Retour au format normal


e-torpedo-le webzine sans barbelés
L’effet de l’Agent orange au Viêt Nam et les conséquences

4 juillet 2007

par André Bouny

Une très grande tragédie oubliée à cheval sur deux siècles

L’effet de l’Agent orange au Viêt Nam et les conséquences par André Bouny, Paris

(JPEG)

hd. Pendant leur guerre contre le Vietnam, en particulier entre 1961 et 1971, les Etats-Unis ont utilisé des tonnes d’Agent orange - un herbicide extrêmement toxique. Les quantités déversées sont inimaginables. Inimaginables sont également les effroyables conséquences dont la population souffre encore aujourd’hui. Pensons à la peine des parents quand ils donnent naissance à des enfants à deux têtes ou dépourvus de bras et de jambes. On se demande pourquoi cet « écocide » n’a pas suscité de cris d’indignation dans nos médias.

L’article suivant nous montre la réalité de la guerre et de l’après-guerre au Vietnam.

Les indemnisations que réclament les Vietnamiens malades nous en donnent l’occasion.

Contrairement aux victimes américaines de la guerre, les victimes vietnamiennes n’ont toujours pas obtenu de réparations financières. Les organisations de victimes représentent 4,8 millions de Vietnamiens malades. 37 entreprises chimiques sont accusées, dont Dow Chemical et Monsanto, qui ont fabriqué le poison contenant de la dioxine. Il est temps de reconnaître que les guerres sont obsolètes. Et il devrait aller de soi qu’il faut rendre justice aux victimes.

Contexte historique et décision

Du point de vue armement, la Guerre du Viêt Nam est le conflit majeur du XXe siècle.

Ce conflit oppose les Etats-Unis d’Amérique au Viêt Minh communiste Nord-vietnamien, lui-même soutenu par l’Union soviétique. Ce conflit devient une exportation de la guerre entre les deux superpuissances de la planète : les USA disent vouloir stopper le communisme en Asie tandis que l’URSS l’encourage.

Le Viêt Nam est sacrifié, dans un effroyable carnage humain, en laboratoire de la guerre du futur.

Il y est déversé entre 3 et 4 fois le tonnage de bombes larguées durant toute la Seconde Guerre mondiale, soit l’équivalent de 450 bombes atomiques d’Hiroshima.

Le territoire vietnamien porte les stigmates de vingt millions de cratères conséquents. Bombes de nouvelle génération à explosion, incendiaires, à effet de souffle, à dépression, à fragmentation ...

(JPEG)

Près d’un demi-million de tonnes d’engins n’ont pas encore explosé.

Ces reliquats ont déjà tué entre 100 000 et 200 000 personnes, surtout des enfants puisque durant de longues années plus de la moitié de la population avait moins de quinze ans. A Cu-Chi - qui veut dire « Terre d’acier » en vietnamien - il tombe plus de 10 tonnes de bombes par habitant.

L’Amérique s’enlise

Les combattants vietnamiens, invisibles et insaisissables, se déplacent sous leur forêt tropicale. Les archives de l’Armée américaine avouent 8 000 000 de « sorties » d’hé-licoptères gorgés de napalm pour débusquer l’ennemi dans les villages de paillotes. Sans résultat.

L’Amérique est pressée. Sa jeunesse et celle du monde entier commencent à se soulever contre cette guerre.

Aux Américains, on a promis la Lune... au Viêt Nam, ils vont la créer !

Lire la suite en format PDF Page 8

PDF - 932 ko
horizons et débats
25 juin 2007

_

André Bouny