d’une toute petite minorité, vous avez failli à votre mission.

Pendant des semaines vous avez servi de plateforme à la propagande des colons. Tous les journaux. Toutes les stations de radio. Tous les réseaux de télévision. 24 heures sur 24, 7 jours sur 7. Chaque rot ou grognement de colon devenait une nouvelle de dernière minute, si ce n’est une nouvelle sensationnelle. Les voix du camp de la paix étaient difficiles à entendre, et les opposants les plus fermes aux colons n’étaient pas du tout audibles.

Vous nous avez noyés dans une mer d’histoires kitsch, heure après heure dans des cris et des pleurs, des hystéries simulées et de vraies hystéries. Une série sans fin d’évènements soigneusement mis en scène pour la télévision, avec l’intention avouée de « brûler dans les consciences » et de « créer un traumatisme »... Depuis le toit de la forteresse Sanur, MK Aryeh Eldad pilotait les « cages » afin d’organiser la soumission des héros, et pas un seul journaliste n’a rapporté les propos du vieil Yiddish disant : « Espèce de fou, descend du toit ! ». Plutôt que des reportages réalistes, vous avez déversé un flot de mots tels que « vues déchirantes », « chagrin terrible », « merveilleuse jeunesse ». (De façon seulement occasionnelle, une scène plus réaliste s’imposait, comme cet enfant priant avec sa mère, et, s’apercevant que l’évacuation ne s’arrêtait pas, s’exclamait étonné : « Maman, cela ne sert à rien !).

Pendant que tout cela se déroulait, où était la presse d’investigation ? Pourquoi ne pas nous avoir dit le vrai nombre de manifestants ? Qu’y a-t-il donc dans ce « Yeshida Council », qui les a élus, quel est leur statut légal, d’où viennent ces millions de dollars gaspillés pendant leur campagne ? Pourquoi personne n’enquête-t-il pour savoir comment toutes ces mauvaises herbes ont poussé, qu’arrive-t-il à notre système éducatif indépendant de « l’Etat religieux » qui a produit - à nos frais - tous ces « thugs » fanatiques [criminels violents - vient du mot indien « thag », anciens adorateurs de Kali] ?

Et pourquoi personne n’a-t-il mis en évidence la farce de ces soi-disant Stalingrad et Massada, dont les « héros » savaient parfaitement que personne n’utiliserait des gaz lacrymogènes ou des matraques contre eux et que tous ceux qui seraient arrêtés seraient relâchés le lendemain ?

Au Premier ministre, Salut ...

Je vous prie de m’excuser pour n’avoir pas vraiment cru que vous iriez au bout de cette histoire. Mais vous avez fait ce que vous aviez promis de faire, et il n’est pas important de savoir pourquoi - soit que vous n’aviez pas d’autre alternative, ou que vous étiez porté par votre propre élan, ou étiez poussé par les Américains pour agir ainsi.

Mais votre vrai test ne fait que commencer. Vos actes dans les prochains jours vont décider si vous allez trouver une place honorable dans l’histoire ou rester dans les mémoires comme un fou.

Un autre Premier ministre, l’homme d’Etat britannique, David Lloyd-George, avait tenté de justifier son désengagement d’Irlande, parlant de l’impossibilité de sauter par-desssus un abîme en deux pas. Vous êtes maintenant précisément dans cette situation. Vous avez entamé votre saut. L’abîme est en-dessous de vous. Si vous vous arrêté, vous êtes perdu. Si vous n’avancez pas rapidement vers un compromis historique avec les Palestiniens, vous déclencherez vous-même la prophétie faite par Binyamin Netanyahu : une troisième Intifada qui partira de Gaza qui se transformera en plate-forme de mortiers et fusées Qassam.

Ce n’est pas le moment de penser aux prochaines élections, de se soucier des Landaus et Netanyahus, des Likud A and Likud B. C’est le temps d’ouvrir les yeux et de faire des choses historiques.

C’est votre test, et seulement lui décidera si le retrait de Gaza a juste été un nouvel évènement sans importance ou au contraire un acte historique.

Chers conciliateurs ...

Vous voici de retour, comme champignons après la pluie. Vous voulez apaiser, réunir les esprits, « combler la crevasse qu’il y a dans le peuple ».

Il n’y a pas de crevasse. Au contraire, dans cette affaire les gens ont été particulièrement unis, et d’une façon impressionnante et même étonnante.

Il n’y a pas de « crevasse », mais une confrontation inévitable entre la grande majorité du public et une petite secte isolée. Cela prouve s’il est besoin que voici venir les colons et leurs demandes de localités séparées, avec des écoles séparées du secteur général religieux-sioniste. Le public israélien, presque unaninement, veut un Etat basé sur la loi, où la majorité décide et où les droits des minorités sont respectés. Un Etat sain, libre, et rationnel. Un Etat avec des frontières et une constitution. Un Etat participant au progrès humain. Un Etat qui respecte toutes les religions et qui ne soit pas assujeti à une religion en particulier.

A l’opposé de cela, une secte fanatique a émergé, une secte qui veut un Etat différent : basé sur la foi, nationaliste et raciste, gouverné par une loi divine telle qu’elle est interprétée par les rabbins. Un Etat dont la tâche est de conquérir toutre « la terre historique d’Israël », d’en hériter, d’en chasser tous les « étrangers » (par exemple ses habitants arabes) et de la remplir avec des colonies.

Entre ces deux conceptions il ne peut y avoir de compromis, et il ne doit pas y en avoir. Car le seul compromis proposé va dans une seule direction, la défaite de l’Etat d’Israël. Ce serait le premier pas vers la liquidation de la démocratie israélienne. L’ambiguïté idéologique est un écran de fumée, derrière lequel des forces de destruction sont au travail. Il faut tout le contraire : imposer une lumière crue qui laisse aucune échappatoire et fasse que chaque personne en Israël comprendra quel est l’enjeu du combat.

Pas d’apaisement, mais la mobilisation pour la défense de la démocratie.

Cher Professeur Yeshayahu Leibowitz, la paix à votre âme ...

Vous m’aviez une fois dit que, lorsque les fidèles du prêcheur Muhammad ibn Abd-al-Wahab ont conquis la Mecque, la première chose qu’ils ont faite a été de démolir le tombeau du prophète Muhammad. Ainsi les croyants ne pourraient sanctifier des pierres. Il a été dit que la démolition des synagogues de Gush Katif, qui ont été construites 2 ou 3 ans plus tôt, serait en contradiction avec une quelconquue loi divine.

Avec votre langue acérée et tranchante, vous, un juif orthodoxe, avez réduit en miettes tous ces charlatanismes - comme vous aviez qualifié le Mur Ouest de « discothèque religieuse ».

Vous nous manquez...

Par Uri Avnery Version originale en hébreu :
-  Protection-Palestine Traduction de l’anglais : Claude Zurbach

Source : Bellaciao



Publié le 29 août 2005  par torpedo


envoyer
imprimer
sommaire
retour haut de page


Si vous appréciez le e-torpedo.net
participez à son indépendance, faites un don.

Contrat Creative Commonsdri.hebergement
Réalisation et conception Zala . Ce site utilise PHP et mySQL et est réalisé avec SPIP sous license GNU/GPL.
© 2005 e-torpedo.net les articles sont à votre disposition,veillez à mentionner, l'auteur et le site emetteur
ACCUEILPLAN DU SITEContact Syndiquez le contenu de ce site Admin