e-torpedo le webzine sans barbeles



Les Enfants assassins de Martin Monestier« Des surdoués du mal »

Catégorie on aime
Il y a (41) contribution(s).

Martin Monestier est un écrivain rare car il écrit le plus souvent sur des sujets marginaux ou insolites mais toujours passionnants. Il s’est penché cette fois sur Les Enfants assassins.Explications...

(JPEG)

Les enfants ne devraient pas tuer et pourtant, ils le font...

Mon hypothèse de base est que les individus sont foncièrement cruels et que c’est la société qui, par ses règles coercitives, les force à jouer un rôle de composition qui peut durer soixante ans ou... qui ne commence jamais.

Pourquoi vous êtes-vous intéressé à ceux concernés par le second cas de figure ?

Je les avais déjà “rencontrés” en écrivant mon livre sur les tueurs professionnels. J’avais été sidéré de voir qu’en Thaïlande, au Brésil, aux Etats-Unis, des tueurs à gage avaient été engagés en fonction de leur jeune âge car on leur faisait croire qu’ils ne risquaient rien, ce qui n’était pas vrai.

Les assassins juvéniles ont-ils des points communs ?

95% des jeunes criminels ont été tortionnaires d’animaux. Ce n’est pas arracher les pattes d’une mouche mais arroser un chat d’essence et y mettre le feu. Ce critère a servi souvent aux enquêteurs pour retrouver les coupables.

Un enfant tueur est-il aussi difficile à retrouver qu’un adulte tueur ?

Je trouve absolument fou et extraordinaire de voir que les enfants empruntent le même chemin criminel que les adultes. L’idée de tuer vient que la mort de l’autre est la solution à un problème. Maturation et préparation de l’idée. J’ai titré ce livre Les Enfants assassins car leurs crimes sont prémédités. Dans l’exécution, ils font très attention. Ils ont conscience de leur déficience physique. Quand ils veulent tuer un adulte, ils le font quand il dort. Ensuite, ils se protègent par des alibis de leur âge. Jamais les enfants n’avouent tout de suite. Certains finissent par lâcher : « J’ai une voix qui m’a dit de... »

Y a-t-il des signes annonciateurs du passage à l’acte ?

Bien sûr... Ce qui se passe dans les trois ou quatre premières années est fondamental pour la structure de l’individu, disent tous les pédopsychiatres, les neurologues ou les généticiens. Quand à cet âge il y a un dérèglement du comportement, il faut le prendre en considération. En dessous de 7 ans, ils n’ont pas conscience de la mort. Ils savent qu’ils font mal sans voir que cela peut être irréversible. Le rêve de tous les scientifiques serait de trouver le gène du crime. « Ça leur met dans la tête que la violence résout les problèmes »

On s’aperçoit que les Etats connaissent de grandes difficultés pour infliger des peines aux enfants...

Il y a au moins encore une trentaine de pays où il y a des exécutions d’enfants. Aujourd’hui, il y a aux Etats-Unis des prisonniers exécutés après quinze années, voire plus, de procédure. La société change dans son fondement. Les Américains ont été les premiers au monde à créer en 1899 un tribunal pour enfants. Cela a amené les autres démocraties à tenir compte de l’âge du criminel et à instaurer des circonstances atténuantes. Aujourd’hui, il est remarquable de constater que sur les 400 000 mineurs comparaissant par an aux Etats-Unis pour divers délits et crimes, la moitié est renvoyée devant des tribunaux pour adultes car les législations pour mineurs ne font plus le poids.

Les enfants sont donc de plus en plus durs ?

Sont-ils des bêtes fauves, des « enfants des ténèbres » comme je l’ai entendu ? Je considère que s’ils se conduisent comme des adultes, ce sont des enfants précoces et des surdoués du mal.

Quel rôle joue la télé ?

Il a été calculé qu’au Japon ou aux Etats- Unis, un enfant de 14 ans a vu 100 000 actes d’agression et 9 500 meurtres, sans parler des viols, et cetera. En France, un petit week-end devant la télé, c’est 200 meurtres. Ça leur met dans la tête que la violence résout les problèmes.

Quel crime vous a le plus marqué ?

C’est la question piège... J’ai eu 300 dossiers en main. Je vais vraiment au fond d’une vingtaine. Chaque affaire est unique. Je préfère celle concernant deux petites Anglaises de 11 ans. Celle qui a tué sa victime de ses propres mains a tenu tête à quatre ou cinq professionnels l’interrogeant sévèrement. L’autre spécificité est qu’elle n’a pas la froideur des autres enfants assassins. Et puis, elle avoue quelque chose de sensationnel à la fin en proférant cette phrase terrible : « Je suis contente que vous m’ayez arrêtée car j’aimais ça. »

Propos recueillis par

GÉRALD MASSÉ



(JPEG)

Les Enfants assassins, des tueurs de 5 à 15 ans
de Martin Monestier,
le cherche midi, 420 pages, 18 euros.

source :
-  Echo Républicain du 31 mars 2006



Publié le 4 mai 2006  par Gérald Massé


envoyer
commenter
imprimer
sommaire
Forum de l'article
retour haut de page


Si vous appréciez le e-torpedo.net
participez à son indépendance, faites un don.

Contrat Creative Commonsdri.hebergement
Réalisation et conception Zala . Ce site utilise PHP et mySQL et est réalisé avec SPIP sous license GNU/GPL.
© 2005 e-torpedo.net les articles sont à votre disposition,veillez à mentionner, l'auteur et le site emetteur
ACCUEILPLAN DU SITEContact Syndiquez le contenu de ce site Admin