e-torpedo le webzine sans barbeles



Les majors désirent propager des virus et des spams sur le P2P

Catégorie musiques libres
Il y a (95) contribution(s).

(JPEG) Alors que le vrai fléau sur le net est le spam, voilà un article, qui laisse perplexe.

Le vrai pirate informatique -véritable pollueur de la toile- est maintenant encensé par les très répressives majors du disque.

Seraient-elles au-dessus des lois ? Ont-elles tous les droits, comme l’annonce Wizman, "...vous risquez d’attraper des virus informatiques..." Ce message n’est-il pas une menace hors-la-loi ?

La propagation et la création de ces petites merdes baptisées virus et spams, seraient maintenant un acte délibéré de nos donneurs de leçons. Sans faire de raccourci, on pourrait traduire "si tu surfes gratuit hors de ma sphère, tu risques l’infection" Remixer Ariel Wizman

Cette sale histoire me rapelle étrangement l’importation bienveillante US, de couvertures infestées par la variole à des tribus indiennes qui s’en trouvèrent ainsi décimées.

Mais c’est une autre histoire...

Pour info :

Overpeer (filiale de Loudeye, ayant récemment racheté OD2) était jusqu’à présent "spécialisée" dans le "spoofing" des réseaux P2P en diffusant de faux fichiers (fake) de musique sur les réseaux pour en rendre plus difficile le "piratage". PCworld rapporte dans son article la nouvelle technique "d’empoisonnement" des réseaux P2P par Overpeer : la diffusion de fichier contaminé, qui lorsqu’ils sont ouverts, actives de multiple pop-up, adwares (logiciel publicitaires) et tente de modifier la page d’accueil du navigateur. Pour Overpeer et son Vice-Président Marc Morgenstern, avec cette technique, les utilisateurs du P2P n’ont que ce qu’ils méritent, "Remember, the people who receive something like (the ad-laden media files), in some cases, were on P-to-P, and they were trying to get illicit files" ! PCWorld donne l’exemple ici du résultat de l’ouverture d’un tel fichier. En fait, la technique utilisée par Overpeer pour réaliser cette diffusion massive de pop-up et publicité repose sur une utilisation dérivée du DRM de Microsoft. A chaque lancement d’un fichier WMA protégé (DRMisé), Windows Media Player effectue une recherche de la licence donnant le droit d’accès au fichier. Durant ce processus il est possible de faire afficher une boite de dialogue (en fait une page Web paramétrée par l’éditeur) pour diffuser/vérifier les informations : droit sur le fichier, demande de mot de passe, authentification... C’est donc à partir de cette page Web qui s’affiche qu’Overpeer insère différent code pour générer pop-up, adwares et autres logiciels pollueurs.

Des éditeurs sceptiques ? Interrogé par PCWorld, Microsoft serait en phase d’étude du procédé pour vérifier que ce dernier respecte bien les termes de la licence de son DRM et se dit contre une utilisation qui tromperait l’utilisateur (We wouldn’t want to endorse anything that involved delivery of content that appears to be one thing, and then something else is delivered). De l’autre, les éditeurs servants la publicité font de même en indiquant vérifier la conformité de ce type de distribution de la publicité (As in this case, upon detecting or discovering any prohibited distribution activity, we eliminate it immediately).

Si l’on peut admettre le fait que les Majors (et autres sociétés du type d’Overpeer) diffusent de faux fichiers sur les réseaux P2P, après tout c’est de bonne guerre, utiliser ses faux fichiers pour inonder l’utilisateur de pop-up, spyware, adware et autres outils publicitaires est beaucoup plus discutable, surtout du fait du risque souvent attaché à ce type de logiciel (piratage d’ordinateur, diffusion de spam, virus...). C’est un peut plus assombrir l’image des Majors dans leurs luttent contre le "piratage". Un minimum de réflexion sur le sujet et un peut de bon sens, aurait par exemple été de diffuser de faux fichiers DRMisés accompagnés d’un lien vers une plate-forme de téléchargement légal, à l’image de ce qui semble se mettre en place pour le P2P légal. Au lieu de celà, l’industrie continue à donner une "image" douteuse, elle semble encore avoir du mal à comprendre qu’il faut qu’elle utilise les réseaux P2P et non pas qu’elle les combatte !

Mais l’autre élément amusant (enfin pas tant que ça) que relève PCWorld, c’est le risque qui pèse sur les fameux fichiers DRMisés de Microsoft. Un hacker pourrait ainsi exploiter l’affichage de la boite de dialogue pour faire autre chose que simplement afficher des pop-ups (récupération de mot de passe, installation de logiciel espions...). Une nouvelle faiblesse des DRM qui outre leurs inefficacités risque de devenir maintenant "dangereux" !

theregister PCworld.

source : bucheron.net



Publié le 3 janvier 2005  par di2


envoyer
commenter
imprimer
sommaire
Forum de l'article
retour haut de page


Si vous appréciez le e-torpedo.net
participez à son indépendance, faites un don.

Contrat Creative Commonsdri.hebergement
Réalisation et conception Zala . Ce site utilise PHP et mySQL et est réalisé avec SPIP sous license GNU/GPL.
© 2005 e-torpedo.net les articles sont à votre disposition,veillez à mentionner, l'auteur et le site emetteur
ACCUEILPLAN DU SITEContact Syndiquez le contenu de ce site Admin