e-torpedo le webzine sans barbeles



Des millions d’enfants drogués de Jacques Coubard

Catégorie actualité
Il y a (5) contribution(s).

Aux États-Unis, deux millions d’enfants drogués chaque jour. Premiers bénéficiaires de cette pratique, les laboratoires pharmaceutiques.

(JPEG)

Chaque jour, deux millions d’enfants et un million d’adultes prennent des antidépresseurs aux États-Unis. Des chiffres publiés en février dernier par l’Institut national de recherche sur l’abus des médicaments, le National Institute on Drug Abuses (NIDA).

Des chiffres en dessous de la réalité, selon des psychiatres et des associations qui s’inquiètent de l’augmentation de cette consommation : plus 250 % depuis 1990.

L’agence fédérale qui contrôle les produits alimentaires et les médicaments (Food and Drug Administration) a lancé le mois dernier un avertissement sur l’emploi de ces psychotropes qui peuvent avoir de graves effets secondaires, notamment des accidents cardio-vasculaires.

Les enfants sont les premières victimes de ces pratiques.

Ils sont vite étiquetés hyperactifs, pour carence d’attention ou impulsivité.

Dans la grande majorité des cas, on leur prescrit de la Ritaline (1) pour les rendre plus obéissants, plus dociles. Alors que les problèmes de ces enfants relèvent le plus souvent de leur contexte familial, social ou culturel. Des psys, des associations s’inquiètent et dénoncent.

Une loi a même été votée interdisant aux écoles de prôner la consommation de ces drogues.

Mais la pression culturelle du système est très forte. « Nous vivons dans une société hautement compétitive, où il faut obtenir les plus hauts diplômes, par tous les moyens », constate Nora Volkow, la directrice du NIDA. La fièvre de la compétition commence même avant l’arrivée à l’école, à l’âge de deux ou trois ans, encouragée par une directive, « Good start, good smart » (littéralement : un bon départ, une bonne intelligence) demandant la multiplication des tests de connaissance des enfants et d’efficacité des établissements d’enseignement. George Bush est le maître d’oeuvre de ce choix politique.

Un choix qui n’est pas seulement idéologique.

Il convient parfaitement à l’industrie pharmaceutique. Le fabricant de la Ritaline, Novartis Ciba, en tire des millions de dollars. D’autres labos ne sont pas en reste. Tous nient ou minimisent les effets de leurs drogues et continuent tranquillement à accumuler les profits. Pour le plus grand bonheur des partis républicain et démocrate, auxquels ils ont versé plus de treize millions de dollars. Plus pour le premier d’ailleurs, celui du président, dont l’industrie pharmaceutique constitue le principal fournisseur de fonds.

Ces labos entretiennent par ailleurs le plus fort nombre de lobbyistes à Washington (1 200 selon un dirigeant syndical), afin de guider les intentions de vote des parlementaires.

Jacques Coubard

L’Humanité du 14 mars 2006

Depuis le 29 janvier 2006 112 600 signatures contre le zéro de conduite à 3 ans

L’appel contre le rapport de l’INSERM rallie professionnels et parents.

C’est un chiffre fatidique. Plus de 100 000 personnes ont signé la pétition « Pas de zéro de conduite pour les enfants de trois ans ».

Un succès aussi inattendu que spectaculaire, au rythme actuel de 5 000 signatures par jour.

Dans le monde de la santé, il faut remonter aux années de lutte pour le droit à l’IVG pour retrouver pareil phénomène.

jeudi 16 mars 2006

Extraits de la pétition

(...) Le rapport insiste sur le dépistage à 36 mois des signes suivants : « indocilité, hétéroagressivité, faible contrôle émotionnel, impulsivité, indice de moralité bas », etc.

Faudra-t-il aller dénicher à la crèche les voleurs de cubes ou les babilleurs mythomanes ?

(...) le moindre geste, les premières bêtises d’enfant risquent d’être interprétés comme l’expression d’une personnalité pathologique qu’il conviendrait de neutraliser au plus vite par une série de mesures associant rééducation et psychothérapie.

A partir de six ans, l’administration de médicaments, psychostimulants et thymorégulateurs devrait permettre de venir à bout des plus récalcitrants.

L’application de ces recommandations n’engendrera-t-elle pas un formatage des comportements des enfants, n’induira-t-elle pas une forme de toxicomanie infantile, (...)

On assiste sous couvert de « caution scientifique », à la tentative d’instrumentalisation des pratiques de soins dans le champ pédopsychiatrique à des fins de sécurité et d’ordre public.(...)

-  Texte de la pétition ICI
-  Signer la pétition
-  Voir les signataires

source : Radio Air Libre

-  Lire également :

Au pays des nuages comateux



Publié le 17 mars 2006  par torpedo


envoyer
imprimer
sommaire
Forum de l'article
retour haut de page


Si vous appréciez le e-torpedo.net
participez à son indépendance, faites un don.

Contrat Creative Commonsdri.hebergement
Réalisation et conception Zala . Ce site utilise PHP et mySQL et est réalisé avec SPIP sous license GNU/GPL.
© 2005 e-torpedo.net les articles sont à votre disposition,veillez à mentionner, l'auteur et le site emetteur
ACCUEILPLAN DU SITEContact Syndiquez le contenu de ce site Admin