e-torpedo le webzine sans barbeles



La mort annoncée de Nirvana et Kurt Cobain

Catégorie Musique
Il y a (24) contribution(s).

"MTV Unplugged In New-York", c’est un peu la chronique d’une mort annoncée du groupe de Kurt Cobain. Programmée sur MTV, on pouvait mesurer dans la vidéo archi-diffusée l’état de délabrement physique et psychologique de Kurt.

Mais c’est pourtant ce soir de novembre 1993 que Nirvana va enregistrer ce qui va devenir son testament ultime.

La voix cassée et déchirée de Cobain assisté de Krist Novoselic, Pat Smear (guitares) et Dave Grohl, va délivrer pendant une heure un set époustouflant et mémorable.

Dès la première chanson ("About A Girl"), on retient son souffle car on sent qu’il se passe quelque chose ce soir-là. Kurt Cobain chante avec toutes ses tripes et toute son âme, le temps semble s’arrêter, et les titres s’enchaînent avec des moments de grâce totale, pour des versions inoubliables issues de leur répertoire (fantastiques interprétations de "Dumb", "Something In The Way", et de "Come As You Are" ) ; ou encore pour des reprises totalement habitées ("Jesus Don’t Want Me For A Sunbearn" des Vaselines, ou le célèbrissime "The Man Who Sold The World" de Bowie).

(JPEG)

Invités surprises sur ce live historique, les Meat Puppets ont l’honneur de partager trois titres de leur répertoire avec l’icône grunge (mention spéciale pour l’interprétation de "Plateau").

Enfin, les deux derniers titres qui installent définitivement ce live parmi les chef-d’oeuvres : "All Apologies", presque murmuré et pourtant d’une beauté glaçante, à couper le souffle ; et enfin une reprise (encore) "Where Did You Sleep Last Night" de Leadbelly, qui clôture ce set magique.

A l’image de l’Unplugged malade et terrifiant d’Alice In Chains, l’Unplugged In New-York de Nirvana va devenir un disque de chevet pour toute une génération qui va installer Cobain parmi ses dieux vivants du rock, pour malheureusement le pleurer quelques mois plus tard ...

(JPEG)

En apprenant son décés un soir d’avril 94, beaucoup d’entre nous ne seront pas surpris, et se rapelleront le regard triste et perdu de Kurt et ses timides sourires effacés lors de l’enregistrement vidéo de cet Unplugged ;

le souvenir de Kurt Cobain blafard assis sur son tabouret, dans sa veste en guenille nous revient alors en mémoire, comme une triste prémonition.

On se rend compte alors que déjà la légende était en marche.



Publié le 4 janvier 2005  par Jimbo


envoyer
imprimer
sommaire
Forum de l'article
retour haut de page


Si vous appréciez le e-torpedo.net
participez à son indépendance, faites un don.

Contrat Creative Commonsdri.hebergement
Réalisation et conception Zala . Ce site utilise PHP et mySQL et est réalisé avec SPIP sous license GNU/GPL.
© 2005 e-torpedo.net les articles sont à votre disposition,veillez à mentionner, l'auteur et le site emetteur
ACCUEILPLAN DU SITEContact Syndiquez le contenu de ce site Admin