Retour au format normal


e-torpedo-le webzine sans barbelés
Chair tombale
roman de Philippe Cornet

15 février 2007

par torpedo

(JPEG)

Aimé, ancien professeur que son obésité condamne à l’isolement, partage son temps entre ses livres, sa vieille mère acariâtre, son infirmière, sa femme de ménage et son médecin.

Sa vie se transforme le jour où une affiche publicitaire est placardée sur le mur de l’immeuble d’en face. Il se sentira alors « épié par une femme en papier »...

Fasciné, Aimé décidera de lui écrire des lettres et peut-être, ainsi, de lever le voile sur sa vérité d’homme exclu.

Dans ce premier roman d’une extraordinaire intensité, Philippe Cornet s’attache à l’énormité du corps dans une société de pléthore, de profit et d’enflure. Il explore aussi les sentiments et le trouble d’Aimé, que l’abondance condamne à l’abstinence. Une révélation.

Extrait page 16

Je l’invitai à commencer par le dos. Pour ne pas subir l’emprise de la monotonie, nous avions un accord tacite de varier chaque fois le cours de ma toilette. Isabelle entreprit de frotter mon dos avec d’énergiques petits mouvements rotatoires. La giration rapide du gant a eu tôt fait de mettre l’ensemble de mes chairs, du cou jusqu’aux fesses, en vibration cadencée telle une gelée à laquelle on imprimerait des secousses régulières. Comment faisait-elle pour ne pas rire au spectacle de la trémulation ridicule de mon corps ?

Elle s’appliquait au savonnage de mon abdomen et de mes organes génitaux en s’insinuant scrupuleusement dans chacun des plis cutanés successifs depuis l’ombilic jusqu’à la racine de mes cuisses. Je n’ai pas eu le souvenir d’avoir eu une érection lors de ses contacts intimes répétés. Si cela avait été le cas, comment Isabelle aurait-elle réagi ? Comment arrivait-elle à distinguer ce qui relève de sa fonction et de son état de femme ? En vérité, je devrais inverser la question et me demander comment je discrimine sa fonction d’infirmière de sa qualité de femme pour que la manipulation de mes organes généreux ne favorise aucune émotion charnelle. Serait-ce par le jeu espiègle de mon inconscient ?

-  Philippe Cornet est médecin généraliste et professeur à la faculté de médecine Pierre et Marie Curie.

source : Cherche-Midi Editeur

torpedo