e-torpedo le webzine sans barbeles



Monde politique : un crépuscule attendu et porteur d’espérance...

Catégorie politique
Il y a (1) contribution(s).

Le monde des politiciens français de ce début de siècle donne une image vraiment crépusculaire.

(JPEG)

Nous avons un président en clair-obscur, présent par moments, absent, le plus souvent ; un Premier ministre que l’on dit poète, mais dont la politique n’a rien de romantique ; un ministre de l’Intérieur à propos duquel il faut vraiment faire de gros efforts pour le croire capable de respecter la démocratie et l’humanité ; une Assemblée Nationale plus occupée à protéger les intérêts de quelques puissants ou fortunés personnages que soucieuse des intérêts généraux du peuple...

A regarder ces politiciens se débattre dans leurs affaires actuelles, Clearstream, éventuel compte bancaire du Président au Japon, etc. on se dit que ces gens n’ont rien à faire à la tête du pays. Tout cela laisse un goût de petitesse, d’épaisse misère humaine. Tout cela, au mieux, fait pitié. Que des politiciens de ce pays soient « aimantés » par les fortunes à glaner, comment s’en étonner à partir du moment où ils défendent et protègent un système capitaliste dont l’essence permet à quelques rapaces de piller les autres humains.

Il est un peu pitoyable de suivre le déroulement de ces affaires sous la plume de journalistes dont les patrons vivent du même vice et n’ont plus pour fonction que de promouvoir le même système, qui plus est, pour plusieurs d’entre eux, en n’étant rien d’autre que de tristes fabricants et vendeurs d’armes...

Tout ce dernier quinquennat aura été placé sous le signe de la duperie du peuple.

Dès que le vote en faveur du candidat de la droite fut acquis, tous, que nous ayons ou non votés pour cet homme, nous avons été trompés. La politique imposée depuis lors n’avait rien à voir avec les aspirations du peuple. Le pire reste la présence à un haut niveau d’un personnage comme Nicolas Sarkozy, antithèse de la mentalité française, personnage à la mentalité proche de celui que le peuple français avait rejeté puissamment lors des dernières présidentielles.

Sarkozy, certes, sert très bien les intérêts d’une faible caste de dirigeants politiques et économiques ; il sert tout aussi bien les intérêts idéologiques et financiers des Etats-Unis dont il se sent très proche ; il est adoré, je le crains, par tous les extrémistes de droite que peut compter ce pays. Mais, je reste profondément convaincu qu’un pays comme la France ne peut pas être dirigé par un pouvoir de droite ou d’extrême droite. Il y a une antinomie marquée entre ce type de politique aberrante et le fond de la pensée française.

Ce fond est fait d’une volonté de liberté.

-  Est-ce dû à nos « ancêtres les Gaulois » ou à un esprit qui s’est bâti au fil des siècles ?

-  Est-ce dû à l’apport essentiel des brillants esprits du « siècle des lumières » ?

Peu importe la cause profonde.

Ce qui reste, c’est que ce peuple n’est pas fait pour « l’Ordre » tel que les conçoivent les gens des diverses droites. Nous avons quelque chose de naturellement anarchistes, dans un sens très positif, très constructif. Nous sommes, je le crois, un peuple qui cherche depuis plusieurs siècles à devenir « adulte ». De cela, il résulte des révoltes régulières, parfois sanglantes, parfois pacifiques. Refuser de comprendre cela, c’est refuser de comprendre tout un peuple, refuser de comprendre ce qui fait son essence.

La droite, pour réussir à s’implanter, doit lutter contre l’esprit de liberté qui est le nôtre. Elle doit imposer par la force ce qui n’a rien de culturel en nous, en notre esprit. C’est ce que fait actuellement un Sarkozy. Il impose ses lois, que personnellement je trouve immondes, au forceps et au travers d’une Assemblée aux ordres, d’une Assemblée incapable d’esprit critique, d’une Assemblée qui marche au pas militaire. Et, en dépit d’un acharnement médiatique pour nous faire croire que le peuple partage les idées du personnage, nous constatons qu’il y a plus qu’une simple résistance dans ce pays contre la politique d’exclusion prônée à tous les étages de la mentalité sarkozyste.

Qu’il s’agisse des rafles pratiquées dans les rues depuis bientôt un an ; qu’il s’agisse de l’arrestation d’enfants dans les écoles, une large part des enseignants et des parents d’élèves sont rebutés par de telles pratiques et résistent magnifiquement ; qu’il s’agisse de la volonté de tout le gouvernement avec la complicité du Parlement UMP, sous la volonté patronale, d’imposer un contrat d’exploitation sans contrôle des jeunes français, nous ne l’avons pas accepté et le pouvoir a dû reculer ; qu’il s’agisse d’une fausse constitution européenne que toute la caste des dirigeants qui s’estiment au-dessus de la « populace » française voulait nous imposer, nous l’avons encore rejetée.

Il nous reste à rejeter ce monde de politiciens qui, en ce moment, ne pense plus qu’à éliminer « l’ami-coucurrent » du même groupe politique, pour plus solidement prendre sa place. Quelle image lamentable donne ce monde qui se croit et se prétend « important », qui s’imagine encore indispensable alors que nous sommes de plus en plus nombreux à le considérer comme un puissant parasite !

Il y a quelque chose de décourageant à les voir se débattre dans leurs « turpitudes » lorsque l’on sait que ceux d’en face, ceux qui sont, théoriquement, à gauche, n’ont pas fait mieux et se sont débattus dans le même genre d’affaires proches du crapuleux. Du moins est-ce comme cela que l’on nomme ce type de délit lorsque ce sont des « petits » qui les commettent... En songeant aux années « socialistes », c’est le même goût crépusculaire qui me revient en mémoire...

En fait, si nous voulons bien être lucides, ce que nous devons comprendre, c’est que ce monde de politiciens vit d’un système, le système capitaliste à la sauce néolibérale. Pire, tant que le peuple français ne rejettera pas en bloc ce système hérité des siècles mais développé et devenu de plus en plus barbare, nos politiciens se laisseront acheter, corrompre, ils seront et resteront, pour un grand nombre d’entre eux, des gens indignes des fonctions qu’ils ont voulues et qu’ils s’accaparent au point de s’imaginer en être les propriétaires.

Le capitalisme marchand et libéral, fortement teinté à la mentalité anglo-saxonne est une sorte de « terreau-fumier » sur lequel poussent les plus laides et les plus malfaisantes mauvaises herbes. S’il faut enlever ces mauvaises herbes, c’est surtout le « tas de terre empoisonnée » qu’il faut supprimer.

Dans ce cas, le crépuscule se transformera en aube peut-être radieuse...

source :
-  Altermonde



Publié le 16 mai 2006  par Jean Dornac


envoyer
imprimer
sommaire
retour haut de page


Si vous appréciez le e-torpedo.net
participez à son indépendance, faites un don.

Contrat Creative Commonsdri.hebergement
Réalisation et conception Zala . Ce site utilise PHP et mySQL et est réalisé avec SPIP sous license GNU/GPL.
© 2005 e-torpedo.net les articles sont à votre disposition,veillez à mentionner, l'auteur et le site emetteur
ACCUEILPLAN DU SITEContact Syndiquez le contenu de ce site Admin