e-torpedo le webzine sans barbeles



Robert Smith et The Cure

Catégorie Musique
Il y a (11) contribution(s).

Expliquer l’attitude rock’ n roll relève d’une chose parfaitement impossible que ce soit le costard blanc de Lennon ,le pantalon de Morrison roi lézard éternel ,le blouson rouge de James Dean dans ‘rebel without a cause, les Reppetto blanches de Serge Gainsbourg ;les boots pointues de keith Richards , le débardeur blanc en coton de Brando dans ‘on the waterfront ‘ mais aussi les robes a fleurs de Janis ou de Grace Slick ,la veste napoléonienne de Jimi ,le pantalon lamé argent de l’iguane IggyPop ; les droogs de a Clock-work Orangede Kubrick le visionnaire ou encore la coupe rasée oxygénée ,tee shirt résille et ongles peints en noir du Lou Reed fantomatique de 74 et les New york Dolls maquillés a outrange démolissant le ‘stranded in the jungle ‘ des Jayhawks l’attitude et l’expression de cette attitude rock’n roll ne s’explique pas par des formules mais seulement par des émotions.

Tout ceux (et celles) qui ont voulu un jour copier tant soit peu le look d’une de leur idole se sont rendus compte (je l’espère en tout cas) de leur propre ridicule.

Renaud avait avoué dans une interview qu’il était choqué et consterné de voir se multiplier les petits et grands ‘Gerard Lambert’ qui comme lui portaient blouson noir et bandana rouge autour du cou.

L’exception concerne peut-être Robert Smith ,le leader des Cure popularisant a défaut de l’inventer ce qu’on appellera le look corbeau , baskets explosés portés languettes retournées , mascara et rouge à lèvres gras mal dessiné et cheveux hérissés entrant de plain-pied dans la liste des personnages incontournables des années 80.

Robert Smith et The Cure auront survécu à l’hécatombe qui emportera les formations de cette époque (Simple Minds ,Tears for Fears) pour ne citer qu’eux mais Smith aura eu le mérite de ne pas céder comme tant de leaders mégalos persuadés d’être le génie du groupe au projet d’album solo .
A cela plusieurs raisons possibles pas envie , pas prêt ,peur de perdre le public acquis du groupe lui seul le sait. Nous n’attendons plus rien ni de lui ni encore moins des Cure. Leur Sommet fût atteint avec Seventeen seconds ,Pornography et Faith indéniable trilogie indispensable et qui peut rappeler la démarche artistique de la trilogie berlinoise de Bowie (Heroes- Low -Lodger).

Cette période fut suivie par des albums plus que respectables et écoutables encore aujourd’hui (The Head on the door -Kiss me kiss me , kiss me ou Disintegration) et Cure qui a réussi restera certainement un des groupes majeurs et des plus influents de la musique des trente dernières années.

On peut dire qu’en définitive ils incarnent à eux seuls l’image de la culture new-Wave partagée entre désenchantement et nihilisme .

Etre toujours la en 2006(avec un dernier album en 2004 plutôt réussi) et marquer de leur influence considérable une quantité de jeunes groupes (Bloc Party ou Gravenhurst en sontlesderniers exemple récents) prouve bien la marque indéniable de leur génie et de leur talent.



Publié le 18 mai 2006  par Jimbo


envoyer
imprimer
sommaire
Forum de l'article
retour haut de page


Si vous appréciez le e-torpedo.net
participez à son indépendance, faites un don.

Contrat Creative Commonsdri.hebergement
Réalisation et conception Zala . Ce site utilise PHP et mySQL et est réalisé avec SPIP sous license GNU/GPL.
© 2005 e-torpedo.net les articles sont à votre disposition,veillez à mentionner, l'auteur et le site emetteur
ACCUEILPLAN DU SITEContact Syndiquez le contenu de ce site Admin