Retour au format normal


e-torpedo-le webzine sans barbelés
Qu’est-ce que la politique ?
par La Louve

11 juillet 2007

par torpedo

(JPEG) Si "la gauche" a une question, une seule, à se poser aujourd’hui, c’est bien celle-là, qui lui est d’ailleurs fortement inspirée par Nicolas Sarkozy.

Ne pas y répondre, c’est se condamner à reproduire toujours les mêmes erreurs, jusqu’à ce que nous en mourrions.

Je donne ici un élément de réponse, ce que je pense, ce qui est donc, une conclusion personnelle et intermédiaire, certes, fondée sur un peu de réflexion, et non une prétention "à la vérité".

Ou plutôt ce qui est donné là, c’est ce qui sert, en tout cas, de boussole à mon action et à ma pensée.

En cela déjà, je "me pense" politique.

Je n’ai ni raison ni tort - mais j’ai une "conviction" , disons plutôt, un sensation que ma conclusion est juste, et je vais la défendre. (Jusqu’à être, éventuellement, convaincue par autre chose ;-))

On doit se foutre de la "VERITE".

Surtout en politique.

Il faut arrêter avec cette notion de VERITE qui pourrit notre réflexion politique et qui a remplacé dans une pensée du monde, celle de réalité, de matérialité.

Cette notion de vérité, qui, pour un communiste, devrait être le signe d’un marxisme dévoyé, puisqu’on ferait là plutôt de "la mauvaise idéologie", celle qui aboutit au dogme et qui fige savoir, pensée et pratique.

Ce n’est pas cela, ce n’est pas LA VERITE que nous cherchons, enfin je l’espère, sinon notre combat est voué à l’échec, la Vérité n’étant pas , selon toutes les paraboles bibliques, populaires ou philosophiques bien connues, accessible à l’homme, - sauf peut être éventuellement, en Sciences, (et encore le mot a-t-il alors un sens spécifique).

La Vérité, et sa « recherche » aussi obstinée est, pour un homme ou une femme politique ( ce que nous sommes tous et toutes ici) une espèce de cheminement névrotique qui nous vient tout droit du judéo christianisme .

Une manière de se dire : "qu’est ce qu’il y a derrière le voile ? Quelle est cette Vérité - à révéler donc - qu’on ne voit pas ?" -

l’Esprit Saint donc...

Ce n’est pas par hasard que nous , communistes, réflechissons le monde ( ou devrions réfléchir) de façon "dialectique"...

Bref.

Quelqu’un qui ramasse des coups s’intéresse- t-il à savoir si ces coups sont LA vérité ? Non, évidemment. Il en sent la réalité et les vit comme une injustice, comme un châtiment, comme un accident...

Il y a DES vérités qui ont le sens de « réalités », mais il n’y a pas LA vérité.

La politique ni l’économie ni même la philosophie ne cherchent, n’ont pour but, la Vérité. Mais en revanche, elles peuvent en effet se servir de cette notion de vérité et souvent à des fins reoutables.

Ce que nous cherchons, ce que nous devons chercher à la rigueur, nous, communistes, c’est la JUSTICE comme mode, principe d’organisation de la vie en société.

Justice pour les exploités, les prolétaires, les exclus.

Justice pour que ceux qui sont esclaves deviennent enfin les maîtres.

Justice.

Que le monde soit enfin fondé sur la Justice.

Que les "choses rentrent dans l’ordre" et que cesse la schizophrénie qui faisait déjà dire à Siéyès en 1789 :

"Qu’est-ce que le tiers état ? Tout.

Qu’a-t-il été jusqu’à présent dans l’ordre politique ? Rien.

Que demande-t-il ? À y devenir quelque chose."

et à Marx en 1847 :

"Vous êtes saisis d’horreur parce que nous voulons abolir la propriété privée.

Mais, dans votre société, la propriété privée est abolie pour les neuf dixièmes de ses membres.

C’est précisément parce qu’elle n’existe pas pour ces neuf dixièmes qu’elle existe pour vous.

Vous nous reprochez donc de vouloir abolir une forme de propriété qui ne peut exister qu’à la condition que l’immense majorité soit frustrée de toute propriété. En un mot, vous nous accusez de vouloir abolir votre propriété à vous.

En vérité, c’est bien ce que nous voulons ».

Notre justice à nous elle est fondée sur une certaine idée de l’égalité (je renvoie rapidement notamment aux travaux de Castoriadis sur ce sujet ) et elle doit être atteinte par le communisme.

"A chacun selon ses besoins, et non à chacun selon ses moyens". Appelez ça "notre vérité" si vous voulez, mais le plus juste serait de dire "notre objectif".

Justice pour les prolétaires de tous les pays, et non vérité, voilà notre combat.

C’est une posture qui suppose des choix éthiques - à chacun en conscience, de les faire, de se positionner par rapport au capitalisme. Mais ce n’est pas une question de Vérité.

Je pourrais même avoir « scientifiquement tort » et la démonstration pourrait m’en être faite par "A+B" , je n’en croirais pas moins au communisme comme moyen de changer le monde.

Et je dis croire. Sans aucune gêne. Totu le monde croit , à un moment ou à un autre.

Le sientifique même - ne serait-ce que parce qu’il croit que la science peut exister, être patiquée, qu’elle peut lui apporter du plaisir, changer le réel etc etc...

Car c’est cela la politique, c’est la conjonction d’idées et de moyens pour organiser « le monde des hommes » selon des principes des idées que l’on pense, non pas vraies, mais surtout, justes, meilleures que d’autres.

La politique, ce ne sont pas les « combinazzione » sans fin et souvent pathétiques auxquelles se livrent nos personnels politiques depuis des décennies.

Toutes ces intrigues, ces machiavélismes, toutes ces techniques, ces stratégies glorifiées d’une manière très subtile par un enseignement bien précis (celui des « sciences politiques » de l’ENA ), ce sont des formes dénaturées de la politique ,ce sont des plaisirs de nantis, de courtisans...

La politique, ça ne se résume pas non plus à une connaissance technique des élections et de leur préparation, même si, dans une démocratie représentative, les élections sont, non pas une fin en soi, mais un moyen d’accéder au pouvoir, pour appliquer une politique.

Là où il n’y a pas de volonté de mettre en oeuvre une politique, là où il n’y a pas de choix éthique, là où se cache sans cesse derrière LA vérité, il n’y a pas de politique.

La politique de Sarkozy, c’est de mettre la France au service du capitalisme, de nous vassaliser au profit des financiers internationaux ,c’est d’organiser notre vie selon des principes, des valeurs (« mérite », l’exact opposé de notre « fondement » !) capitalistes, bourgeoises.

La seule question que nous devrions nous poser aujourd’hui c’est donc celle-ci :

La politique, quelle est la nôtre ?

Que voulons nous , nous, communistes, pour la France et pour le monde ?

Fraternellement

La Louve

source : Bellaciao

torpedo