e-torpedo le webzine sans barbeles



Joëlle Aubron s’est envolée

Catégorie société
Il y a (12) contribution(s).

(JPEG)

Mes pensées en ces jours de tristesse vont vers la famille, les proches et les amis de Joëlle Aubron.

Tous ceux qui l’ont connue, croisée, appréciée et qui derrière le « monstre » que la justice tente de nous mémoriser -pour apaiser les consciences revanchardes des justiciers de pacotille-, ont découvert une femme avec ses doutes, ses luttes, ses questionnements, ses larmes, ses rires et ses chemins de traverse. Tous ceux qui ont eu la chance de comprendre ce que clairvoyance sur un monde en décrépitude veut dire.

Malgré des années en quartier d’isolement, d’humiliations et de maladie, cette femme de quarante-six ans est restée debout, sans se renier ni se trahir. Elle aurait pu maintes fois « négocier sa liberté » mais son sens de l’éthique et son honnêteté en ont décidé autrement.

Quand bien même, les promeneurs égarés de cette terre inculte, ne partageraient ni le point de vue de la lutte armée, ni les exigences d’Action Directe, cet état d’esprit force le respect.

A l’heure, où une justice -catin calculatrice déshumanisée- minaude et joue avec les lois arbitrairement, en maintenant derrière les barreaux les prisonniers politiques d’AD : Georges Cipriani, Nathalie Ménigon, Jean-Marc Rouillan, Régis Schleicher -toujours encagés malgré leurs vingt années incompressibles exécutées- ceux-ci pleurent dans une solitude étouffante, leur frangine de sang.

Si la justice avait été juste et humaine, les membres d’AD auraient dû à cette heure, respirer l’air libre et entourer Joëlle Aubron pour son ultime voyage. L’embrasser une dernière fois. Participer aux rites funéraires qui aident au deuil.

Non, ils ont désespérément froid, esclaves de leurs quatre murs bétonnés.

Cette justice possède l’haleine fétide des carnassières à la cruauté barbare.

Elle a daigné cyniquement briser les chaînes lorsqu’elle a senti les spasmes de la faucheuse parcourir le corps de Joëlle Aubron, par une suspension de peine en 2004, pour raison médicale. Le crabe rongeur ne lui a laissé aucun répit. Joëlle Aubron est morte dans une maison de soins palliatifs à Paris (XVe arrondissement), où elle se trouvait depuis plus de deux semaines, après des séjours à l’hôpital d’Auxerre.

Aujourd’hui, je m’inquiète... surtout pour Nathalie Ménigon, partiellement hémiplégique et dépressive. Elle vient de perdre plus qu’une amie. Je crains que la douleur de cette amputation ne la laisse implacablement à terre.

Terrassée par le manque d’un être cher, d’une voix à jamais disparue.

Libération pour les prisonniers politiques d’Action directe.

Non à la torture lente et à la peine de mort déguisée.

Ouvrez les cages !

Que Joëlle Aubron dorme en paix. Et que le soleil caresse ses os.



Publié le 1er mars 2006  par franca maï


envoyer
commenter
imprimer
sommaire
Forum de l'article
  • Joëlle Aubron s’est envolée
    3 mars 2006, par Xavier Ragot

    Article sur Joelle Aubron

    J’aurais aimé qu’il y ait au moins une ligne sur les victimes collatérales de la "lutte" politique d’Action Directe ; Ceux la, ils sont morts (vraiment morts !!) bien avant Joelle Aubron ou ceux qui continuent de purger leur peine

    Dommage

    Xavier Ragot

    • Joëlle Aubron s’est envolée
      3 mars 2006, par mata a ri

      Bonjour Xavier Ragot,

      Non... BIEN ENTENDU personne ne répare la mort...

      mais les membres d’AD ont payé leur dette à la société jusqu’au bout.

      Il est temps que la justice applique la loi comme elle a su le faire pour d’autres en appliquant la loi kouchner et en libèrant les membres d’AD.

      Je vous conseille de lire cet article lu également sur e-torpedo

      La justice c’est aussi autoriser une nouvelle vie. Ce n’est certainement pas le cadenassage éternel.

      • Joëlle Aubron s’est envolée
        8 janvier 2011, par Angéline
        Dans tous les cas il ne faut jamais oublier les victimes et le mal qu’elles ont subi. Ceux qui ont tué ne pourront jamais rendre la vie à la victime et leur peine de prison ne sera jamais que symbolique.
    • Joëlle Aubron s’est envolée
      3 mars 2006, par Gilles Delcuse
      Qu’entendre par victime colatérale ? est-ce que seulement, ça a un sens de suggérer cette idée ? Voilà qui laisse perplexe, parce que, quand on regarde de plus près qui sont les victimes d’AD, on peut se demander qui sont les victimes de ces victimes ? Avez-vous une idée de qui fut le général Audran ? Renseignez vous ; vous serez pas déçu. Et Besse, le patron de Renaut ? Ah, celui-là, un bien "sympathique kamarade", à n’en pas croire... Admirable d’humanité... AD s’inscrit dans une histoire, la fin d’une histoire, celle qui a trouvé ses moments les plus justifiés dans la lutte contre Franco, à travers les GARI, eux-mêmes étant les héritiers des mouvements anarchistes espagnols. C’est le parcour de Rouillan. Malheureusement, cette lutte, qui était déjà perdu avec la fin de l’anarchie en espagne, continuée avec le garrotage de Puig Antich, a échoué sur les rives marginales des mouvements "autonomes" jusqu’à la rupture complète avec le sens de l’histoire en france. C’est, d’ailleurs, ce qu’a dit Joelle. Ce qu’il y a de terrible, dans AD, ce n’est pas leurs actes, mais que ces actes aient été commis au nom du prolétariat, à une époque où le prolétariat n’en demandait pas tant, parce qu’il était vaincu. Et l’avènement de Mitterand à consolidé cette défaite. En bref, on ne peut pas évoquer AD, si on n’évoque pas l’époque dans laquelle ce groupe est apparu. Enfin, toute lutte a ses victimes innocentes. Et quoi ? Est-ce pour autant qu’il faille ne plus combattre ? Dans ce cas, les victimes, c’est par milliers qu’elles se compterons.
      • et ni elle ni l’hitoire ne reviendront
        4 mars 2006, par griffebleue

        Cela me fait plaisir de lire ce rappel d’histoire qu’en effet les gens ignorent par conformisme pseudo-éthique :

        il y a de nombreuses façon de détruire et donc de tuer sans "violences"... de façon quotidienne, par la médiocrité culturelle autant que de sensibilité :

        sensibilité, capacité à sentir quelque chose

        donc capacité à sentir l’autre

        je ne parle pas même d’empathie : juste sentir un peu que l’autre là sens quelque chose et que cela vient de son passé et de celui de la culture qui l’a forgée...

        mais ça c’est beaucoup trop de sensibilité au monde, à la vie,... que l’on demande là aux braves gens... "bienélevés" dans l’insensibilité à l’autre... juste à l’obéïssance qui permet à chacun de se dire qu’il peut faire obéïr et soumettre quelqu’un d’autre parce que lui aussi il s’écrase

        merci d’avoir rappelé que depuis très longtemps il y a eu des gens pour tenter de dire que cette humanité aliénée à la domination de tous par tous était mauvaise

        merci d’avoir rappelé que leur tentative a échoué

        car cela peut rappeler qu’il faille encore et toujours être attentif...attentionné...

        mais j’ai encore bien peur que nous ne soyons que trop peu nombreux à être capables de tant de sensibilité "individuelle dans le collectif"...

        et que les braves gens bien élevés continuent à nous faire de petites leçons de morales inconscients du ridicule de la pauvreté de leur connaissance du sujet traité...

        bonne continuation à vous

        • et ni elle ni l’hitoire ne reviendront
          15 mars 2006, par Delcuse
          Il faut remarquer que l’échec de AD n’est pas l’échec des mouvements de colère qui amènent le vent de la révolte, mais seulement la faiblesse de ce petit groupe dans son rapport à la lutte. Ce ne sont pas les prolétaires qui dépendent de la victoire ou de l’échec d’un groupe qui appelle à la révolution, mais ce groupe qui dépend du sens de l’histoire. L’échec d’AD montre leur tragique méprise dans ce rapport. Un groupe ne peut jamais être une avant garde d’un mouvement. Tout au plus, peut-il cristallisé, dans un moment, la clarté d’une lutte, mais non sa direction. Un groupe, quelqu’il soit, s’inscrit dans un mouvement ; pas l’inverse. Le sens de l’histoire ne dépend jamais de quelques individus. Ce sont les individus qui dépendent du sens de l’histoire. Pour l’avoir ignoré, les gens d’AD meurent comme des chiens, alors que leurs idées sont généreuses. AD est apparu dans la défaite du prolétariat ouvrier. C’est pourquoi il n’a pu se fondre dans ce mouvement, et que l’ennemi de classe a pu cristalliser sa vengence sur ce groupuscule. Ad était séparé du mouvement réel, de la lutte réelle des prolétaires contre leurs conditions. Celà a été fatal à tout le groupe. C’est pour cette raison, et non pour d’autre, qu’AD a échoué. Joelle a disparue, certe ; mais pas l’histoire. Faut pas délirer. Et justement, quant au prolétariat... Avec les incendies des banlieux, (mais pas avec les mouvements lycéens, qui ne sont pas une révolte, mais un caprice de boutonneux)) il apparait que la lutte continu.
    • Joëlle Aubron s’est envolée
      4 mars 2006, par Yankee Zoulou

      Hommage indirect et involontaire de M. Ragot.

      Les morts "victimes collatérales" sont vraiment morts.

      Joelle est morte.. Vraiment morte ??

      Je respecte autant la fondation Georges Besse que le groupe solidaire Joelle Aubron.

      En ferez vous autant ?

      al

      • Joëlle Aubron s’est envolée
        5 mars 2006, par louis richet
        Joelle... que de souvenirs, nous avons partagés avant que l’impossible nous sépare une première fois. que de lettres échangées dont la grande partie sont de prison avec ton incroyable fois dans tes idées et ce que j’appelais ta vocation, ton sacrifice, cet apostolat que je craignais inutile à cause de mon manque de foi dans l’homme. Tu es morte avant moi, pour avoir trop vécu. Je t’ai côtoyée une vingtaine d’années et je t’ai découverte , toi, joelle, humaine, à l’écoute, sensible, talentueuse, terriblement intelligente et fine analyste des choses de la vie. J’ai une pensée pour ta maman qui aura toujours été à tes côtés, pour ton papa qui lui aussi a pu comprendre tes choix. Mais j’ai les larmes qui me coulent en pensant à Nathalie que tu avais pris sous ton aile après ses ennuis de santé et tous tes amis dans le monde entier. Lorsque nous avons exposé tes oeuvres , tes collages, en Belgique, en France, nous avons découvert combien ton impact avait été important dans les années AD et dans les années prison. J’aurais aimé que tu me survives, Jo... J’espère te retrouver dans une autre vie, pareille à toi même... tu vas nous manquer, terriblement... aujourd’hui, tu sais... j’espère que le monde où tu es partie est proche de tes idées, de ces utopies que tu as tellement défendues et que tellement peu ont reconnu. J’espère te rejoindre bien vite. Manon, ta filleule se joint à moi pour cet aurevoir totalement improvisé, je te dis "à très vite"
        • Joëlle Aubron s’est envolée
          4 septembre 2006

          Madame.........je vous ai lu avec un "je ne sais quoi de joie partagée.." Merci de l’avoir écrit !!!!

          Hervé

    • Joëlle Aubron s’est envolée
      5 mars 2006, par louis richet
      des victimes collatérales, il y en a chaque jour , tuées par le fonctionnement absurde de cette société qui marche dans un seul sens. La phase révolutionnaire à laquelle a participé AD n’a pas changé fondamentalement la donne. Les victimes innocentes du systèmes, les exclus de l’emploi, du logement, des droits fondamentaux,.... crèvent chaque jour dans l’ombre, l’anonymat et le silence. Des hommes et des femmes ont été punis de manière exemplaire pour avoir dénoncé, pour s’être opposé à ces diktats de nos sociétés, ils en meurent. Leur combat, c’étaient simplement des choix, pour changer ces systemes d’exclusion, ces systemes d’inégalité souvent injuste dans la redistribution des profits. Ecouter Joëlle, l’entendre, c’était écouter un poème d’amour envers l’humanité souffrante et les actes concrets qui vont avec. Bien sûr, ils ont été victimes de manipulations, d’embrouilles, la clandestinité ne mène pas où on le souhaite, on a des moyens limités, il faut cibler ses prises de parole. Mes camarades d’AD ont assumé jusqu’au bout, héroïquement. Aujourd’hui ils sont presque redevenus anonymes, croupissant dans les oubliettes de notre société, mais pas de notre histoire. Oui, les victimes collatérales non pas de AD, mais de la société que AD dénonçait et combattait, oui, il faut les sortir de cet anonymat, ceux là, ils sont morts, seuls, pauvres, abandonnés, complètement oubliés !!!!
  • Joëlle Aubron s’est envolée
    26 septembre 2016, par Fredella
    I’m impressed, I must say. Really rarely do I encounter a blog that’s both educative and entertaining, and let me tell you, you have hit the nail on the head. Your idea is outstanding ; the issue is something that not enough people are speaking intelligently about. I am very happy that I stumbled across this in my search for something relating to this. Website Information Visit
retour haut de page


Si vous appréciez le e-torpedo.net
participez à son indépendance, faites un don.

Contrat Creative Commonsdri.hebergement
Réalisation et conception Zala . Ce site utilise PHP et mySQL et est réalisé avec SPIP sous license GNU/GPL.
© 2005 e-torpedo.net les articles sont à votre disposition,veillez à mentionner, l'auteur et le site emetteur
ACCUEILPLAN DU SITEContact Syndiquez le contenu de ce site Admin