Retour au format normal


e-torpedo-le webzine sans barbelés
Remiller et l’UMP envoient la police faire une "chasse au sorcières" "rouges" et "noires"

11 septembre 2007

par cnrv

(JPEG) L’odieux pouvoir politique viennois incarné par Jacques Remiller (UMP) est la cible de taquineries diverses, sans conséquences et légitimes depuis longtemps.

De la glu est insérée dans les serrures de son local.

Par deux fois, la plaque de sa permanence parlementaire est décorée d’un « fasciste » au marqueur. Des altercations ont lieu entre Renan Remiller, le fils, et de jeunes militants et des citoyens viennois. La vitre de son local de Vienne est brisée par une pierre, et ce qui semble être un cocktail molotov est jeté dans celui de Roussillon. Remiller dénonce un « déni de démocratie ».

Une enquête de la police scientifique a été réalisée dès les graffitis « fasciste », mais bien sûr, aucun indice n’a été découvert.

Des dénonciations accusent L, un militant mineur, d’avoir brisé la vitre de l’UMP de Vienne, mais là encore pas de preuves.

Dans l’affaire du local de Roussillon, ce sont 6 personnes qui sont convoquées par la police, sans résultats, sur une dénonciation calomnieuse de Renan Remiller.

Aussi, outré que la police ne puisse pas se passer de preuve, et incapable de la faire obéir davantage lui même, Jacques Remiller décide de faire appel aux plus hautes personnalités de son parti.

Lire la suite du communiqué ICI

cnrv